Share

Présenté discrètement sur PS3 sur le stand d’Electronic Arts, Dragon Age 2 semble s’écarter grandement du précédent opus de la saga pour lorgner du côté d’un gameplay typé Mass Effect. Si vous n’avons pas pu réaliser de vidéo de la démo jouable, cela ne nous empêche pas de vous dévoiler nos premières impressions !

A défaut de Mass Effect 3 ou de Star Wars : The old Republic, le studio Bioware était représenté au Paris Games Week par Dragon Age II, suite de Dragon Age : Origins sorti sur PC et consoles fin 2009. Prenant place historiquement après le premier opus, Dragon Age II met le joueur dans la peau de Hawke, un combattant (ou une combattante) aux prises avec les Engeances qui, déjà dans DA:O, donnaient du fil à retordre aux héros et en particulier aux Gardes de l’Ombre. La démo présentée au PGW permettait de jouer l’introduction du jeu, durant laquelle Hawke tente de fuir de son village avec sa famille. Une course qui va se terminer dans le sang…

Plutôt discret au Paris Games Week, Dragon Age 2 n'était accessible que sur 2 bornes PS3…

Dragon Age : Origins s’affichait clairement comme un « RPG classique » à l’image de titres cultes de Bioware comme Baldur’s Gates ou encore Neverwinter Nights, avec, entre autre, une caméra située en hauteur permettant de bien cerner l’aire de jeu et le positionnement des combattants pour les gérer d’un clic de souris (ou d’un tour de stick dans le cas du portage console). Mais avec Dragon Age 2, la première chose qui saute aux yeux, c’est la mutation du gameplay pour pencher du coté du hack’n’slash : action très soutenue, vue proche de la troisième personne, gestion des attaques très simplifiée… Les sensations familières de DA:O semblent bien loin – à noter que la version testée était sur PS3.

Pour autant, le gameplay ne choquera pas les adeptes des jeux Bioware puisque le studio a clairement puisé dans ses meilleurs softs pour construire le système de jeu de Dragon Age 2 : on retrouve la maniabilité de Mass Effect, et en particulier de Mass Effect 2 au niveau des combats – ce qui n’est pas forcément une bonne nouvelle pour les amateurs de RPG purs et durs, puisque Mass Effect 2 s’éloigne grandement de cette catégorie malgré ses indéniables qualités. La possibilité de switcher à tout moment entre son personnage principal et les autres personnages de l’équipe en les contrôlant à loisir rappelle par ailleurs énormément Star Wars : Knight of the Old Republic qui employait souvent cette technique lorsque le personnage principal se trouvait K.O. où lorsque certains membres du groupe  disposaient de compétences que le héros n’avait pas : on peut donc se demander s’il en sera de même dans Dragon Age II.

Tout comme dans Mass Effect, il sera possible d'opter pour un personnage principal masculin ou féminin, Hawke, personnalisable à loisir.

Autre emprunt évident et important à la saga Mass Effect : le système de choix dans les dialogues. Certes, la possibilité d’opter pour une réponse « gentille », neutre ou « méchante » n’est absolument pas une nouveauté chez Bioware qui utilise cette pratique pour orienter la mentalité du héros (et du scénario) depuis bien longtemps, mais la disposition des choix de dialogue fait ici directement écho à celle proposée dans la franchise Space Opera du studio : en haut, la réponse « gentille » qui vous fera passer pour un boyscout, au milieu, la réponse neutre de celui qui ne se mouille pas et en bas, la vilaine répartie qui vous fera à coup sûr passer pour un salaud. Pour bien renforcer l’aspect didactique de ses choix, de petites icônes indiquant l’orientation des réponses ont même été implémentées histoire d’être sûr de son coup. Difficile de se tromper à ce stade.

Pour en finir du côté du gameplay, cette démonstration sur PS3 semble révéler un constat quelque peu inquiétant pour les puristes : la série semble prendre une tournure très « console » après un premier titre clairement orienté jeu de rôles PC. Si la sauce a bien pris sur XBox 360 avec Mass Effect largement en raison d’un gameplay orienté action-RPG dès le premier volet, avec la franchise Dragon Age ce revirement de situation change la donne et les amoureux de Dragon Age : Origins pourraient bien, si la tendance se confirme, difficilement trouver leur compte avec ce nouvel opus. Côté histoire par contre, si la démo ne permet pas de cerner totalement la trame scénaristique, il est certain que certains personnages du premier jeu seront de la partie, laissant présager des liens entre les deux jeux et des clins d’œil aux joueurs de la première heure. Il faudra néanmoins sans doute attendre la sortie du jeu pour en cerner l’impact et l’importance.

La démo de laisse aucun répis au joueur en l'opposant rapidement à des adversaires imposants à l'image de cet ogre.

Terminons enfin en évoquant les graphismes : à ce niveau-là, difficile de ne pas afficher une certaine déception tant le rendu n’est pas à la hauteur de l’attente. L’aliasing omniprésent gâche quelque peu le tableau et la modélisation des personnages n’est pas non plus au top, sans pour autant se montrer catastrophique. Encore une fois, ils ‘agit de la version PS3 et la démo commence à dater puisque c’est la même qui fut présentée dans d’autres salons plus tôt dans l’année, entre autre au Gamescom : on peut donc s’attendre à un meilleur rendu dans la version finale, sur consoles et PC, une tendance déjà affichée dans la récente bande annonce du jeu dévoilée par son éditeur. Le rendu reste par ailleurs dynamique et les amateurs de giclées sanguinolentes seront ravis d’apprendre que les personnages se retrouvent une nouvelle fois plein d’hémoglobine après leurs combats.

Cette présentation intervient quelques jours seulement après l’annonce d’Electronic Arts concernant la sortie du jeu : nommé Dragon Age II : Rise to Power, le soft sera disponible en mars 2011 dans les bacs. Il semblerait également que les joueurs de la première heure pourront reprendre leur sauvegarde du premier volet pour que les évènements survenus dans celui-ci influent sur le second jeu, une pratique une fois encore chère à Bioware depuis Mass Effect. Ce qui est sûr, c’est que les fans du studio ne seront en aucun cas dépaysés.

Share
Bioware dragon age 2 Electronic Arts Hawke Mass Effect Paris Games Week PGW RPG
L'auteur

Co-fondatrice et rédac'chef de GentleGeek, je suis journaliste le jour et blogueuse la nuit - les deux ne sont pas incompatibles, non non. J'aime le cinéma, les jeux vidéo, les comics et les chats. C'est déjà pas mal !

2 avis

Rejoindre la discussion
  1. Layjin le 31 octobre 2010
    j’espère que ce portage "grand public" ne va pas se limiter à quelques chose de simple et trop gamins... Un peu comme unleash 2 (oui encore lui). Allez comprendre pourquoi tout ce qui touche au grand public est foncièrement rabaissé sur tous les points... Les gens seraient-il bête ? Scoubidou est-il un chien ou un homme costumé ayant des problème de diction? Les glaces sont à la crème ou au lait??? Tant de questions... Tant de fautes dans mes posts...
  2. Pingback: [Preview] Dragon Age II, seconde prise en main 8 Fév, 2011

    […] dans nos colonnes en septembre dernier, l’aperçu de Dragon Age 2 sur PS3 nous avait laissé perplexe vis-à-vis de quelques défauts, notamment au niveau des graphismes et […]

Laisser un commentaire.