Share

Après la première partie des previews de titres Nintendo présentés à l’E3, voici la seconde et dernière partie de jeux annoncés sur Wii, Nintendo 3DS et Nintendo DS.

The Legend of Zelda: Skyward Sword

La première présentation du nouveau Zelda dédié à la Wii avait de quoi laisser sceptique sur la bonne évolution de l’une des franchises fétiches de Nintendo. Mais une fois qu’on saisit la Wiimote et le Nunchuk, difficile de faire la fine bouche sur la prise en main du titre.

L’ensemble est plus intuitif que jamais et les néophytes ne devraient pas avoir beaucoup de mal à mémoriser les différentes combinaisons et fonctions offertes par le jeu, notamment concernant les divers outils mis à disposition de Link comme le lance-pierre, l’arc ou encore une coccinelle mécanique et téléguidée. La raison est simple : grâce au Wii Motion Plus, il suffit simplement de reproduire les mouvements nécessaires pour leur utilisation. Les fans qui ont été déçus de ce côté là par Twilight Princess seront donc ravis d’apprendre que l’accessoire de Nintendo apporte au gameplay ce que les fans pouvait attendre de la précédente itération de Zelda, surtout lors combat à l’épée où il ne suffira pas d’agiter le Nunchuk pour donner des coups mais où il s’agira bien de décider si l’on souhaite frapper par le haut, par le bas, trancher sur le côté ou tenter une percée en fonction l’adversaire en reproduisant tout simplement les mouvements comme si on tenait réellement l’arme en main.

Les combats n’en sont que plus tactiques, mais aussi plus jouissifs, et il n’est pas nécessaire de faire de grands mouvements pour que Link adopte le bon comportement. Même de façon passive, ce dernier tient son épée en fonction de la façon dont vous tenez le Nunchuk : un soucis du détail qui rassure sur la précision du système de jeu. On se demande tout de même si l’ensemble restera jouable assis…

 

Il était possible de tester une phase de jeu où Link chevauche un oiseau géant : si la séquence proposée était une course poursuite avec un objectif bien précis, on appréciera ce sentiment de liberté  dans le pilotage de la bête et il est probable que ce dernier rappel quelques bons souvenirs aux joueurs d’Ocarina of times qui verront leur plaisir décuplé par un ciel forcément plus vaste que les terres fermes d’Hyrule.

Difficile d’évaluer les phases de donjon en quelques minutes, on pourra cependant souligner que ces derniers ne devraient pas décevoir les aventuriers à la recherche de défis : il ne suffira pas de foncer tête baisséepour espérer achever les niveaux. Chaque ennemi dispose de techniques et de points faibles bien précis et il faudra adapter sa technique de combat en fonction de ces derniers. Il existe parfois plusieurs méthodes pour venir à bout de ses adversaires et votre sens du timing pourra également faire la différence, notamment lorsqu’il est question de bloquer une attaque avec le bouclier. On ne se prononcera pas encore sur la difficulté des énigmes mais il ne devrait pas y avoir de grandes surprises de ce côté là pour les habitués de la série.

La démo se terminait par un affrontement contre un boss et on restera volontairement vague concernant son identité. Sachez toutefois qu’au même titre que l’ensemble du jeu, il faudra faire preuve de logique et observer attentivement le comportement des boss pour parvenir à les vaincre, le Wii Motion Plus apportant une nouvelle dimension tactique non négligeable à ces combats qui s’annoncent particulièrement épiques : quand le boss est en mesure de bloquer nos attaques à l’épée d’une seule main et que les mouvements de Link se coordonnent parfaitement avec les notre lorsqu’on essaye une manœuvre d’évasion, on peut assurément affirmer que les combats se vivront autant que l’aventure de notre héros !

Au final, le seul point qui devrait diviser les joueurs concerne l’aspect graphique du titre : le style légèrement cartoon et la luminosité quasi-omniprésente peuvent donner l’impression que les environnements manque de détails. En revanche, on pourra difficilement critiquer le jeu sur l’animation qui est vraiment soignée, le soucis du détail et les différents passages qui demanderont un peu de réflexion qui, à l’instar de Portal, apporte une auto-satisfaction plutôt agréable une fois « l’astuce » trouvé soi-même. Des appréhensions donc qui peuvent bien vite s’évaporer si on ne se contente pas de juger le jeu en le regardant.

Le jeu devrait être disponible à la fin de l’année.

Luigi’s Mansion 2

On n’avait pas revu Luigi dans son propre jeu depuis sa première tentative sur Gamecube et c’est donc sur 3DS que le partenaire de Mario va devoir faire le ménage dans un manoir rempli de fantômes. Graphiquement, si cela ne paraît pas évident sur des vidéos ou des photos, sur la console, le jeu s’en sort plutôt bien et l’effet 3D est également réussi : chaque salle se présente comme un tableau au sens figuré comme au sens propre du terme et les effets de lumière sont particulièrement soignés. Le jeu ne manque pas d’humour et si les animations de Luigi, comme celles de fantômes, ne manquent pas de détails, elles manquent quand même parfois de fluidité.

Le gameplay du jeu ne requiert pas l’utilisation du stylet et ne pose pas de soucis majeure. Cependant, il faudra faire un choix entre l’affichage 3D et l’utilisation de l’accéléromètre, l’utilisation simultanée des deux n’étant pas forcément une judicieuse idée d’un point de vue pratique si on veut garder une vision précise sur le jeu, effet 3D oblige. Pour attraper les fantômes, rien de plus simple : il est nécessaire de les flasher dans un premier temps pour les surprendre avant de tenter de les aspirer. Il faudra parfois s’y reprendre plusieurs fois tout en faisant attention à ne pas se faire attaquer par un autre fantôme durant l’opération.

Espérons cependant Next Level Games, responsable du développement du jeu, puisse parvenir à proposer un titre de qualité sous la direction de Miyamoto, car après un horrible Transformers sur Wii et une décevante adaptation de Captain America sur Playstation 3 et Xbox 360, on est en droit d’avoir quelques craintes et quelques réserves sur ce premier essai sur 3DS. Gageons qu’ils reviennent aux sources avec leurs précédents succès !

Le jeu pourrait s’adresser sans problème aux fans du premier Bio Hazard/Resident Evil et de Ghostbusters !

Le jeu est prévu pour l’été 2012.

Solatorobo : Red the Hunter

Développé par CyberConnect 2 et édité par Namco Bandai, SolatoRobo est un action-RPG 3D qui propose aux joueurs qui disposent d’une Nintendo DS une aventure relativement classique et qui s’adressent surtout à une jeune génération. Si le design des personnages peut vous sembler familier, c’est tout simplement parce que l’auteur du chara-design n’est autre que Nobuteru Yuki, un artiste qui a travaillé sur des anime comme The Vision of Escaflow mais surtout, qui a travaillé sur Tail Concerto, un titre sorti sur Playstation très proche en tous points de vue à SolatoRobo : l’aventure se déroule dans le même univers que celui-ci. Certains personnages se retrouvent d’ailleurs dans le titre : dans la séquence proposée, Cyan Garland, accompagné de la princesse Terria, apparaissent brièvement durant une quête se déroulant dans une arène où il faudra combattre à l’aide de son Dahak : une sorte de « mecha » de combat.

L’occasion de tester le gameplay du jeu qui s’est avéré relativement simpliste durant cet essai et se résume en deux actions : attraper et frapper. On se doute malgré tout que le système pourra être plus complexe au fur et à mesure de la progression dans le jeu, les possibilités offertes par le pilotage du Dahak devraient permettre aux joueurs de rajouter différentes pièces pour améliorer les performances de son appareil.

Graphiquement, le jeu est une réussite et certains décors sont très agréables à parcourir. L’univers proposé regorge de détails et on regrettera peut-être que l’intégration des personnages avec le décor ne soient pas toujours réussie dans de très rares cas.

De plus, le titre s’avère excessivement « niais » et tente donner de trop nombreuses indications sur ce qu’il faut faire durant les combats : en même temps, le public visé concerne clairement une catégorie de jeunes joueurs.

La plate-forme choisie est finalement judicieuse pour le jeu qui devrait trouver un public réceptif avec un titre, certes classique, mais de qualité, autant sur l’habillage sonore que graphique : les fans d’action-RPG japonais ne devraient, en tout cas, pas être déçus.

Le jeu est déjà disponible depuis le début de Juillet 2011.

Rythm Heaven Wii

Proposer un jeu qui ne demande l’utilisation que d’un seul bouton (voir 2 boutons à de rares occasion) accompagné de graphismes dignes d’un jeu flash sur Wii : résumé comme ça, on pourrait se dire qu’il s’agit là d’une vaste plaisanterie ou d’un jeu extrêmement low-cost et sans intérêt. Ce serait presque le cas si le jeu n’était pas le troisième d’un titre qui connaît un joli succès sur l’archipel nippon depuis 2006 sur Game Boy Advance et pour anecdote, il existe même une borne d’arcade inspiré de cette version depuis 2007 et développée conjointement par Nintendo et Sega (la même année que la sortie de Sonic & Mario Olympics). Un nouveau volet est commercialisé en 2008 sur Nintendo DS au Japon et en 2009 dans le reste du monde. Donc ce n’est pas un hasard si ce nouvel opus débarque sur Wii et que le challenge pour séduire le public est de taille car il est difficile de s’imaginer pouvoir s’amuser avec une sous exploitation de la wiimote.

 

Si vous n’êtes pas sensibles à la culture japonaise et qu’il vous est impossible d’apprécier les publicités étranges qui peuvent être diffusées au pays du soleil levant, le design risque d’avoir sur vous un effet répulsif tant elle s’en inspire et avec un humour qui pourrait ne pas vous interpeller outre mesure. Cependant, ce parti pris a le mérite de proposer une direction artistique réelle et des repères visuels plutôt claires et explicites. La relative simplicité des graphismes peut s’expliquer par le soucis de proposer une fluidité absolue dans un jeu où la précision est cruciale. Cela n’empêche pas le jeu, parfois, de vous tendre des pièges visuels pour vous inciter à utiliser vos oreilles ou à développer d’autres méthodes pour ne pas échouer.

Les quelques mini-jeux proposés sur la démo peuvent s’avérer particulièrement addictifs et reposent avant tout sur votre capacité à adopter le bon timing en appuyant sur une seule touche, avec parfois une légère variante, et d’adapter votre rythme aux épreuves proposés, comme par exemple d’attraper à la fourchette des petits pois envoyés à toute vitesse vers vous : la musique et les sons jouent alors un rôle primordial dans les épreuves car ils permettent aux joueurs de repérer le rythme sonore à adopter pour synchroniser son timing. Mais de la même façon que l’aspect graphique, elle peut avoir un effet pervers et volontairement ne pas être synchronisée avec les séquences de touches : un exercice qui, sur le long terme, peut motiver à essayer d’obtenir le_perfect.

En fonction du prix auquel le jeu sera vendu, il pourrait présenter un intérêt en solo, pour la quête du score parfait, et à plusieurs, pour la compétition entre amis et se lancer des défis : des défis qui pourraient même remplacer plus efficacement et de plus façon originale ceux qui sont proposés par un certain titre d’Ubisoft

Le jeu sera disponible en France en 2012.

Merci à Nintendo de nous avoir conviés à la galerie Backslash afin de pouvoir réaliser cet article.

Share
3DS Luigi's Mansion 2 NDS Nintendo Nintendo DS Red the Hunter Rythm Heaven Skyward sword Solatorobo The Legend of Zelda wii Zelda
L'auteur

Non.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire.