Share

Après le jeu, accueilli de façon plutôt mitigée, voici venir le temps des DLC pour Dragon Age II (et peut-être des rires et des chants, qui sait).

Après une première série de DLC composée uniquement de packs d’armes, Bioware revient, avec cette fois du vrai contenu: histoire, quêtes et tout et tout: ça ne rigole plus. Pour la modique somme de 6.97 € (ou 800 Microsoft points), vous aurez donc le plaisir de retrouver Hawke (et Isabela…) dans Dragon Age II: Legacy.

On est à Pise?

 

Un gameplay amélioré:

La prise en main ne surprendra personne, ce DLC restant assez fidèle au gameplay d’origine. Des améliorations notables ont cependant été apportées aux combats: plus de configurations de batailles, moins d’ennemis qui apparaissent par vagues (même si ce problème n’est pas tout à fait réglé): la pause stratégique fonctionnera bien plus que dans Dragon Age II, entre les stratégies propres à certains assaillants (ces derniers étant assez variés tout au long du DLC), la configuration des lieux… On se fend la poire à coups de hache, au sens propre comme au figuré.

 

Bon, on dirait pas comme ça, mais ce combat est trop tactique…

 

Autre point nettement amélioré: le level design. Fini les copiés/collés de cartes à l’infini donnant l’impression de rejouer encore et toujours la même quête! Les lieux que l’on visite ici sont cohérents, vastes, soignés, on retrouve des paysages dignes de Dragon Age: Origins. L’ambiance de jeu en est clairement plus immersive.

Quelques problèmes quand même: vos compagnons ont toujours tendance, dans les couloirs et salles étroites, à vous coincer dans un coin, vous obligeant à changer de leader pour sortir, ou encore à ne pas vous suivre correctement et à rester benoîtement face à un mur (ce qui peut être mortel)… Rien de rédhibitoire cependant.

Sympa comme coin pour une virée entre filles, nan?

 

Mais une narration un peu bâclée:

Tout comme dans Dragon Age II, on sentait bien qu’Electronic Arts avait un peu forcé Bioware à sortir son jeu que Bioware avait sorti son jeu avant qu’il ne soit complètement fini, dans Legacy, on ne peut échapper à cette impression: la quête est introduite de façon simpliste, et l’astuce narrative du conteur ayant oublié un détail fait plutôt penser à une grosse ficelle utilisée par manque de temps. Je ne parle même pas de la vulgaire statue cliquable qui nous transporte in medias res sans préliminaires. Heureusement la quête principale se tient, et les quêtes secondaires sont plutôt  intéressantes, ou à défaut, participent à étoffer l’univers.

Quelle belle introduction soignée pour une quête que cette gargouille…

 

Là où le bât blesse, c’est au niveau du comportement de nos chers compagnons: si on se surprend toujours à s’arrêter pour écouter quelles horreurs Isabela et Aveline (par exemple et complètement au hasard) se jettent au visage entre un orc et une abomination, leurs réactions face aux évènements sont pour le moins… Absentes. Du coup, les quêtes, intéressantes sur le papier, sont très mal mises en valeur scénaristiquement parlant. La fin de Legacy a été de surcroit mise en scène avec les pieds d’un cul-de-jatte, coupant complètement l’immersion et ruinant l’instant émotion.  Jouer « en famille », si votre sauvegarde le permet, est le meilleur remède contre l’impression de solitude dans ce DLC.

Quant à l’histoire en elle-même, elle se laisse suivre, mais arrive clairement de nulle part: mal introduite, ne faisant pas vraiment référence à des évènements ou à des détails de Dragon Age II dans sa trame principale, on sent (et on se doute, c’est Bioware, quand même) qu’elle aura son importance et que des allusions auraient pu/dû y être faites dans le jeu, mais pour l’instant, on manque un peu de perspective.

 

Ne paniquez pas, mais je crois qu'on est perdus…

 

Au final donc, c’est un DLC en demi-teinte que nous livre Bioware: Si les combats et le level design ont été grandement améliorés, c’est un peu au détriment de la narration et des dialogues. L’ensemble est cependant très agréable à jouer, et occupe sans problème pendant 3-4h la première fois (voire plus en mode cauchemar). La replay value est comme d’habitude au rendez-vous, étant donné qu’il y a des choix à faire, et des configurations de compagnons à tester, et différentes fin de Dragon Age II à continuer…. 

Share
Bioware dlc Dragon Age II Electronic Arts legacy
L'auteur

Fille de Mary Poppins et Xena la Guerrière, aime se promener dans les bois pluvieux. Avec une console. Ou un comics. Avant que les cylons n'arrivent...

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire.