Share

 

Alors que la date de sortie se rapproche, puisque le jeu devrait débarquer sur nos plateformes (PC, PS3, XboX 360) en mars prochain, Rockstar Games nous invite à entrer dans les coulisses du jeu, et à jeter un œil sur la démarche de recherche et les inspirations de l’équipe créative.

Un petit tour derrière l’écran…

Le site propose en effet une page présentant sommairement la démarche suivie pour planter le décor de São Paulo, ainsi que les sources d’inspiration pour la Unidad de Forças Especiais (UFE), équivalente fictive des équipes d’intervention brésiliennes, telles qu’elles ont pu être présentées dans Bus 174 ou Favela Rising, par exemple.

Différents liens vers des pages Wikipédia ou encore des articles de presse (comme ce lien vers un article de la BBC sur le problème des prisons brésiliennes) plantent également la situation retenue pour dépeindre les gangs, leurs armes, le climat de violence dans lequel évoluera Max Payne.

A gauche, la réalité. A droite, la fiction. On joue aux sept erreurs?

 

Quant à la création de la São Paulo virtuelle, elle a été documentée grâce à des voyages sur place, durant lesquels les développeurs se sont attachés, en plus du côté purement graphique des paysages (les favelas, les Jardins (quartier riche de la ville)) et des textures, à des détails, comme les tenues vestimentaires des habitants, et ont interviewé un panel assez large de la population, du chanteur de bossa nova au membre de gang des favelas, histoire de créer un environnement réaliste.

A gauche, l'équipe créative visite. A droite, Max Payne a une jolie chemise.

 

Cette première incursion derrière l’écran (puisque l’article nous annonce d’autres coulisses sur d’autres thèmes d’ici mars) nous promet déjà un jeu à l’atmosphère bien ficelée, et à l’ambiance graphique immersive à souhait. Et nous permet d’imaginer les décors et les personnages au travers desquels Payne devra se frayer chemin, en attendant de les avoir sous les yeux.

 

… Et même devant!

Dans le même ordre d’idée, mais dans un autre registre, Rockstar, via un petit billet « Rockstar Recommends :  The Killer » explique que les films noirs, notamment ceux ayant pour décor New York, ne sont pas les seuls à avoir influencé l’ambiance et l’univers de la franchise Max Payne, et nous invite à nous pencher sur The Killer, film de John Woo de 1989, mettant en scène un tueur à gages aux prises avec sa conscience, sur fond de colombes, de ralentis et de gunfights azimutés.
Petit conseil de soirée DVD pour grosse promesse de jeu : Max Payne 3, ça va être explosif.

 

Entre l’envers du décor et les influences de la franchise, Rockstar Games semble nous dire que son prochain bébé enverra du lourd, l’équipe s’étant documentée pour nous rendre une copie détaillée et réaliste, avec des affrontements à la mise en scène soignée et sanglante (ce que les vidéos du jeu semblent appuyer, cf. ci-dessous). A suivre donc, puisque d’autres coulisses nous attendent d’ici mars.

Share
John Woo Max Payne 3 Rockstar Games São Paulo
L'auteur

Fille de Mary Poppins et Xena la Guerrière, aime se promener dans les bois pluvieux. Avec une console. Ou un comics. Avant que les cylons n'arrivent...

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire.