Share

 

WILLIAM BIRKIN

 

Né en 1962, William Birkin est un génie virologue qui intègre le centre de formation de James Marcus à l’âge de 15 ans. C’est à ce moment qu’il rencontre Albert Wesker avec qui il se lie d’amitié. Impliqué dans le développement du virus-T, il trahit son mentor en suivant Wesker dans les locaux du manoir Spencer pour y devenir chef de projet en 1979. Il est le plus jeune chercheur d’Umbrella et en retire une certaine fierté jusqu’au jour où Alexia Ashford, fille d’Alexander, âgée de 11 ans, s’octroie la place de chef de projet dans le centre situé en Antartique en 1981. Dévoré par son orgueil, il sombre furieusement dans ses travaux et se réjouit à la nouvelle de la mort de cette dernière en 1983.

William Birkin, le prodige d’Umbrella ?

Quelques années plus tard, il tombe amoureux de son assistante Annette et l’épouse. Sa fille Sherry voit le jour durant l’année 1986 au grand étonnement de Wesker qui ne comprend pas le souhait de fonder une famille alors qu’il est à l’aube de sa carrière.

C’est en 1988 qu’il est envoyé avec Wesker auprès de Marcus pour l’assassiner. Il récupère ainsi l’ensemble de ses travaux et s’en attribue tout le mérite lorsqu’il devient officiellement le chef de projet au développement du virus-T. Lorsqu’il accompagne Wesker pour expérimenter l’échantillon du virus type Nemesis provenant de France sur le sujet Lisa Trevor, il fait l’étonnante découverte d’un gêne muté qui lui servira de base au développement du virus-G.

Dès lors, il obtient l’aval de Spencer et du quartier général pour se consacrer au projet du virus-G en 1991 et deux ans plus tard, il se voit transféré dans les laboratoires cachés sous la ville de Raccoon City bâti spécialement pour l’accomplissement de ce virus.

Après la fuite du virus-T dans le manoir Spencer en mai 1998, il constate avec Wesker que Marcus est toujours en vie. Bien décidé à le faire taire définitivement pour ne pas compromettre sa carrière, il détruit le centre de formation emportant dans sa déflagration toutes les preuves l’inculpant et la créature qui prenait l’apparence de James Marcus.

Avant de se séparer, Wesker lui confie son intention de quitter Umbrella et lui demande de le suivre. Birkin décline l’offre mais remet à son ami un virus prototype développé par Spencer durant la période des « enfants Wesker ». C’est le virus que Wesker s’injectera après la simulation de sa mort.

Le développement du virus-G est achevé dans le courant du mois de septembre 1998.

 

LE VIRUS-G

 

Le virus-G se présente comme bien plus puissant que le T et possède la particularité d’évoluer continuellement. Les résultats sont donc instables et le corps de son hôte se transforme rapidement mais il a la capacité surprenante de se régénérer. Le virus accroit la volonté de se reproduire en implantant un embryon dans les corps de ses victimes qui, s’ils l’accueillent favorablement, mutent et cherchent à leur tour à s’étendre.

Il n’existe qu’un seul vaccin à ce jour et porte le nom de code de Devil. Cependant il est incapable de supprimer la trace du virus et ne fait qu’en brider les effets.

 

LES USS

 

Hunk Death ne connait pas la mort !

 

Umbrella Security Service. C’est une unité paramilitaire que la société emploie dans des missions secrètes telles que des assassinats, des transports de convoi ou même des destructions de preuves.

On ne sait pas en quelle année a été montée cette unité mais elle a été responsable du meurtre de James Marcus en 1988.

Elle est composée de membres au profil varié comme des anciens militaires, infirmiers ou scientifiques. Un centre de formation dédié aux USS et UBCS est installé sur l’île Rockfort où il est impératif que les membres des USS aient des aptitudes pointues au combat et l’expérience du terrain. Les USS agissent dans l’ombre et sont méconnus du public. On les reconnait à leur uniforme sombre et à leur masque à gaz.

Aujourd’hui, on ne connait que deux divisions : Alpha et Delta, mais il n’est pas impossible d’en découvrir des nouvelles.

L’équipe Alpha comprend entre autre un soldat légendaire : Hunk Death dont le surnom fait écho à sa réputation de toujours échapper à la mort.

L’équipe Delta est menée par Lupo qui compte sous son commandement, Vector, Beltway, Four Eyes, Bertha et Spectre.

 

DÉBUT DE LA CONTAMINATION

 

Aux portes de la mort, Birkin s’injecte le virus-G

Peu avant de finaliser le virus-G, William Birkin entre en conflit avec ses supérieurs en restant persuadé que ces derniers s’approprieront ses travaux et qu’il tombera dans l’oubli. Il se souvient du sort réservé à James Marcus et se doute fortement qu’il est en voie de suivre un destin identique. Il demeure alors discret sur l’avancée de ses travaux et se rappelle des projets de Wesker. Après tout, il est peut-être temps pour lui aussi de partir et songe que le gouvernement peut être un acheteur potentiel. Son épouse Annette pressent que le futur est incertain et que le virus-G attise trop de convoitises. Par précaution, elle décide d’en cacher un échantillon dans le pendentif de sa fille Sherry.

Mais Umbrella constate l’éloignement du scientifique et décide de lui damer le pion. Le virus-G est au point. Désormais, au regard de la firme, Birkin n’est ni fiable, ni indispensable. Ce dernier, sentant le vent tourner, contacte les forces militaires du gouvernement et leur demande de lui porter secours avant l’arrivée des USS. Malheureusement, l’équipe Alpha est déjà sur les lieux, pénètre dans les laboratoires et subtilise les virus le 22 septembre 1998. William Birkin est abattu mais parvient dans un dernier souffle à s’injecter le fruit de ses travaux. L’effet est immédiat, son corps se transforme, il devient un monstre à la forme redoutable : le premier organisme G. Ce Birkin métamorphosé poursuit instinctivement ses meurtriers jusque dans les égouts de la ville. Il s’ensuit un véritable carnage où les contenants des échantillons volés sont brisés. Seul Hunk en réchappe et les virus infectent les rats. Le survivant n’en reste pas moins déterminé, toutes ses missions ont été délicates et il s’en est toujours tiré. Cette fois-ci ne fera pas exception, il est bien décidé à mettre la main sur le virus-G.

Annette Birkin

Les rats sont contaminés par le virus-T et remontent en masse à la surface. Les rongeurs sont guidés par l’appel de la chair et attaquent tout sur leur chemin. Tout le monde est exposé, animal comme humain tombent sous les morsures des rats et sont contaminés à leur tour. Le virus se propage à une vitesse effarante et les zombies se multiplient. En moins de vingt-quatre heure, la ville en est infestée. Dans ce chaos, Annette Birkin demande à sa fille Sherry de se rendre au commissariat et de s’y cacher en attendant de l’aide.

Le chef de la police Irons convainc ses hommes de condamner les portes de la ville. Aucun civil ne doit en sortir ni y entrer. Sous couvert de sécurité afin de juguler la contamination, Irons agit en fait sous les ordres d’Umbrella qui ne voit qu’une seule alternative pour masquer sa responsabilité : éliminer tous les survivants pour faire taire toutes les langues. Pour s’en assurer, des Tyrants sont envoyé dont le Nemesis.

Les offensives du côté gouvernemental se révèlent être un échec monumental et les accusations envers la société pharmaceutique commencent à prendre forme. Dans le but de ne pas ternir davantage l’image de la multinationale, cette dernière envoie les UBCS au secours des habitants le 26 septembre 1998.

 

LES UBCS

 

Nicholai Zinoviev est le sergent de l’unité

 

Umbrella Biohazard Countermeasure Service. Elle est une unité d’élite appartenant à la société Umbrella et a pour but de porter secours aux civils durant les accidents biologiques.

Créée par un proche d’Ozwell E. Spencer au début des années 90, le colonel soviétique Sergei Vladimir, elle a la particularité d’être composée d’anciens criminels de guerre ou de mercenaires. Appartenir à l’ UBCS se présente comme une alternative pour ces repris de justice face à la peine capitale. Dans la mesure où leurs missions impliquent des dangers biologiques, le taux de mortalité sur le terrain reste très élevé parmi les membres.

 

 

 

FUIR POUR SURVIVRE

 

Face au désordre qui règne dans Raccoon City, les UBCS se retrouvent vite démunis et bon nombre d’entre eux succombent.

Brian Irons réalise qu’il n’y a plus d’espoir et perd vite la tête. Le maire Warren, quant à lui, parvient à quitter les lieux sans laisser de trace.

Le 27 septembre 1998, Raccoon City est sous les flammes. La ville devient le territoire des zombies, il ne reste plus qu’une poignée de survivants. Parmi eux, Jill Valentine, bien décidée à s’échapper afin de rejoindre Chris dans son combat contre Umbrella.

 

 

 

 

Share
capcom Operation Raccoon City Resident Evil Umbrella Corporation
L'auteur

Que le geek chic clique!

2 avis

Rejoindre la discussion
  1. Pingback: Resident Evil, prélude à l’Operation Raccoon City : A l’aube de la catastrophe 23 Mar, 2012

    […] Resident Evil, prélude à l’Operation Raccoon City : La chute de Raccoon City […]

  2. Pingback: Resident Evil, prélude à l’Operation Raccoon City : Chaos au coeur de la cité 24 Mar, 2012

    […] Resident Evil, prélude à l’Operation Raccoon City : La chute de Raccoon City […]

Laisser un commentaire.