Share

Dans les années 90, la société Umbrella est la multinationale dominante du marché de la santé en imposant ses produits dans la majorité des foyers américains. « Préserver la santé de tous » est l’un des slogans scandé par la firme dont le succès est universel. L’ensemble des produits pharmaceutiques ou cosmétiques provient de la maison au parapluie rouge et blanc qui se veut garant d’une vie plus aisée et plus encline à accompagner le quotidien des consommateurs. On se soigne, on mange, on se tartine Umbrella. Parfaitement installé sur la scène internationale, Umbrella Corporation fait l’apologie des progrès scientifiques et de l’innovation technologique pour le bien de tous. Véritable parure dorée pour une société à l’image impeccable, dont l’essentiel des activités s’établit dans la ville de Raccoon City. Cette vitrine idyllique cache évidemment de sombres activités qui se développent depuis la création de la société. Derrière cette brillante façade se terrent des projets visant à manipuler des armes bactériologiques à l’aide de virus extrêmement dangereux.

Fort de sa réussite sur le plan international, Umbrella Corp. se dote d’infrastructures auto-financées accompagnées de diverses forces d’intervention connues ou non du public : USS (Umbrella Security Service) et UBCS (Umbrella Biohazard Countermeasure Service).

 

SES MEMBRES FONDATEURS

Ozwell E. Spencer, le grand manitou d’Umbrella

 

Ils sont au nombre de trois : Ozwell E. Spencer, Edward Ashford et James Marcus. De grands scientifiques mégalomanes qui complotent dans l’ombre.

 

Ozwell E. Spencer : Né en 1931, il est un aristocrate d’origine européenne. Spencer est le président de la société Umbrella et son principal fondateur.

 

Edward Ashford : Date de naissance inconnue. Edward Ashford est le cinquième chef de la lignée des Ashford, famille aristocratique anglaise.

 

James Marcus : Né en 1918, il est professeur et biochimiste américain. Il rencontre Edward Ashford à l’université.

 

 

 

CREATION D’UMBRELLA

 

Intrigué par la série des soixante douze ouvrage écrits au début du XIXème siècle par l’explorateur Henry Travis, Etude d’histoire naturelle, Ozwell E. Spencer y découvre l’existence d’une plante baptisée « chemin vers le soleil » fleurissant dans les ruines gardées par une ancienne tribu africaine, les Ndipaya. Utilisée dans les rites locaux, la fleur prodiguerait des capacités extraordinaires à ceux qui l’ingurgiteraient.

Il ne reste d’Edward Ashford qu’une vieille peinture

En 1966, Spencer monte une expédition en direction de la cité perdue africaine. A ses côtés, Ashford et Marcus, ainsi que l’élève de ce dernier, Brandon Bailey. Lorsqu’ils découvrent la plante tant convoitée, ils retournent aux Etats-Unis et constatent avec succès, après quelques mois de recherche, qu’elle développe en-elle une forme de virus capable d’altérer l’ADN des êtres vivants. Le 4 décembre 1966, la plante est rebaptisée Progénitor.

Suite à cette découverte, Ozwell E. Spencer y voit l’opportunité de réaliser de grands projets autour de ce virus et fonde avec ses compagnons, la société Umbrella Pharmaceutique en mars 1968, dans le but de couvrir ses activités. En parallèle, il utilise sa propre fortune pour construire un centre de recherche Umbrella sur les terres africaines qui ouvre ses portes en 1969.

Pendant ce temps, avec la création de la société, Edward Ashford mène les recherches avec son fils Alexander, et assoit la renommée familiale dans le monde ce qui engendre un début de rivalité interne entre Edward et Ozwell. Toutefois, durant le mois de juillet 1968, lors d’une de ses expériences, Edward contracte le virus Progenitor et meurt. Toutes les suspicions reposent sur son rival qui aurait orchestré l’accident. Suite à cela, la gloire de la famille Ashford s’effondre et Alexander tente de redorer le blason en bâtissant un laboratoire en Antartique afin de poursuivre les recherches de son père de son côté.

Quant à James Marcus, en août 1968, il s’installe dans un manoir situé non loin de celui de Spencer aux abords de la ville de Raccoon City pour continuer à travailler autour du virus Progenitor, mais réalise clairement qu’au final, Spencer est le seul à tirer les ficelles de la compagnie.

 

LE MANOIR SPENCER

 

En 1962, Ozwell E. Spencer fait bâtir un imposant manoir dans les montagnes Arklay non loin de la petite bourgade de Raccoon City.

Le luxe, c’est glauque…

Pour cela, il demande les services d’un architecte, George Trevor qui lui dessine une bâtisse spacieuse et complexe aux multiples pièces secrètes et piégées sous laquelle se trouve un laboratoire. Une fois le manoir achevé en 1967, Spencer supprime Trevor et réalise des expériences sur la femme et la fille de ce dernier, afin d’être le seul détenteur des mystères de la maison. La demeure est alors prête à accueillir les activités de la toute jeune société, Umbrella Pharmaceutique.

C’est dans ces lieux que se déroulent les principales recherches dédiées au développement des virus, mais Spencer tient à garder un oeil averti sur collègue James Marcus, qu’il nomme directeur général en lui octroyant son propre espace de recherche par le biais d’un centre de formation dans un manoir situé à quelques kilomètres du sien.

 

LA NAISSANCE DU VIRUS-T

 

Durant de longues années, James Marcus s’acharne à contrôler le virus Progenitor et compte au sein de sa petite équipe, deux jeunes scientifiques prometteurs qui gagnent sa confiance : Albert Wesker et William Birkin.Après de nombreux échecs en testant le virus sur des cobayes de type animal, Marcus se persuade qu’il faut des sujets humains pour obtenir de véritables résultats. Il choisit ainsi des membres de son équipe qu’il soupçonne d’être des espions.

James Marcus

C’est le 19 septembre 1977 que Marcus obtient la première variante du Progenitor qu’il nomme Virus-T (Tyrant), à l’aide d’ADN de sangsues. En prise à une lourde paranoïa, Marcus décide de cacher sa découverte à Spencer et continue de développer le virus T qu’il parfait le 13 janvier 1978. Mais au même moment, Wesker transmet des informations au Président d’Umbrella, lequel y voit l’opportunité de doubler Marcus. Wesker et Birkin trahissent ce dernier en dérobant l’ensemble de ses recherches et le centre de formation ferme ses portes en juillet 1978. Dévoré par la vengeance, James Marcus continue à exploiter le virus-T par le biais de ses sangsues, seules créatures qu’il affectionne. En 1988, bien avant d’arriver au terme de ses recherches, Marcus voit arriver dans son laboratoire, Wesker, Birkin et des USS. Marcus est assassiné, les scientifiques récupèrent ses travaux et Birkin s’empare de ses découvertes en décidant de poursuivre les pistes évoquées vers un virus-G.

Cependant, une reine sangsue résultant des expériences de Marcus gagne le corps de ce dernier. En le parasitant, un long processus d’assimilation de son ADN s’opère. Elle gagne son apparence en le rajeunissant et intègre toutes ses pensées dont son savoir et sa soif de vengeance sur Umbrella.

 

MENACE DANS LES MONTAGNES ARKLAY

 

Les sangsues, encore mieux que le botox selon James Marcus

1998, l’année de toutes les galères ! La situation d’Umbrella Corporation est au beau fixe. Raccoon City devient le berceau de la firme, une grande partie des habitants travaille pour la marque qui entretient d’étroites relations avec les autorités municipales et les forces de polices.

Umbrella a développé son économie et implantant des centres de recherches à l’étranger, dont Paris. Quant au manoir Spencer, les recherches restent actives et un bon nombre de scientifiques continuent les travaux sur le virus-T en créant des créatures qui serviront d’armes biologiques. Le chef de projet est alors John Clemens.

C’est lors de cette même année, en mai, que le clone de Marcus réapparait dans les manoirs et les forêts d’Arklay pour relâcher le virus-T, provoquant ainsi des accidents dans les laboratoires souterrains du manoir Spencer. Le complexe est mis sous quarantaine, les fuyards sont exécutés sans sommation. Peu à peu, les occupants présentent les premiers symptômes du virus et s’entre-dévorent. Les semaines suivantes, de nombreuses agressions sont signalées dans les sentiers boisés des montagnes Arklay. La presse locale soulève la théorie d’attaques animales, mais des disparitions restent inexpliquées.

Les autorités locales sont dépassées et font appel aux STARS, une équipe spéciale d’intervention pour faire la lumière sur cette affaire, le 9 juillet 1998.

Le 23 juillet 1998, Marcus lance ses sangsues sur un train traversant les bois, l’Ecliptic Express.

Ce même soir, l’équipe Bravo des STARS est envoyée sur les lieux.

 

Share
capcom Operation Raccoon City Resident Evil Umbrella Corporation
L'auteur

Que le geek chic clique!

5 avis

Rejoindre la discussion
  1. Le Pingouin le 21 mars 2012
    J'ai relevé quelques erreurs mais sinon c'est pas mal ^^
  2. 406 Auteur le 21 mars 2012
    Ah ? J'ai pourtant pris le soin de bien vérifier mes infos, mais je serais ravie que tu m'en fasses part^^.
  3. Le Pingouin le 22 mars 2012
    Désolée, comme dit sur FB, je me suis trompée... Mea Culpa !
  4. Pingback: Resident Evil, prélude à l’Operation Raccoon City : Introduction 22 Mar, 2012

    […] Resident Evil, prélude à l’Operation Raccoon City : Umbrella Corporation […]

  5. Pingback: Resident Evil, prélude à l’Operation Raccoon City : A l’aube de la catastrophe 22 Mar, 2012

    […] Resident Evil, prélude à l’Operation Raccoon City : Umbrella Corporation […]

Laisser un commentaire.