Share

Les Tortues Ninja seront bientôt de retour dans une nouvelle série animée produite par Nickelodeon. Un show qui devrait proposer de nouvelles perspectives pour ces héros qui ont bercé l’enfance de bien des adultes d’aujourd’hui ! A l’occasion du Comic Con 4, nous avons eu l’occasion de participer à une table ronde dans laquelle Kevin Eastman, le créateur des Tortues Ninja, et Rich Magallanes, vice-président des contenus animés de Nickelodeon, ont donné de nombreuses infos sur cette nouvelle série… en attendant de pouvoir la voir !

Bonjour Kevin, bonjour Rich ! Pouvez-vous présenter cette nouvelle série animée ?

Rich Magallanes : Ce sont des adolescents, frères, super héros, il y a un mélange entre comédie et action, et ça semble être parfait pour Nickelodéon, et arriver au bon moment.

Kevin Eastman : C’est effectivement le bon moment ! Je n’ai pas dessiné de comic book des Tortues Ninja depuis 1996, mais en ce moment plusieurs projets se regroupent. Nous redémarrons actuellement une série de comic book qui s’inspire de la série originale en noir et blanc, puis il y a cette série, et un film d’action (en réalisation, produit par Michael Bay, ndlr). Ce n’était pas prévu, mais toutes ces choses se sont au final connectées.

Peut on parler un peu du comic book ? Les toutes premières tortues ninja avaient toutes un bandana rouge, vous avez souhaité revenir aux 4 couleurs différentes, pourquoi ?

Kevin Eastman : J’étais très excité à l’idée de développer un nouveau comic book, d’avoir un nouvel univers des Tortues Ninja. Il y a toujours une base immuable : 4 personnages exposés à un mutagène, Shredder… Le comic book noir et blanc se veut plus vieux, plus mature, la série plus enfantine, et le film se situe entre les deux. Pour chacun de ces projets, nous avons réfléchi à tout ce qu’il y a eu en 25 ans de Tortues Ninja et pris ce qu’il y avait de meilleur en chaque. J’avais travaillé sur la série originale de comic books, mais beaucoup de choses se sont rajoutées au cours de toutes ces années. Il a donc fallu créer de nouvelles bases pour ces projets, et connecter l’ensemble. On s’inspire donc de la série de comic books originale, du dessin animé… C’était assez amusant. Et les fans ont exprimé leur contentement ! C’est une bonne chose, car on s’inquiétait un peu de la réception de certaines nouveautés.

Il y aura une série de comic book adaptée du dessin animé, c’est ça ?

Kevin Eastman : Nous allons essayer de faire comme avant, avec les différents univers des tortues. Il y a effectivement la série des Archie Comics, qui sont des adaptations des dessins animés. Mais nous essayons de laisser séparés les deux types de comic book, qui ont des styles bien différents.

Quelles sont les différences principales entre la dernière version du dessin animé et cette nouvelle version ?

Rich Magallanes : Comme nous avons dit, nous avons essayé de regrouper plusieurs anciens éléments de la série. Par exemple, certains monstres sont directement inspirés du passé, et d’autres sont totalement inventés, tout comme l’arrivée de nouveaux personnages. Un autre exemple est celui des tortues elles-mêmes : au début elles avaient toutes le même bandana et il était difficile de les distinguer. Dans notre version, on peut les reconnaitre au bandana, à l’arme. Une des tortues peut être reconnue à un choc dans sa coquille provenant d’un ancien combat assez éprouvant. Elles ont toutes des tailles différentes : Donatello est le plus grand, Michelangelo est le plus petit, Raphael a une couleur de peau plus marron et Leo est un peu dans la moyenne. Nous avons donc voulu les personnaliser : chacun a son propre caractère, sa propre apparence.

Kevin Eastman : Pour ma part, ce qu’il y a de plus grisant dans cette nouvelle série, c’est la technologie, et notamment l’apparence physique des tortues. Sur la première couverture, on peut voir qu’elles ont des pieds plus larges, leur corps a l’air plus développé, gonflé de stéroïdes. L’animation assistée par ordinateur est désormais très intéressante visuellement. Sur la vidéo en ligne où l’on peut voir les tortues traverser un toit d’immeuble, on a une superbe vue d’ensemble sur la ville, tout comme lorsque la caméra arrive les suit, et filme les combats. Le style visuel est différent, et de bonne qualité.

Rich Magallanes : Ce que vous avez pu voir n’est pas la version finale, nous n’avons pas encore totalement terminé. Mais déjà, les textures sur les coquilles des tortues et les revêtements sont exceptionnelles… Nous avons répondu à plus que ce que vous nous avez demandé ! (rires)

Vous avez laissé entendre que cette nouvelle version des tortues était votre préférée…

Kevin Eastman : Oui ! Déjà parce que nous avons la chance d’avoir pu choisir les éléments que nous aimions dans les séries du passé. Peter Laird et moi avons travaillé sur 300 épisodes du dessin animé et je me rappelle des questionnements « Pourquoi ne pas rendre Shredder plus cool ? Pourquoi doit-il toujours être idiot ? ». Il y avait toujours cette volonté de rendre la série moins débile et plus centrée sur l’histoire. Avec cette version, j’ai vraiment l’impression qu’on a pu choisir les meilleurs éléments. Tout cela accompagné d’une technologie qui aide au visuel, au rythme, à l’aspect artistique et créatif. Dans la même idée, il était impossible jusqu’à présent de voir un film comme The Avengers, qui jouit d’une fantastique technique.

Rich Magallanes : En ce qui me concerne, c’est ma version préférée car c’est la seule sur laquelle j’ai travaillée ! (rires) Sérieusement, j’accorde une place primordiale aux personnages et à l’histoire, et Les Tortues Ninja possède à la fois des personnages incroyables et des histoires profondes et riches. Et plus je travaillais sur ce projet, plus je me rendais compte à quel point la mythologie de cette série est développée. Il y a tellement d’éléments avec lesquels jouer ! Beaucoup de gens suggéraient de faire intervenir tel ou tel élément, mais la saison 1 était surtout là pour replacer les fondations, réintroduire les personnages et les principaux arcs narratifs. Avec la saison 2, on va pouvoir étudier chaque personnage plus en détails, et commencer à jouer.

Kevin Eastman : Une chose amusante avec l’équipe de production actuelle est que la plupart des membres ont grandi en lisant les comics des Tortues Ninja, et qu’ils se sentent donc concernés par le fait de respecter son état d’esprit.

Rich Magallanes : C’est très important qu’on conserve l’intégrité , non seulement pour les fans, mais aussi pour le nouveau public. C’est beaucoup de travail, c’est fatiguant !

Kevin Eastman : Il était plus grand avant. (rires)

Rich Magallanes : Je ne sais pas ce qu’il m’est arrivé, une mutation sûrement !

La chanson du générique de début des dessins animés était assez célèbre. Est-ce qu’elle sera gardée dans cette nouvelle version ?

Rich Magallanes : Je ne veux pas trop en dévoiler, mais la chanson est effectivement un élément clé de la série. Nous en faisons donc une nouvelle version. Nous travaillons toujours dessus, mais elle s’annonce fantastique, j’en suis assez fier ! J’aimerais vous la faire écouter, mais je ne peux pas car elle n’est pas terminée. Je suis sûr que vous allez l’aimer !

Kevin Eastman : Vous connaissez Chuck Lorre ? C’est celui qui a composé la musique originale.

Y aura-t-il aussi un nouveau jeu vidéo ?

Rich Magallanes : Oui ! Il est encore en développement, ce sera une série de jeux sur le site de Nickelodeon. Un travail soigneux y est apporté. Mais tout comme le marketting, la presse… Je n’ai jamais vu autant d’attention et de soutien apporté à un projet de la part de Nickelodeon depuis plus de 15 ans ! Ça fait plaisir.

Au commencement de la série, aviez vous prévu un tel succès ?

Kevin Eastman : Oui, c’était spécialement conçu pour être un gros succès ! (rires) Non. Peter Laird et moi avons grandi avec les comics et nous avons toujours voulu en dessiner. Nous nous tenons sur les épaules de géants, comme Jack Kirby. Donc, dès que nous avons eu l’opportunité de faire nos propres comics, nous avons mis toutes les choses que nous aimions dans un seul comic dont on était sûr de ne pas vendre un seul exemplaire. Nous avions emprunté de l’argent à nos proches pour pouvoir tirer 3000 exemplaires, et ces derniers ont été contents de voir qu’on arrivait à les rembourser facilement. La surprise a été que le public s’est montré demandeur d’un tome 2 alors que nous n’avions jamais songé à en faire un. Donc nous avons dessiné un tome 2, qui s’est davantage vendu, et un an plus tard nous vendions 100 000 copies… Mon rêve de dessiner des comics à plein temps est devenu réalité. Et le fait d’être ici, à Paris, 30 ans plus tard, à toujours parler des tortues, c’est fantastique.

Kevin, en quelle mesure êtes-vous impliqué dans les projets actuels ?

Kevin Eastman : Le dessin animé est un peu comme une récompense. Peter Laird et moi avons travaillé sur les dessins animés pendant 21 ans, donc on vient souvent me demander mon avis. Je n’ai pas autorité directe sur la production, mais je suis une présence solide. Cependant, en ce qui concerne le comic book, je sui s directement impliqué dans l’écriture et le dessin. C’est étrange de s’y remettre alors que je n’avais pas dessiné de comic book Tortues Ninja depuis 1996. Mais je me suis rendu compte à quel point cela m’avait manqué. Je suis content d’y être revenu.

Pourquoi y êtes-vous revenu ?

Kevin Eastman : Ca a été très accidentel. Je n’ai jamais été très loin des tortues en tout cas, j’ai fait quelques publications dans des magazines, des objets divers, retrouvé des fans, fait quelques dessins. Mais, il y a un an, un très bon ami éditeur de comics m’a proposé de dessiner quelques couvertures, puis une histoire, puis une mise en page, et ça s’est fait petit à petit. Il en est de même pour ma rencontre avec Michael Bay où on m’a dit : « je sais que tu as ça et ça de prévu, mais viens quand même discuter d’un potentiel film. »

Concernant ce film, il parait que Michael Bay voulait que les tortues soient des aliens au lieu d’animaux mutants ?

Kevin Eastman : Je ne peux pas en dire beaucoup pour éviter de dévoiler trop. Mais lors du projet il nous est venu beaucoup d’idées et quelques questionnements : Plutôt un style Batman The Dark Knight ? Plutôt un film d’animation ? J’ai pu discuter avec deux grands scénaristes : Josh Appelbaum et André Nemec qui ont écrit Mission: Impossible – Protocole Fantôme. Ils m’ont proposé une ébauche de scénario très convaincante. Et quand Michael Bay est venu suggérer que le mutagène des tortues soit alien, ça m’a semblé peu adapté au scénario déjà assez dense. Cela détournerait les spectateurs de l’intrigue principale. En tout cas, pour ce que j’en ai vu, ça sera très probablement le meilleur film de la franchise.

Merci à vous !

Merci à Kevin, Rich, Nickelodeon et MTV pour nous avoir permis de participer à cette table ronde. Propos recueillis par AlexRE.

Share
Comic Con 2012 Comic Con 4 Japan Expo 2012 Kevin Eastman Nickelodeon Rich Magallanes tortues ninja
L'auteur

Fan d'Internet, programmeur acharné, passionné par le Game design, mordu de SF, adorateur du kitsch et rédacteur à ses heures: je suis un geek et fier de l'être! Mais tout en restant classe, bien sûr.

1 avis

Rejoindre la discussion
  1. Pingback: Tortues Ninja : Michael Bay affirme n’avoir jamais voulu en faire des extraterrestres 1 Mai, 2013

    […] a bel et bien circulé en ce sens l’année dernière, et, à l’occasion d’une interview donnée au Comic Con de Paris, le créateur des Tortues Ninja, Krvin Eastman lui-même, avait évoqué la suggestion de Michael […]

Laisser un commentaire.