Share

Oliver Queen, riche playboy un poil flambeur et irresponsable, part faire un tour en plein Pacifique avec son père. Hélas, c’est le drame, le yacht sombre, et Oliver est le seul survivant. Après cinq années passées sur une île déserte, il est secouru par hasard, et retourne à Starling City.
Là, transformé par son expérience de naufragé, poussé par une promesse faite à son père, il enfile son pantalon en cuir moulant et décide de crier arrow sur la corruption et le crime.

Vous l’aurez compris à la lecture du pitch, on ne va clairement pas baigner dans l’originalité dans ce pilote, impression confortée par le deuxième épisode. Il faut dire que les super-héros de comics ne sont pas réputés pour leur originalité lors des soirées de l’ambassadeur.

Mais qu’importe. Nous avons donc un Robin des bois des temps modernes, Oliver Queen (Stephen Amell), qui revient au pays alors que tout le monde le croit mort. Suite à des révélations que lui a faites son père, il décide de devenir un autre homme (comprendre, passer de playboy stupide et mécréant à défenseur de la veuve et de l’orphelin). Sous l’apparence d’Arrow, il va menacer les entrepreneurs ripoux et autres escrocs en col blanc, aidant du même coup Laurel Dinah Lance (Katie Cassidy, sans bas résilles pour l’instant, malheureusement), avocate déterminée elle-aussi à rendre le monde de Starling City meilleur. Et il en a bien besoin : le contexte dans lequel évoluent nos héros est assez sombre, avec de faux airs de Gotham City.

C’est la crise, même chez les super-héros…

La série semble donc s’orienter vers du feuilletonnant, avec un gros pabô par épisode, et un semblant d’intrigue saisonnière : quels sont les rapports de la famille Queen avec la mafia, qu’est-il arrivé à Ollie sur son rocher (qui lui est réputé dans les soirées de l’ambassadeur, par contre) ?

Bien sûr, pour pimenter un peu la chose, Ollie et Laurel étaient ensemble, mais cette truffe l’a trompée avec sa soeur (sa soeur à elle, hein, comprenons-nous bien), qui du coup, s’est noyée lors du naufrage. Et, cerise sur le gâteau, le père de Laurel est flic. Et n’aime pas trop les justiciers masqués. Ni les hommes qui font souffrir ses filles : Santa Barbaraaaa…  Hem.

Tous les ingrédients sont donc réunis pour un bon gros classique : des histoires amoureuses compliquées, des méchants très très méchants, un gentil pour qui la justice est une fin qui justifie tous les moyens, et une gentille très très gentille (qui a dit « niaise » au fond ? Vous êtes mauvais…), sur fond de mafia tentaculaire et de corruption.

je m’appelle Laurel et j’essaie de prendre l’air sérieux hihihi

De plus, on n’échappe pas aux motifs du genre. Oliver est Arrow. Jusque là, pas de problème. Sauf que M. Queen est très connu dans sa ville, en bon people des fourrés qu’il est. Du coup, quand il officie la nuit, il décide de ne PAS mettre de masque, comme ça, personne ne va le reconnaître ! Et alors l’entourage est aussi débile que dans n’importe quelle histoire de super-héros : en deux épisodes, au moins deux personnages devraient déjà crier « J’AI ! TU ES ARROW ! » Mais non. Tout le monde participe plutôt à un concours de haussement de sourcils, en se demandant qui DIANTRE peut être ce nouveau justicier, apparu PILE-POIL en même temps qu’Oliver Queen.
Et on ne nous épargne aucune scène inutile qui permette de montrer combien le héros est beau, musclé et tire bien à l’arc.

Hmmm je suis sexy

Ce n’est pas vraiment du côté des personnages et de l’interprétation que la série sort du lot : Amell a UNE expression faciale. Les autres acteurs sont plus expressifs, mais les situations et les dialogues les empêchent de montrer un jeu très étendu, du moins pour l’instant.
Quant aux émois intérieurs de notre justicier non masqué, ils font quand même un peu rire : il a peur de se couper des gens qu’il aime en se comportant comme une petite ordure gâtée pour mieux cacher sa double vie, mais le fait de tuer à tour de bras les seconds couteaux pour arriver à ses fins ne lui pose aucun problème. La vie n’est qu’une question de priorités, manifestement.

On ne peut qu’espérer que les choses s’étoffent un petit peu, et les intrigues de fond annoncées (le rapport entre la famille Queen et la corruption d’un côté, le séjour d’Oliver sur son caillou battu par les flots de l’autre) semblent aller dans ce sens.

Un peu de fard à paupières et personne ne va me reconnaître hihihi

Reconnaissons toutefois que les scènes d’action, sans être transcendantes, ne sont pas ridicules non plus et même si l’ensemble n’est pas fin, on ne s’ennuie pas devant les épisodes.

Enfin, le rapport avec le comics d’origine est assez libre : on retrouve bien le séjour sur l’île qui change le héros, le côté playboy milliardaire. Laurel Dinah Lance est librement inspirée de Dinah Lance, mais pour l’instant, elle ne semble pas destinée à porter collants et blouson de cuir pour savater du méchant la nuit (c’est dommage. Ce que je préfère chez Green Arrow moi, c’est Black Canary). La jeune soeur d’Ollie est surnommée Speedy. Est-ce juste un clin d’oeil, ou va-t-elle aussi sauter dans du cuir rouge pour seconder son frère ? Et au passage, devenir accro à une quelconque substance, comme semble le suggérer le pilote ? Suspense.

Et si je bandais mon arc ?

Au final, Arrow, pour l’instant, ne casse pas la baraque : ce n’est ni bon, ni mauvais, mais ça manque d’humour, de finesse. Une sorte de Smallville plus sombre et un poil plus « adulte ». Un poil, seulement. Mais nous n’en sommes qu’au début, laissons passer quelques épisodes : on aura sûrement pas un chef d’oeuvre, mais l’espoir est permis. Surtout avec l’arrivée d’Huntress (Jessica de Gouw) vers l’épisode 6 (car les soirées de l’ambassadeur sont réputées pour le bon gouw du maître de maison). Avec un peu de chance, d’autres personnages de DC montreront le bout de leur nez, faut pas bouder son plaisir.

J’ai une expression faciale. Mais PLEIN de muscles.

Share
Arrow CW DC Comics Dinah Lance Green Arrow Katie Cassidy Oliver Queen Stephen Amell
L'auteur

Fille de Mary Poppins et Xena la Guerrière, aime se promener dans les bois pluvieux. Avec une console. Ou un comics. Avant que les cylons n'arrivent...

9 avis

Rejoindre la discussion
  1. Krypto le 21 octobre 2012
    En tant que fan de comics et de Smallville (si, si, ça existe ! j'aime aussi la nouvelle vague DC52, comme quoi...) : j'ai pris beaucoup de plaisir devant ce début de série, en espérant qu'elle sorte très vite du classique "un épisode-un badguy". A suivre !
  2. Aurigabi Auteur le 21 octobre 2012
    hahaha. J'aime aussi le principe new 52, et je surkiffe la nouvelle Wonder Woman. Après, j'espère que la série va se sortir un peu les doigts, parce que, pour l'instant, ça n'a rien de super original, il manque un truc pour que ça fonctionne parfaitement bien, je trouve.
  3. Thomas le 23 octobre 2012
    Aucune intention de suivre cette série mais j'ai adoré la critique, surtout : décide de crier arrow sur la corruption et le crime Merci, juste merci. :)
  4. Aurigabi Auteur le 23 octobre 2012
    Mais de rien, cher Thomas. Au moins un que mes blagues font rire :)
  5. Audrey le 23 octobre 2012
    Moi j'ai préféré "car les soirées de l’ambassadeur sont réputées pour le bon gouw du maître de maison" C'est GRAND !
  6. Aurigabi Auteur le 23 octobre 2012
    En même temps, le titre annonce la couleur... x)
  7. Pingback: Arrow : une saison 2 déjà annoncée 12 Fév, 2013

    […] série mettant en scène Oliver Quinn, alias Green Arrow, n’a pas vraiment emballé Aurigabi lors de son lancement aux USA : pourtant, il semblerait bien que le network CW trouve son compte dans le succès du show, […]

  8. Pingback: [Review série] Arrow saison 2 | GentleGeek 21 Mai, 2014

    […] le pilote d’Arrow n’avait pas laissé un souvenir impérissable, la première saison était cependant parvenue à trouver un certain rythme. Le résultat final fut […]

  9. Pingback: [Review série] Arrow saison 3 | Souvent copié, jamais collé ! 17 Mai, 2015

    […] Arrow, Arrow, Arrow… Une série dont on ne sait trop que faire à la rédaction : une première saison pas exceptionnelle mais regardable, et une seconde saison prometteuse malgré des défauts, on ne […]

Laisser un commentaire.