Share

A l’occasion du Paris Games Week, l’équipe communautaire de Bioware France et USA a mis les petits plats dans les grands pour dévoiler le futur proche de la saga Mass Effect. Et c’est par l’intermédiaire de Mass Effect 3 que les choses vont bouger. A l’occasion de la journée internationale N7, nous levons le voile sur ces informations !

Chris Priesly et Alexandre Moreau présentent…

 

Le Paris Games Week, et plus spécifiquement le stand d’Electronic Arts, a accueilli cette année une poignée de fans de la franchise Mass Effect pour évoquer le futur de la franchise. Et le comité d’accueil était de choix : outre le community manager français Alexandre Moreau et l’assistant chef de produit François-Xavier Labescat, les community managers Chris Priestly et Jessica Merizan avaient fait le déplacement d’Edmonton et de Chicago en compagnie de la cosplayeuse Holly Conrad.

Jessica Merizan, Holly Conrad et Chris Priesly, de passage à Paris pendant leur tour d’Europe des communautés !

 

Ce rendez-vous, aussi conséquent que secret, faisait l’objet de spéculations depuis quelques temps parmi les blogueurs et  fans conviés : le voile s’est rapidement levé à la vue d’un kakémono à l’effigie d’Aria, la célèbre Asari, mise en scène dans le DLC Omega prévu pour le 27 novembre prochain. Mais si la présentation de ce DLC était bel et bien au point du jour, l’équipe communautaire de Bioware a commencé par présenter autre chose, à savoir Mass Effect 3 sur Wii U.

La tablette de la Wii U sert de carte, de menus, de roue des pouvoirs…

 

Prévu pour le 30 novembre sur la nouvelle console de Nintendo, Mass Effect 3 version Wii U n’a pas à rougir face aux autres versions consoles du jeu : c’est sans doute le plus beau titre que l’auteure de ces lignes a pu voir jusque-là sur ce nouveau support. Côté nouvelles fonctionnalités, François-Xavier Labescat a mis l’accent dans sa démonstration sur les capacités de la tablette de la Wii U, à savoir le GamePad (ça ne s’invente pas) : cette dernière est principalement concentrée sur la gestion de l’inventaire, le guidage des armes, la cartographie des zones visitées… il est également possible de passer à tout moment de l’écran TV à la tablette pour jouer entièrement sur cette dernière, et libérer ainsi la télé. Côté maniabilité, on ne saurait dire pour le moment puisque nous n’avons pas pu prendre le titre en main.

Pour autant, le portage semble à la hauteur : esthétiquement il démontre les possibilités de la Wii U – on ne va pas s’enflammer pour autant cependant, puisque Mass Effect 3 est tout de même sorti il y a 8 mois sur current-gen – et semble exploiter la tablette de façon intéressante, sans trop en faire, et donc sans alourdir le gameplay. Mass Effect 1 et 2 n’étant pas prévus sur Wii U, ME3 proposera un comics interactif résumant les deux premiers jeux, sur le modèle de ce qui était proposé pour Mass Effect 2 sur PS3.

La seconde partie de la présentation était consacrée au DLC Omega via une séquence de gameplay à nouveau jouée par François-Xavier Labescat. Outre des gunfights nerveux, la présentation a révélé quelques indices sur le contenu du DLC : sans grande surprise, Aria est jouable dans ce dernier aux cotés de Shepard, qui aide l’Asari à reprendre le contrôle de l’astéroïde Omega duquel elle a été expulsée, comme elle l’explique dans Mass Effect 3 – une intrigue détaillée dans le comic book Mass Effect: Invasion. Dans la mesure où Shepard promet initialement à Aria de l’aider à reprendre Omega après la fin du conflit avec les Moissonneurs, il sera sans doute intéressant de voir comment le DLC sera introduit dans le jeu.

Outre Aria, l’équipe est complétée par une Turienne nommé Nyreen… la première Turienne de la franchise, oui ! Tout comme pour Aria, il faudra gérer son niveau durant le DLC… et uniquement dans ce dernier puisque les personnages ne seront plus « groupables » ensuite, comme dans la plupart des DLC « à guests » de Mass Effect.

Chris Priesly a évoqué une durée de vie « comprise en 3 et 5 heures selon le style de jeu«  et a mis l’accent sur le fait qu’il s’agit « du DLC le plus ambitieux jamais sorti pour un Mass Effect« . C’est également le plus cher : 14,99 euros sur PS3 et 1200 MS Points sur Xbox 360. A un tel tarif, on peut effectivement espérer un contenu riche. « Omega n’est pas essentiel à l’histoire de Mass Effect 3, vous pouvez faire le jeu et vous en passer. Mais c’est tout de même l’occasion de jouer avec de nouveaux personnages, d’utiliser de nouvelles armes et de croiser de nouveaux ennemis » a ajouté Jessica Merizan.

Ce qui est certain, c’est qu’Omega s’inscrit dans la logique de développement de l’univers étendu de Mass Effect, en puisant dans des éléments déjà développés auparavant : à l’image de l’Antre du Courtier de l’Ombre dans Mass Effect 2, l’intrigue d’Omega est évoquée dans Mass Effect 3 mais ses protagonistes sont introduits dans un comics. Omega met Aria face au général Petrovsky présenté dans Mass Effect Invasion : une démarche similaire avec Liara que la quête du corps de Shepard met face au mystérieux Courtier de l’Ombre dans Mass Effect Redemption.

Il est d’ailleurs amusant que les deux DLC les plus mastocs de la franchise Mass Effect tournent autour de deux Asaris. « Les Asaris sont très appréciées des joueurs, car c’est un peuple qui ressemble aux humains mais qui reste tout de même très différent. Il y a beaucoup d’histoires à raconter autour d’elles et Bioware en est conscient«  a commenté Jessica Merizan.

Quant à savoir si Omega aura une influence sur l’Extended Cut – rappelons que Leviathan rajoute une toute petite phrase dans le final – le mystère est ici complet : Jessica Merizan a confessé ne pas savoir si c’était le cas, ajoutant que même si elle le savait, elle ne l’aurait pas dit « pour laisser la surprise aux joueurs« .

« Il reste encore beaucoup d’histoires à raconter dans Mass Effect » a ensuite conclu Chris Priesly. De là à imaginer qu’Omega n’est pas le dernier DLC scénarisé de Mass Effect 3, il n’y a qu’un pas que certains franchiront sans hésiter. L’avenir nous le dira !

La rencontre s’est terminée avec quelques photos de groupe, car forcément, tout le monde s’était habillé comme il se doit. En attendant d’autres annonces autour de Mass Effect

Merci à Bioware et Electronic Arts pour leur invitation. Un grand merci également à Alexandre Moreau, François-Xavier Labescat, Jessica Merizan, Chris Presly et Holly Conrad pour leur gentillesse et leur disponibilité !

Toutes les photos de cet article ont été réalisées par GentleGeek.

Share
aria Bioware dlc Mass Effect 3 Omega Wii U
L'auteur

Co-fondatrice et rédac'chef de GentleGeek, je suis journaliste le jour et blogueuse la nuit - les deux ne sont pas incompatibles, non non. J'aime le cinéma, les jeux vidéo, les comics et les chats. C'est déjà pas mal !

2 avis

Rejoindre la discussion
  1. Pingback: [Reportage] Paris Games Week 2012 : Game over pour les vrais gamers ? 13 Nov, 2012

    […] petits déjeuners, interviews, jeux… Playstation, Square Enix ou encore Bioware – nous y étions ! – ont réuni leurs fans dans leur coin… souvent dans des espaces privilégiés et […]

  2. Pingback: 2012 s’achève… on fait le bilan ? | Audrey Oeillet 29 Déc, 2012

    […] et d’intérêt ! C’est bien simple, elle aurait été une déception absolue sans l’évènement communautaire organisé par Bioware. Pour le reste, la PGW 2012 n’avait que peu d’attrait et était surtout […]

Laisser un commentaire.