Share

Iron_Squid_Logo2

Les fans d’e-sport se sont donnés rendez-vous le 28 janvier 2012 au Palais des Congrès à Paris pour les phases finales de la seconde édition d’Iron Squid, un tournoi regroupant des joueurs de haut niveau sur Starcraft 2. Cette année, ce sont 4 coréens qui se sont qualifiés pour assurer le show en France : Life, MarineKing, Nestea et DongRaeGu. Mais pour assurer le spectacle, il faut aussi de bons commentateurs :  les français ont pu profiter du duo s Pomf & Thud, Anoss  Moma mais les anglophones aussi auront droit à leur propre commentateurs sur le streaming, grâce à la présence de Day9, Kaelaris, Khaldor et Wolf.

Les festivités ont débuté avec une cérémonie d’ouverture qui donnait le ton : une vidéo rappelant les évènements précédents étaient accompagnés musicalement par un véritable orchestre et le public vibrait littéralement au fil des images qui ont sans aucun doute rappeler aussi de bons souvenirs à celles et ceux qui suivent l’évènement depuis ses débuts. Difficile après une telle introduction de redescendre sur Terre tout de suite ! L’idée est excellente et permet même à des non-initiés de se mettre dans l’ambiance.

IS2-34

Les commentateurs sont ensuite venus sur scène se présenter et remercier le public d’être là avant que les 4 finalistes ne viennent les rejoindre. Plutôt intimidés, les coréens semblaient tout de même très heureux d’être présents,quoiqu’un peu impressionnés par les réactions de la foule très entousiaste avant même qu’ils ne puissent lacher leur
premier mot ! Nestea est sans aucun doute celui qui a reçu le plus d’amour de la part du public et contrairement à ce que l’on pourrait croire, les autres joueurs ne se sont pas sentis pour autant délaissés par ces ovations : les 4 joueurs se connaissent bien et avouent même plaisanter sur les pronostiques en se demandant qui allaient affronter Nestea pendant la petite finale.

Les intervenants quittent la scène et on a droit à un petit récapitulatif des phases éliminatoires qui rencontrera même un petit problème technique qui ne manquera pas de faire rire l’audience.

IS2-41

12 h 20, le premier match entre StartaleLife et MarineKingPrime débute enfin… sur une erreur de Life ! Sans doute stressé, il se trompe au moment de lancer la partie et démarre en tant que Terran alors qu’il joue Zerg. Une erreur qui aurait pu lui couter cher en Corée du Sud… mais ici on est en France donc pas de soucis ! On ne le verra que très brièvement, mais Life s’excuse plusieurs fois dans le jeu avant le relancement et on le sent tout de même très gêné par la situation : on rappellera tout de même qu’il a tout juste 16 ans et qu’il n’a pas forcément l’assurance des adultes présents.

[SlideDeck2 id=29569]

Le premier match débute pour de bon et Life remporte la première manche en prenant clairement le dessus sur son adversaire qui n’aura pas pris la peine de scouter de toute la partie.

Le second match se déroulera toujours avec une domination notable de Life sur MKP : 2-0, Life est à un point de la qualification !

Pour le troisième match, MKP pose rapidement un 2ème Command Center… puis un 3ème ! Il parviendra à prendre l’ascendant sur Life après avoir réussi à bloquer sa tentative de rush. Repoussant efficacement ses assauts et optant pour un style de jeu très aggressif, il revient à 2-1.

Le quatrième match se terminera sur une minuscule faille dans la défense de MKP, qui avait pourtant réussi à sortir de son usine un premier Thor, puis un second : Life profite de cette petite entrée pour envahir sa base. Difficile de parler d’erreur ou de coup de chance, mais cette opportunisme permet au jeune joueur de se qualifier par 3-1 !

C’est la pause déjeuner et en attendant, l’écran géant rediffuse d’anciens matches commentés !

Au retour, on a droit à un petit concert de Monsieur Vert qui est connu pour ses chansons tournant autour de Starcraft 2. Les avis seront forcément très partagés, si on lui reconnait un talent certain à la guitare, tout le monde ne sera pas forcément fans et il est plutôt difficile d’évaluer la qualité de ses chansons étant donné le public visé. Si vous ne connaissez rien de Starcraft 2, autant dire qu’il sera très difficile pour vous de décrocher un sourire et les experts qui ne sont pas particulièrement adepte de son style musicale trouveront sans doute qu’il s’agit juste d’un opportuniste alignant des termes du jeu. Reste que c’était loin d’être désagréable pour les oreilles et que cela fut l’occasion d’apporter un peu de légereté et de diversité. Accompagné d’une contrebasse, le duo interprètera 2 chansons et le public parviendra à les convaincre d’interpréter une 3e chanson, sans doute pour se faire pardonner de ne pas avoir vraiment compris à quelle moment il fallait participer durant la 2nde chanson.

La seconde demi-finale débute et oppose MVPDongRaeGu (DRG) à LG-IM.NesTea, 2 joueurs Zerg.

[SlideDeck2 id=29588]

Le premier match débute et les 2 opposants se rendent équitablement coup pour coup. NesTea se montre particulièrement aggressif et parvient même à obliger DRG a annuler sa seconde base. Malgré tout, ce dernier remportera la victoire sur un véritable coup de bluff, trompant la vigilance de NesTea sur ses intentions offensive. Si cela laissait présager des affrontements Zerg vs Zerg peu passionnants, la réalité fut fort heureusement très différente ! 1-0 en faveur de DongRaeGu !Sur le second match, DRG est le premier a poser une seconde base, prenant un avantage stratégique sur son adversaire. Retour de situation donc où c’est NesTea qui risque de se retrouver sous pression. Il démarre alors la création d’une Queen pour se défendre et repousser la première offensive. Il parvient à poser sa seconde base bien après et trompe à son tour DRG sur ses intentions : partant du principe que DRG verrait ses deux bâtiments permettant la récolte de gaz, NesTea fait croire à son adversaire qu’il s’apprête à lancer une offensive de mutalisk, mais en réalisté, c’est une horde de Hoarch et de Zerlings qui s’abbat sur les défenses de DRG. Une fois les accès de sa base enfoncé, il ne peut que s’incliner 1-1.

Troisième match ! DGR perd d’entrée de jeu sa seconde base et n’a pas le temps de l’annuler ! Il perd donc beaucoup de ressources sur ce premier rush de NesTea. Pourtant, tour à tour, il est systématiquement repoussé dans ses tentatives d’offensives par DRG qui dispose de beaucoup plus de troupes. Il finit par prendre le dessus et NesTea doit s’avouer vaincu. 2-1, DRG est à un point de la qualification !

NesTea n’a pas dit son dernier mot et le quatrième match est remporté grâce à une seule énorme attaque de sa part. Il égalise donc et le match suivant est donc décisif !

Les 2 joueurs adoptent en conséquence une attitude beaucoup plus défensive. C’est long, intense, et même les commentateurs ont du mal à suivre ce qui se passe à l’écran tant les affrontements sont gigantesques. A ce stade, le suspens est presque insoutenable, les 2 joueurs font preuve d’une grande intelligence de jeu et ne se laissent aucun répits : la moindre erreur de jugement ou de placement est immédiatement sanctionnée. Après de très beaux affrontement qui auront su faire vibrer le public, DongRaeGu remporte la victoire et les 2 joueurs sont chaleureusement remerciés par les spectateurs pour le spectacle offert.

C’est la pause pour les joueurs coréens ! Avant de démarrer la petite et la grande finale, les organisateurs de l’Iron Squid 2 ont convié 2 vétérans de la discipline à quelques match d’exhibition sur la future extension de Starcraft 2 : Heart of  the Swarm. C’est donc ROOT ToD qui joue Protoss, qui s’opposera à EC SarenS qui joue Terran. Le premier match est commenté par un troisième commentateur surprise :Kyan Khojandi. Ce n’est pas la première fois qu’il s’essaye à l’exercice et s’il n’est pas autant spécialiste que la plupart des commentateurs, l’univers de Starcraft ne lui est pas inconnu. Comme d’habitude, difficile de contenter tout le monde, certains apprécieront ses réflexions, d’autres moins, mais il apporte indéniablement un bol d’air frais et tend à permettre de rendre les matches plus distrayant pour les néophytes : une accessibilité plus qu’appréciable !

[SlideDeck2 id=29600]

Pour le second match, Kyan est remplacé par Day9, un des commentateurs les plus appréciés par la communauté anglophone. Il travaille actuellement en Corée du Sud pour le compte de GomTV et sa personnalité des plus attachantes n’aura cessé de captiver les spectateurs, malgré la barrière de la langue. Il avouera, non sans humour, que c’est bien le seul évènement où il est autant félicité par le public pour avoir réussi à prononcer quelques mots en français.

Presque sans surprise, c’est ToD qui remporte 2 victoires successives, malgré de belles offensives de SarenS.

Pas le temps pour un troisième match, mais Yacine et Deedo feront leur entrée sur scène pour interpréter une chanson que beaucoup de monde a déjà vu dans le Jamel Comedy Club : une chanson « geek » dédiée à Vanessa. Kyan se joindra au duo en apportant quelques références à Starcraft histoire de redonner un peu d’intérêt au sketch. Soyons honnête : la sauce ne prend pas vraiment, d’autant plus que le public présent dans la salle est plutôt habitué à utiliser YouTube ou connait déjà plutôt bien le Jamel Comedy Club… ou sait tout du moins où télécharger ce type de contenu (légalement ou non).

La petite finale débute enfin ! Elle oppose Nestea à MKP et… il est très difficile de commenter les matches.

[SlideDeck2 id=29610]

Nestea laisse très peu de chance à MarineKingPrime et les matches s’enchainent à une rapidité assez fulgurante. En une demi heure, Nestea remporte les 3 manches qui le qualifie à la 3ème du podium… comme l’an passé !

[SlideDeck2 id=29569]

On enchaine directement avec la grande finale : Life contre DongRaeGu. Le gagnant doit remporter cette fois-ci 4 matches pour être déclaré vainqueur.

Une finale Zerg sous le signe de la malchance pour Life durant la première demi-heure. Si tout semblait bien partie sur la première manche, DRG semblant désavantagé, il enchaine pourtant… les défaites. Le 3ème point de DRG est remporté sur un rush fulgurant qui ne aurait de quoi anéantir le moral du jeune coréen.

[SlideDeck2 id=29634]

Pourtant, il se reprend sur la 4ème manche : se concentrant sur la production de zerlings, sa parfaite micro-gestion des unités lui permet de revenir à 3-1 et de ne pas perdre tout espoir !

Sur la cinquième manche, DRG se montre beaucoup plus agressif et ne cesse d’harceler Life , parvenant même à éliminer 12 drônes sur une offensive. Life riposte avec des Mutalisk en obligeant DongRaeGu à abandonner l’idée d’une troisème base mais DRG repousse également l’offensive. La partie est longue, les affrontements opposent de lourdes armées mais Life fini par remporter le point !

La manche de l’égalisation pour Life ou de la victoire pour DRG : cette fois si, c’est Life qui vient perturber son adversaire dans son camps. Les attaques sont repoussées d’un côté comme de l’autre et malgré de subtiles manoeuvres de DongRaeGu, Life égalise et peut encore espérer remporter la finale.

La dernière manche fut extrêmement courte : à peine 5 minutes mais 5 minutes particulièrement intenses et remplis de suspense. Contre toute attente, Life part sur la création d’une seconde base dès le début du jeu et d’un Extractor… pendant que DRG a déjà son bassin génétique, lui permettant de créer des Zerlings. En d’autres terme : Life ne dispose absolument d’aucune unité offensive à ce moment là. Lorsqu’il démarre son bassin génétique, DRG dispose déjà de Zerlings qui foncent droit sur sa base. Tout semble donc perdu pour Life, mais c’était sans compter une incroyable intelligence de jeu et une micro-gestion diabolique de ses unités : il parvient non seulement à sauver ses drônes, mais il réussi également à repousser l’offensive des zerlings. DRG ayant tenté le tout pour le tout, il est contraint d’abandonner et Life est sacré champion pour cette seconde édition d’Iron Squid 2 sous les acclamations du public qui n’en revient toujours pas de ce véritable coup de maître !

Quelques bémols qui tiennent du détail

Ce qu’on en retient principalement, c’est l’enthousiasme du public qui a soutenu chaque joueur de façon équitable : il y avait certes beaucoup plus de bruit pour NesTea qui garde avec lui une certaine notoriété, mais les autres joueurs n’ont jamais été délaissé : autant en cas de victoire que de défaites, les encouragements étaient là pour tous. L’adversité n’empêche donc pas la convivialité et on aimerait forcément voir ce type de comportement se répéter plus souvent du côté du public dans dans des sports plus physiques !

Si le streaming a rencontré quelques soucis, notamment au niveau du son, aucun soucis majeur à signaler durant le show sur place : c’était plutôt maitrisé.

Globalement, il n’y a rien à reprocher sur l’évènement, mais on regrettera tout de même quelques couacs côté incivilité des spectateurs : dans les files d’attentes, ça s’impatiente, ça gruge et ce n’est pas forcément évident de savoir si on est oui ou non dans la bonne file.

Dans la salle, on précise gentiment au public de ne pas manger ou boire dans la salle (à part de l’eau)… mais une bonne partie ne respectera pas cette consigne. Pas très difficile pourtant de comprendre que l’organisation a besoin d’un public un minimum discipliné sur cet aspect pour convaincre leurs partenaires (qui inclus ceux qui leur accorde la salle du Palais des Congrès) que les spectateurs ne sont pas des abrutis qui se soucient peu de la propreté de la salle et que ce ne sont pas de gros dégueulasses.

Même constat sur le respect des places : certains ont estimé qu’après avoir payé leur entrée, ils étaient en droit de choisir une place qui ne leur était pas réservé, même quand les emplacements sont réservés à des personnes qui aimeraient bien pouvoir travailler en même temps, sans forcément être dérangé toutes les 5 minutes par « une bande de potes » qui n’a pas besoin de prendre de notes. Comble de l’ironie : dans l’après -midi, je me suis retrouvé à côté d’un alcolo qui n’était visiblement ni bloggeur ni journaliste et qui n’a cessé d’enchaîner les canettes de bières (et les laissant joyeusement trainé sur le sol) et  ricanant dans la solitude la plus totale (alcool oblige). Ce n’était pas non plus l’horreur la plus totale pour essayer de suivre, j’aurai pu faire un scandale inutilement auprès d’un vigile mais imaginons un seul instant que l’ensemble des 3700 personnes de la salle se comporte comme lui : bonjour l’ambiance et l’odeur. Heureusement donc, ça restera du domaine de l’imagination et il s’agit surtout de cas isolés : assez pour que cela ne gâche en rien la réussite d’Iron Squid 2.

Là où l’organisation est un peu plus responsable, c’est que l’évènement avait pris du retard sur l’horaire indiqué : presque une heure et même lorsque le show a débuté, il y avait encore pas mal de monde qui essayaient de trouver sa place : 3700 personnes, ça ne rentre pas comme une lettre à la poste.

Le choc des cultures étaient palpable également : entre le côté très réservé des coréens et l’assurance des français, on a frôlé de temps à autres le malaise : l’équilibre n’est pas encore tout à fait là. On dressera quand même un carton rouge à l’idée de demander à MKP, qui venait tout juste de perdre de façon très sévère, ce que cela lui faisait de perdre contre Nestea : une question pas forcément intelligente et surprenante pour quelqu’un qui est censé connaître un minimum les joueurs, MarineKing étant très sensible autant en cas de victoire que de défaite : il est plutôt connu pour s’attirer la compassion des joueurs dans ces moments là.

En conclusion, Iron Squid : chapitre 2 est une grande réussite en terme d’ambiance. La preuve que la scène e-sport continue d’évoluer et qu’on peut même y apporter un peu de french touch ! Cette seconde édition semble pourtant être la dernière avant un petit moment : déficitaire, l’idée d’un Iron Squid 3 n’est pas envisageable… tout du moins dans l’immédiat. Gageons que la succès de cette année soit suffisant pour convaincre des investisseurs que l’esprit sportif est sans doute plus que jamais présent dans ce type de discipline et qu’elle peut offrir un spectacle de qualité et beaucoup d’émotions. Les avis sont unanimes en tout cas : on en redemande !

Share
ironsquid 2 Starcraft II
L'auteur

Non.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire.