Share

injustice-god-among-us

Il y a quatre ans et demi, l’univers DC avait déjà été à l’honneur dans un jeu de combat développé par Midway qui l’opposait à celui de Scorpion et Sub-Zero. Mais cette année, NetherRealm Studios offre à Batou, Supes, Wondie, Flashouille et bien d’autres leur propre jeu ! Les développeurs du très réussi Mortal Kombat (2011) ont-ils su réitérer leur exploit ?

Il serait légitime d’être dubitatif quant à l’epicness et à la badasserie des combats. Les comics nous ayant habitués aux fights incroyables où les affrontements peuvent commencer sur Terre, continuer dans l’espace, puis se terminer sur Terre (avec pertes et fracas), où des héros font le tour de la Terre en moins de temps qu’il ne vous en faut pour commencer à penser, où des super vilains peuvent tomber des immeubles en une pichenette  le doute de retrouver autant d’awesomeness dans un jeu vidéo est permis.

Votre manque de foi me consterne.

3339a65fbdd45206c7dd3ad0b70f642e21f85411.jpg__0x529_q85_upscale

Les seconds couteaux ne sont pas en reste, et réservent même de bonnes surprises dans le mode Histoire.

Sortez le mercurochrome 

Ici, les arènes se délabrent à mesure qu’avance le combat, vous pouvez passer d’une zone à une autre en propulsant votre adversaire au bon endroit (lui occasionnant une bonne série de dégâts au passage), et le décors lui-même peut s’avérer être une arme efficace. Lors d’un enchaînement, propulser son ennemi dans l’arrière-plan pour le récupérer après son rebond peut même être assez gratifiant.

Chaque personnage a son style bien à lui. On sent la maîtrise au combat rapproché de Batman, la vitesse de Flash est bien mise en avant, et la folie du Joker est on ne peut plus présente. Mais c’est aussi là qu’intervient l’un des premiers défauts du jeu : si certains personnages ont un style bien à eux, on sent que NetherRealm a peiné à rendre unique tous les personnages. Hormis quelques rares coups (voire coups spéciaux) spécifiques à leur nature,  certains vous sembleront quelque peu insipides.

Si, DC oblige, il n’y a pas de finish, les super-coups sont en revanche bien de la partie. Tout au long du combat, chaque coup donné ou pris (bonus pour les coups spéciaux) remplit une jauge en bas de l’écran. Une fois chargée à son maximum, vous pouvez lancer un enchaînement dévastateur au moyen des deux gâchettes. Votre personnage lance un premier coup (généralement à distance) qui, s’il réussit, entraîne la réalisation d’une action quasi cinématique propre à chaque personnage. Superman, par exemple, emmènera son adversaire faire un tour dans l’espace pour s’en servir comme d’une météorite. Le Joker, lui, possède un super-coup grand-guignolesque, à base de tarte à la crème, revolver et bazooka.

d243d28cbbeb23ba961d7e83295d3e1388bdbb9b.jpg__0x529_q85_upscale

Batbadass est dans la place.

 

Les combos se font plutôt facilement avec la plupart des personnages, bien que certains tels que Green Lantern soient un peu plus laborieux à manier, et comptent plus sur leurs pouvoirs. Les animations sont un peu raides, mais lesdits combos cassent justement ce sentiment grâce à leur fluidité.

L’autre principal défaut du titre, c’est le manque de demi-mesure de l’IA. Il vous arrivera parfois de gagner un combat avec un sentiment de facilité déconcertant, puis de vous faire démonter à un tel point au suivant que vous aurez l’impression de vous être fait passer dessus par toute l’équipe de hockey sur glace de Denver (remplaçants compris). Et vous imaginez à quel point il est terriblement frustrant de se faire enchaîner sans même avoir la possibilité de bloquer un coup. Heureusement, ce n’est que très occasionnel.

De même, l’équilibrage des personnages laisse à désirer. Peut-être les prochaines mises-à-jour viendront corriger ce gros défaut. En attendant, certains affrontements ne réservent pas une chance au joueur qui aura choisi un perso peu efficace contre un bon Flash, par exemple.

Comic-book jouable

Le mode histoire réserve un véritable scénario, certes pas forcément très original, mais plutôt sympathique, et qui offre plusieurs heures de jeu. Le pitch ? Plusieurs héros, accompagnés du Joker qui s’apprêtait à faire sauter une bombe radiologique en plein Metropolis, se retrouvent attirés dans une dimension parallèle où Superman règne en dictateur sur le monde.

Certes, le côté « monde parallèle » est un peu surexploité dans les comics, mais il faut reconnaître que c’était le moyen le plus logique pour faire s’affronter les héros entre eux, par exemple. Quoiqu’il en soit, l’histoire réussit à nous tenir en haleine, et certaines situations se révèlent même particulièrement jouissives, voire drôles.

ec046923b3145ae5b588c20555302396dc969286.jpg__0x529_q85_upscale

De nombreuses cinématiques donnent à l’histoire une vraie consistance.

 

S’ajoutent au scénario plusieurs modes :

– un mode arcade, qui vous permet d’enchaîner les combats avec un handicap ou certains objectifs (par exemple, combattre tout en voyant sa barre de santé diminuer). Il existe un grand nombre de possibilités, déblocables au fur et à mesure.

– le mode STARS, une petite histoire pour chaque personnage scindée en plusieurs missions à objectifs (combattre en évitant des débris, terminer un fight avec Superman tout en évitant les batarangs de kryptonite lancés bar Batman, etc)

– un mode versus tout simple, qui vous permet de combattre l’IA dans un combat… simple, donc.

– un mode multi, qui vous propose un versus sur la même console, ou en ligne. Mais là aussi, le manque d’équilibrage des personnages nuit beaucoup au plaisir de jeu.

NetherRealm nous a donc gâtés en nous proposant un titre à la durée de vie non négligeable. Viennent agrémenter ce joli ensemble de nombreux bonus à débloquer au cours du jeu : des artworks, des musiques, des défis, mais aussi des costumes. What else ?

955dea3347fcfb3ab6a0d7109b2704823d153c8f.jpg__0x529_q85_upscale

Un véritable punch se dégage des combats !

 

Injustice – Les dieux sont parmi nous ravira les fans de DC, qu’ils aiment les jeux de combats ou non. L’histoire est accessible pour les néophytes, peut-être un peu cliché pour les connaisseurs, mais somme toute agréable. La sélection de personnages est plutôt sympathique, bien que des personnages comme Killer Frost ou Arès ne comptent pas parmi ceux que l’on aurait le plus aimé retrouver. Les styles et les subtilités de la plupart d’entre eux rajoutent un piquant amusant et jouissif aux combats, dont la dimension badass n’a pas fini de vous accrocher à votre manette. Dommage en revanche que le mode online soit plombé par un équilibrage qui prête à rire. Les soirées entre potes, quant à elle, ont encore un bel avenir sur Injustice.

Share
batman DC Green Lantern Injustice: Les Dieux Sont Parmi Nous Mortal Kombat NetherRealm Superman Warner Wonder Woman

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire.