Share

Monster-Hunter-Online

Il existe déjà un Monster Hunter Online au Japon intitulé Monster Hunter Frontier Online, mais cette version est destinée spécialement au marché chinois et c’est un tout nouvel opus qui a été développée grâce au Cry Engine 3. Aussi surprenant que cela puisse paraitre, c’est bien Yoshinori Ono qui devrait produire le jeu. Il est déjà à l’origine de (Super) Street Fighter IV et Street Fighter X Tekken mais il avait auparavant travaillé sur des titres comme Onimusha 2 ou Chaos Legion. On peut donc s’attendre à ce qu’il apporte un peu de punch à cette version de Monster Hunter !

Le titre devrait être géré par Tencent Games, le leader incontesté du jeu en ligne sur le territoire chinois. La compagnie dégage assez de bénéfices pour se permettre d’acquérir Riot Games (cf. League of Legends) pour environ 400 millions de dollars, passer un accord avec la Shueisha, Namco Bandai et CyberConnect2 pour proposer un jeu via navigateur de Naruto ou encore s’assurer d’être le seul en Chine à proposer bientôt des jeux très attendus comme Blade & Soul ou Archage. Monster Hunter Online vient donc renforcer leur catalogue de jeux qui s’avère plutôt impressionnant en fin de compte.

On lisait déjà il y a quelques années que le marché chinois allait s’imposer comme un marché majeur pour le secteur du jeu vidéo et de nos jours, on peut se rendre compte que ces prédictions prennent formes de plus en plus rapidement. Au même titre que la Corée du Sud où les éditeurs doivent s’adapter aux habitudes des joueurs locaux, avec des jeux comme FIFA et PES qui sont proposés suivant un modèle en F2P, on a ici aussi la même démarche, même si l’on peut se questionner sur l’avenir à long terme de ce type de méthode car il semble plutôt impossible pour n’importe quelle société étrangère de se dispenser des services de Tencent Games. Le groupe dispose d’un tel réseau de services sur l’ensemble du pays qu’il semble improbable de pouvoir se passer d’eux pour assurer le succès commercial d’un jeu en ligne. Du coup, cela leur donne probablement aussi la possibilité de dicter ce qu’ils veulent retrouver ou non dans un jeu…

Monster-Hunter-Online Monster-Hunter-Online

Le cas de Monster Hunter Online reste tout de même particulier : il existe une sorte de plagiat du jeu qui rencontre son petit succès en Chine : Blade Hunter. On peut légitimement se dire que Capcom ne voit pas ça forcément d’un très bon oeil. A défaut de pouvoir engager des poursuites judiciaires (parce que dans le coin, il faut l’avouer, c’est un peu la foire côté copyrights), concurrencer directement la copie avec le produit original semble être une solution plus intelligente dans la mesure où elle peut rapporter plus d’argent à la firme japonaise au final qu’un procès long et à l’issu improbable.

On peut toujours espérer que Monster Hunter Online finisse par trouver sa voie en Europe, le jeu pouvant trouver son public parmi les PCistes mais il faudra alors s’armer de patience car les conditions de mises en services en Europe ne sont pas forcément évidentes pour toutes les entreprises.

via MMO Culture 1 & MMO Culture 2

Share
capcom Chine Monster Hunter Online Tencent Games Yoshinori Ono
L'auteur

Non.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire.