[Preview] Beyond Two Souls
Share

L’IDEF qui se tient tous les ans à Cannes a beau être un salon B2B, il n’en reste pas moins qu’on a pu trouver des bornes de jeu – en cherchant un peu, mais il y en avait quand même ! -. Et au détour du stand de Sony, mon Saint Graal perso, Beyond Two Souls, qui sortira en octobre prochain sur PS3. Petite preview au coeur de la dernière perle de Quantic Dream.

J’entends déjà les murmures dans le fond de la salle : « Non mais regardez la, à être dithyrambique sur un jeu à base de QTE ! ». C’est vrai : comme son grand frère Heavy Rain, Beyond Two Souls, que j’abrégerais dès maintenant BTS, a un gameplay assez minimaliste de prime abord : un set de contrôles pour le personnage de Jodie – Ellen Page -,Un gameplay minimaliste au service de la cinématographie et un autre set pour Aidan, l’esprit qui l’habite, un chouïa plus complexe. Pour Jodie, ce sera principalement du déplacement, les interactions sont gérées par des QTE, soit ]actions ponctuelles, soit enchaînements rapides. Pour Aidan, il s’agit d’aller chercher dans le décor des ancres pour interagir et provoquer la bonne séquence pour tirer Jodie d’affaire. On switche donc entre les deux personnages d’une simple pression de triangle pour progresser. Et pourtant, même ce gameplay minimaliste pourrait être l’une des raisons pour laquelle j’achèterais une PS3, moi, Pcéiste convaincue depuis mes plus tendres années. De toute façon, on s’en fout, on n’est pas là pour fraguer, mais pour en prendre plein les mirettes.

On commence en Somalie, histoire de prendre en main la bête. Jodie, agent de la CIA disposant des pouvoirs surnaturels de son double spirituel, y est envoyée pour éliminer Jamal, un seigneur de guerre pas beau qui a fait du mal à plein de gens. Pas de problème pour Jodie, crème de la crème, qui se fend d’un modeste « J’aurais fini avant qu’ils ne se rendent compte de quoi que ce soit. » Evidemment, tout capote, et Jodie se retrouve à essayer d’échapper à une horde de soldats quelque peu contrit après la mort de leur chef.

beyondtwosouls_artworkse313_0004

Premier réflexe : C’est beaaaaaaaau.  Car oui, même si la version présentée à l’IDEF était la même qu’à l’E3, le facemodelling est impeccable et les décors sont grandioses – même si l’impression de couloirs pour la Somalie est très présente, contrairement au chapitre « Hunted »,où l’on devait crapahuter dans la forêt pour sauver notre peau -. On regrette quelques textures dégueulasses sur certains objets, qui seront sans doute corrigées d’ici la sortie du soft. Puis on fait connaissance avec les premières QTE. Ces dernières sont assez instinctives – le jeu ralentit et il faut deviner quelle direction donner au stick  pour accomplir correctement l’action, en fonction du mouvement du personnage. Trois déplacements, une possession, deux QTE, une cinématique. Voilà en gros le déroulement. Et ce n’est même pas rageant. BTS est construit comme un film interactif, sans décision de la part du joueur, qui subit l’action : que ce soient des phases d’action comme se battre au CaC avec un soldat, ou des phases plus simples où il faut ouvrir une porte pendant une poursuite, tout se réglera avec une QTE. Là où Remember Me avait eu une étincelle de génie gâchée par un gameplay de combat poussif, BTS triomphe en assumant parfaitement le concept.

beyondtwosouls_screense313_0001

C’est donc la storyline et la beauté du soft qui retiendront les joueurs. Et pour le coup, on est servi : outre la dimension mystique de l’histoire – l’ambition est quand même de toucher à ce qui se passe après la mort s’il vous plaît -,La rejouabilité est importante : les QTE ne sont pas un long fleuve tranquille. BTS est servi par une tête de casting impeccable, à commencer par Ellen Page, qui depuis Hard Candy – coucou 2005 ça ne nous rajeunit pas – montre qu’elle ne se contente pas d’être un joli brin de fille, et Willem Dafoe, parfaitement modélisés. Le modeling a d’ailleurs été poussé jusqu’à faire jouer les scènes aux acteurs, en plus de donner leur voix et leur visage. La passivité, autant devant l’action que devant l’histoire, pourrait en rebuter certains, pensez-vous? Non, car tous les chemins ne mènent pas jusqu’à Rome : les fameuses QTE seront les catalyseurs de votre aventure : si vous les foirez – un peu comme moi -, vous devrez passer par des chemins un peu plus tortueux pour parvenir à vous en sortir. J’ai fini par être arrêtée deux fois lamentablement au lieu de pouvoir me barrer du train de « Hunted » et voler une moto, par exemple, alors que Peter, le testeur de Sony qui était là, a plié la séquence en une dizaine de minutes. Autre fait étrange, il n’y a pas de barre de vie. Ainsi, dans une de mes séquences les plus honteuses, je me suis retrouvée dans un sale état, avec une machette sous le nez. Et c’est Aidan qui nous sauve systématiquement.

Cinématographique, vous dis-je

Cinématographique, vous dis-je

On retiendra quoi de cette petite incursion cannoise ? Un soft au fort pouvoir immersif – comme Heavy Rain, en un peu plus musclé, et avec un seul personnage principal -, où on est suspendu au destin d’Ellen Page – mon Dieu la souffrance quand je me suis pris deux balles dans la jambe et que je me suis traînée dans un pauvre abri, à base de QTE fébriles où j’ai hésité à me tirer une balle pour échapper à mes agresseurs (oui, on peut faire ça). Quantic Dream nous emmène où il veut, et c’est tant mieux. Bon, vous m’excuserez, j’ai une PS3 à dompter avant octobre !

Beyond Two Souls sortira en octobre 2013 sur Playstation 3. Pour patienter, le trailer de l’E3 :

Images : Sony Computer Entertainment

 

 

Share
Beyond : Two Souls David Cage Ellen Page Heavy Rain octobre PS3 Quantic Dream Sony
L'auteur

Cause I'M TEARING YOU APART !

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire.