La Croix-Rouge invite à devenir « Healer IRL »

Alors que les médias généralistes n’hésitent toujours pas à pointer du doigt la violence dans les jeux vidéo, la Croix-Rouge a choisi un axe original pour sa nouvelle campagne de rentrée : nommée « Licence to Heal », cette dernière reprend les codes vidéoludiques pour souligner l’importance de la mobilisation aux premiers soins.

A quelques jours seulement de la sortie de GTA V, ce n’est clairement pas un hasard si la Croix-Rouge reprend certains des codes graphiques de la licence de Rockstar Games. Le personnage principal de la campagne ressemble d’ailleurs pas mal à Niko Bellic, le personnage principal de GTA IV. Mais c’est aussi du côté des RPG que penche la campagne, en mettant en avant l’importance d’avoir un bon Healer (autrement dit, un Soigneur) dans son équipe.

Croix-Rouge 1

Le site officiel de la campagne Licence to Heal détourne ainsi les codes du jeu vidéo pour sensibiliser aux gestes qui sauvent, et aux bons réflexes à avoir lorsqu’il s’agit de porter secours à quelqu’un : « protéger les lieux du frag », « checker les PV du joueur down » ou encore « faire les manips pour respawn », les codes du jeu vidéo sont savamment utilisés pour conseiller à tout un chacun de rester sur place et s’occuper des blessés avant l’arrivée des secours, appelés dès la présence constatées de personnes mal en point. Chapeau la Croix-Rouge !

licence to heal 2

Mais ce n’est pas tout : on ne vous parle pas souvent des press kits que l’ont reçoit à la rédaction, pour la bonne raison que s’ils sont souvent sympathiques, ils n’apportent pas forcément grand-chose au discours. Force est de constater que celui reçu pour la campagne Licence to Heal réussi son objectif sur tous les points : cette boîte de jeu PS3 a réellement de quoi intriguer.

licence to heal 1

A l’intérieur, on trouve un CD qui cache en réalité des visuels et un communiqué de presse, et on trouve – c’est de plus en plus rare dans les jeux ! – un manuel en couleur qui reprend les éléments du site de la campagne. C’est assez dingue de constater à quel point la démarche de la Croix-Rouge est bien rodée, et colle parfaitement à la cible qu’elle souhaite atteindre. Chez GentleGeek, on est séduit, et du coup, on se sent d’autant plus touché par le message véhiculé.

licence to heal 3

Vous l’aurez compris, Licence to Heal n’est pas un jeu : c’est une réflexion à la fois très originale et plutôt brutale sur le fait que des situations anodines ingame deviennent gravissimes in real life : on canarde à tout va dans les jeux vidéo sans se soucier ce qu’il se passe après, ce n’est donc pas dans les mondes virtuels que l’on va apprendre les gestes qui sauvent dans la vraie vie. On peut être un healer PGM sur notre MMORPG et être un vrai noob IRL, mais rassurez vous, il existe également des PGM du heal pour de vrai : ils sont dans les organismes comme la Croix-Rouge. Et il n’a pas forcément besoin de beaucoup de connaissances pour sauver une vie : savoir pratiquer un massage cardiaque et connaitre les numéros des secours à contacter est un excellent début.

On vous recommande donc chaudement de vous rendre sur le site de Licence to Heal pour vous informer sur la question, tout en savourant la qualité incontestable de cette campagne positive à plus d’un titre. GG la Croix-Rouge !

poster licence to heal

Via dossier de presse

Campagne virale La Croix-Rouge Licence to Heal premiers secours
L'auteur

Co-fondatrice et rédac'chef de GentleGeek, je suis journaliste le jour et blogueuse la nuit - les deux ne sont pas incompatibles, non non. J'aime le cinéma, les jeux vidéo, les comics et les chats. C'est déjà pas mal !

2 avis

Rejoindre la discussion
  1. Pingback: La Croix-Rouge invite à devenir “H... 12 sept, 2013

    […] Souvent copié, jamais collé !  […]

  2. Pingback: Sim City : La Croix et la Bannière. Rouges. | GentleGeek 18 sept, 2013

    […] la magistrale campagne de communication de VPCom où l’on pouvait devenir Healer IRL, la Croix-Rouge s’attaque désormais à l’InGame, puisque le but non dissimulé est de […]

Laisser un commentaire.