[Test PS4] inFamous : Second Son
Share

A défaut de pondre une nouvelle franchise pour la PlayStation 4, le studio Sucker Punch – propriété de Sony – a dépoussiéré l’une de ses plus récentes licence : inFamous. Bye-Bye Cole et bonjour Delsin, un petit jeune qui va vite comprendre qu’avoir des super-pouvoirs implique aussi des super-responsabilités.

Des super-pouvoirs, un monde ouvert et malléable, un double destin… en 2009, inFamous donnait un coup de fouet à la PS3 en lui offrant un nouveau héros de taille : Cole McGrath. Mais ce dernier a vu son destin héroïque tourner court à la fin du second volet de ses aventures. Dès lors, on pouvait se demander ce qu’il allait advenir de la licence, exclusive à la console de Sony, surtout avec l’arrivée de la PS4 sur le marché. Mais c’était sans compter sur l’inventivité – toute relative, mais on y reviendra – de Sucker Punch pour réactualiser une franchise porteuse.

infamous second son 4

Vous ne passerez pas !

 

inFamous : Second Son introduit donc un nouveau héros en la personne de Delsin, un jeune délinquant ascendant branleur qui se retrouve affublé de super-pouvoirs après avoir absorbés ceux d’un porteur. Le problème, c’est qu’après les événements ayant impliqués Cole McGrath, avoir des pouvoirs est assez mal vu : le Département des Unités de Protection est bien décidé à mettre sous les verrous tous les porteurs, et à les dégommer à vue si nécessaire. Delsin va rapidement décider de se lancer dans la libération de Seattle, où règne la terreur et l’oppression.

On ne prend pas le même et on recommence

A la manière de Cole, Delsin est donc un personnage ambigu qui a le choix entre deux chemins « karmiques » : il peut choisir de faire les choses de manière positive ou de manière négative. Ce genre de choix, qui revient fréquemment en cours de partie, influence la manière dont le personnage développe ses pouvoirs, mais également certains éléments du scénario. Ceux qui ont déjà joué à inFamous savent à quoi s’attendre. Pour les autres, il faut tout de même savoir que le scénario, s’il laisse le choix à certains moments, mène le joueur où il veut qu’il aille. La narration « ouverte » a ses limites.

D’ailleurs, tant qu’on parle de scénario, il faut souligner que celui d’inFamous : Second Son ne brille pas franchement par son originalité et fait dans le basique. La campagne en elle-même est sans grande surprise et met en avant l’oppression de la minorité par la masse, tandis que la résistance s’organise. Ce petit côté X-Men est assez grossier, et même s’il s’avère suffisamment efficace pour donner envie de persévérer, il s’avère plutôt facile compte tenu des événements survenus dans le jeu précédent – d’ailleurs, si on veut chipoter, on peut souligner que les événements de Second Son découlent d’une seule fin possible d’inFamous 2, jetant aux ordures les choix réalisés par une partie des joueurs du titre. Logique dans un sens, mais quand même un peu frustrant.

infamous second son 3

Delsin découvre qu’il a 10 doigts

 

Du côté des missions secondaires, là encore, il ne faut pas chercher midi à quartorze heure : on reste dans le basique, à savoir du matraquage d’ennemis à la chaîne, des sauvetages et autres courses pour conquérir, petit-à-petit, du territoire. Ce dernier étant vaste, il y a de quoi s’occuper, mais le manque de variété des activités proposées finit fatalement par lasser.

De zéro en héros

Face à ce constat, on peut se poser la question : Second Son est-il un titre en mousse ? Qu’on se rassure, la réponse est non. Si le titre dispose du même genre d’écueil scénaristique que les précédents volets, il n’en reste pas moins un énorme défouloir où les super-pouvoirs sont le point central. Delsin possède en effet une panoplie de capacités assez jubilatoire, allant de la capacité de planer à celle permettant de se transformer en fumée, en passant par la plus traditionnelle boule de feu à envoyer sur les ennemis. Plus on avance dans le jeu et plus les pouvoirs s’étoffent, permettant d’accéder rapidement à une forme de toute-puissance. Ca pète de partout, ça défoule et on s’amuse : au final, c’est à peu près ce qu’on vient chercher avec un tel titre, on n’est donc pas vraiment déçu.

infamous second son 2

C’est très beau, on ne va pas le nier !

 

Il est juste un peu dommage que Sucker Punch se soit, de toute évidence, concentré principalement sur le côté pur fun du jeu en délaissant la plupart des autres aspects. Delsin est un personnage qui joue la carte du j’m’enfoutisme, un peu à l’image du jeune Dante dans DmC. Ca passe ou ça casse selon les joueurs, mais, dans tous les cas, on ne se trouve pas vraiment en face d’une nouvelle pointure charismatique : dans la mesure où l’intérêt du titre est son monde ouvert à explorer en mode défouloir, on se fiche pas mal, au final, du personne qui sert cette démarche. Et c’est assez regrettable. Enfin, un mot concernant les graphismes : on est sur la PS4 et c’est beau, fluide et plein de détails, comme il se doit. Esthétiquement, le titre est franchement réussi, même si on pouvait difficilement s’attendre à autre chose venant d’un studio détenu par Sony.

 Dire qu’inFamous : Second Son est un mauvais jeu reviendrait à nier l’action non stop et le côté jubilatoire d’incarner un héros aux super-pouvoirs puissants. Mais au-delà de l’effet Waouh, le titre ne fait pas particulièrement d’étincelle et se repose sur les bases d’une franchise un peu flemmarde. A défaut de servir une nouvelle franchise, Sucker Punch aurait au moins pu étoffer le concept derrière inFamous au lieu de se contenter de la « nextgeniser ». Bien qu’efficace, Second Son reste donc un titre agréable mais ne se révèle pas être le genre de killer app qui pourrait encourager un joueur à se doter d’une PS4 juste pour lui.

Share
infamous second son PS4 Sony Sucker Punch Sucker Punch productions
L'auteur

Co-fondatrice et rédac'chef de GentleGeek, je suis journaliste le jour et blogueuse la nuit - les deux ne sont pas incompatibles, non non. J'aime le cinéma, les jeux vidéo, les comics et les chats. C'est déjà pas mal !

2 avis

Rejoindre la discussion
  1. Le_Moine le 27 avril 2014
    Pas cool le spoil en début de test ^^ Merci pour l'avis ! J'espère qu'il sera moins frustrant que le premier...
  2. Audrey Auteur le 28 avril 2014
    Quand tu parles de spoil, tu parles du fait que j'explique que ce n'est plus Cole mais Delsin ? C'est quand même un peu obvious :) Et je ne dévoile rien de ce qui arrive à la fin d'inFamous 2 :p

Laisser un commentaire.