Etrange Festival 2014 : Cérémonie d’ouverture
Share

Clap d’ouverture pour la 20ème édition de l’Etrange Festival. Le Forum des Images accueille une nouvelle fois 10 jours de films, de l’horreur au thriller en passant par le documentaire ou quelques ovnis inclassables, les cinéphiles parisiens vont encore une fois être servis… Pour la cérémonie d’ouverture, le festival propose le prochain film de Marjane Satrapi, en exclusivité, puisqu’il ne sortira qu’en 2015…

Et c’est reparti pour 10 jours d’Etrange Festival au Forum des Images, un des rendez-vous majeurs des cinéphiles parisiens. Pour ouvrir cette 20ème édition, le festival propose comme à son habitude un court-métrage suivi d’un film, en exclusivité puisqu’il s’agit du prochain film de Marjane Satrapi, intitulé The Voices, qui ne sortira en France qu’en 2015.

Après un bref discours d’ouverture du président du festival, Frederic Temps, devant une salle 500 comble, et une introduction de Winshluss (Vincent Paronnaud) et Nicolas Pawlowski, les réalisateurs du court-métrage d’animation Smart Monkey, on a droit à une intervention skype de Marjane Satrapi depuis les Etats-Unis, une chouette surprise qui vient pallier l’absence de la réalisatrice au Forum des Images en ce jeudi soir…

Marjane Satrapi en direct des USA...

Marjane Satrapi en direct des USA…

Smart Monkey

On commence donc avec Smart Monkey, sympathique court-métrage d’animation en noir et blanc, en deux parties qui se font écho. La première se passe pendant la pré-histoire ; on suit les pérégrinations d’un petit singe solitaire qui cherche un moyen de s’imposer dans son clan, face au chef des primates bien plus impressionnant que lui. Traqué par un tigre à dents de sabre assez malchanceux, ce petit singe fera un long voyage jusqu’à revenir dans son clan, pour un final assez cynique. La seconde partie suit un explorateur parti en quête de gloire dans des contrées sauvages bien loin de chez lui, qui connaîtra lui aussi une fin tragique. Bien réalisé, drôle et cynique, ce court-métrage offre une belle ouverture au festival.

170_500_500_inside

The Voices

Collaboration plutôt improbable pour le premier film américain de Marjane Satrapi (Persepolis), sur un script de Michael R. Perry, scénariste de Paranormal Activity 2, The Voices semble à première vue être un projet assez casse-gueule, lequel n’est d’ailleurs pas resté sans raison dans la blacklist hollywoodienne des scénarios…

Jerry Hickfang (Ryan Reynolds) est un jeune employé en réhabilitation dans une usine de baignoires dans une petite ville américaine un peu morne. Il tombe amoureux de la jolie comptable de son travail (Gemme Aterton), mais leur relation ne va pas se passer comme prévu… Un peu perdu, Jerry va se confier à son chien Bosco et son chat Mr Whiskers, qui ont la faculté de parler, mais qui ne sont pas toujours de bon conseil…

TheVoices_still3_RyanReynoldsGemmaArterton__byReinerBajo

Impossible d’en dévoiler plus sans spoiler le film. Marjane Satrapi livre ici un numéro d’équilibriste, dans un film tout en contrastes, entre passages oniriques aux couleurs flashy, petits papillons et paillettes, et réalité sordide d’une petite ville du Mid-West américain pleine de rednecks. Illustrant l’ambivalence d’un personnage qui ne distingue plus la réalité du délire, The Voices fait se côtoyer la noirceur, le drame, l’humour noir et une monde acidulé, onirique et poétique. Des ruptures habiles viennent indiquer au spectateur le frontière entre ces deux mondes, où s’arrête le rêve et où commence la sordide réalité…

L’utilisation du chien et du chat comme parabole de l’ange et du démon prodiguant leurs conseils sur les épaules d’un personnage de cartoon permet des échanges savoureux, notamment avec ce chat, à l’accent écossais, totalement cynique et détestable.

Côté casting, c’est un sans faute. Ryan Reynolds se révèle étonnamment juste dans ce rôle et incarne parfaitement la fragilité et la candeur du personnage de Jerry. Gemma Aterton est assez étonnante elle aussi, dans un rôle qui tranche avec ce qu’on connait d’elle. Les seconds rôles assurés par Anna Kendricks, Jacki Weaver et Ella Smith s’en tirent tout aussi bien.

movies-the-voices-ryan-reynolds-still-1

The Voices parvient à maintenir l’équilibre entre situations incongrues et le drame et l’horreur sous-jacents. Malgré un scénario sans grande surprise, et quelques passages un peu convenus, cette comédie macabre reste inspirée, bien réalisée et aussi réussie que surprenante, jusque dans son générique de fin qui assume totalement le côté délirant du film. Excellente surprise donc, pour une belle séance d’ouverture qui promet de belles choses pour cette 20ème édition de l’Etrange Festival.

Share
Etrange Festival Etrange festival 2014 Forum des Images Gemma Aterton Marjane Satrapi Ryan Reynolds Smart Monkey The voices
L'auteur

POUET

1 avis

Rejoindre la discussion
  1. Pingback: Etrange Festival 2014 : The World of Kanako (clôture) | GentleGeek 18 Sep, 2014

    […] le sacre de The Voices, de Marjane Satrapi (film d’ouverture du festival dont nous vous proposons la critique ici), qui a remporté à la fois le Prix Nouveau Genre et le Prix du Public. Ce doublé a été reçu […]

Laisser un commentaire.