[Critique] These Final Hours (Etrange Festival 2014)
Share

Dans sa sélection de films en compétition internationale, l’Etrange Festival propose cette année le premier long-métrage de l’Australien Zak Hilditch, These Final Hours, road trip apocalyptique désespéré centré sur la question suivante : que feriez-vous à quelques heures de la fin du monde annoncée ?

Alors que la fin du monde est imminente, James (Nathan Phillips, vu dans Wolf Creek notamment), se rend à une fête de type Projet X, dans le but de se défoncer au maximum pour ne rien sentir une fois le moment venu. Sur sa route, il croise Rose, une gamine perdue, qui tente de retrouver son père…

Que ferions-nous à quelques heures de la fin du monde ? En partant d’une idée simple, l’Australien Zak Hilditch dresse un portrait globalement peu flatteur de l’humanité dans ses dernières heures. Alors que la Terre a été frappée par une météorite, l’onde de choc se propage, ravageant tout sur son passage. L’Amérique, l’Asie et l’Europe sont déjà rayées de la carte et l’Australie, de par sa position géographique, sera la dernière touchée. Alors que la radio égrène les douze dernières heures de l’humanité, James choisit de se rendre à une dernière fête avant la fin du monde, quitte à fuir ses responsabilités…

these-final-hours-600x350

Les rencontres que le personnage fait sur son chemin ne sont pas des plus heureuses. Zak Hilditch nous montre, souvent en arrière-plan ou hors-champ, les différentes façons des hommes de gérer ce compte à rebours fatidique. Retrouvailles et dernières heures en famille, orgie démentielle, suicide, finir son puzzle, fornication, roulette russe, ou encore tuer son prochain, chacun se laisse aller et révèle sa vraie personnalité.
On retrouve dans These Final Hours des influences comme Mad Max, pour sa photographie jaune –mais toute ressemblance s’arrête ici), La Route, ou encore du Danny Boyle. La mise en scène simple, mais soignée et efficace, tire parti de son petit budget. Ici en effet le but n’est pas de livrer du Michael Bay et des explosions à tout-va, mais plutôt une réflexion, une plongée dans l’âme humaine face à une fin annoncée et toute proche.

790993-71af1522-114c-11e4-b835-19c5916f0215

Le casting est solide, surtout avec son duo Nathan Phillips/ Angourie Rice. Très justes, les deux acteurs touchent le spectateur avec une relation que les gamers pourront rapprocher de celle de Joel et Ellie dans le jeu The Last of US. Les personnages secondaires illustrent l’éventail des possibilités de réaction face à cette fin du monde imminente. De bonnes idées viennent renforcer l’impression désespoir avec cette mère qui croit reconnaître sa fille disparue en Rose et nage vers elle dans la piscine comme un requin autour de sa proie, ou l’animateur de radio qui commente la progression de l’onde de choc en direct…

Bien qu’assez prévisible, et avec des sous-entendus un peu trop appuyés quant à la relation entre James et Rose, faisant référence à un rôle de père qu’il ne connaîtra jamais, These Final Hours reste un film touchant, par son réalisme et son désespoir. Avec ce premier long-métrage, Zak Hilditch signe un premier film certes un brin imparfait, mais réellement prometteur.

Share
Angourie Rice Apocalypse Etrange Festival Etrange festival 2014 Nathan Phillips These final hours Zac Hilditch
L'auteur

POUET

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire.