[Critique] Imitation Game
Share

Quand le mathématicien considéré comme le père de l’informatique se dévoile, lui et son destin tragique, dans un film qui prend place au coeur de la Seconde Guerre mondiale, ça donne Imitation Game, un thriller sur fond de déchiffrage de codes nazis.

Alors que la Seconde Guerre mondiale fait rage, l’armée britannique écope de la lourde tâche de déchiffrer les messages codés que s’envoient les Allemands et leurs alliés. Ces derniers utilisent une machine réputée « incassable », nommée Enigma : son code de cryptage est très complexe, et change toutes les 24h, rendant effectivement son décryptage très complexe. Dans ce contexte, le mathématicien Alan Turing est recruté avec d’autres cryptanalyses dans l’optique de venir à bout d’Enigma. Mais le génie de Turing n’a d’égal que son caractère solitaire et impétueux, et le mathématicien va avoir du mal à imposer à sa vision, même si c’est la bonne…

Imitation Game part d’une histoire vraie : Alan Turing a effectivement travaillé sur le déchiffrage d’Enigma à Bletchley Park, durant la Seconde Guerre mondiale. Le film de Morten Tyldum, correctement documenté, retrace donc la course contre la montre de Turing et de son équipe. Malgré un postulat de départ qui peut se montrer rébarbatif, on obtient, grâce à une mise en scène très habile, un véritable thriller qui tient en haleine de bout en bout, ose même parfois une touche d’humour, et parvient à émouvoir. On peut d’ailleurs saluer, à ce titre, la performance des acteurs principaux, Benedict Cumberbatch et Keira Knightley en tête.imitation game 2

Biopic mais pas trop

De là à dire que le film est un biopic d’Alan Turing, il y a un pas difficile à franchir. Très romancé bien que basé sur l’ouvrage Alan Turing: The Enigma d’Andrew Hodges, Imitation Game multiplie donc les écarts avec une histoire qui n’est pas très connue du grand public. On peut regretter que la véritable histoire ait été très diluée pour préserver le rythme et, peut-être un peu trop, le côté mélo de l’intrigue : c’est en particulier vrai à la fin du film, lorsqu’est présentée la fin de vie de Turing, qui est mort par empoisonnement au cyanure à l’âge de 41 ans.

Difficile cependant de blâmer le scénario, qui parvient à captiver avec une intrigue pas forcément sexy à la base. Il faut donc prendre le film davantage comme une introduction à l’univers d’un homme fascinant, dont la richesse des travaux a changé la face de l’informatique – il a notamment créé le test de Turing, qui permet de tester les limites d’une intelligence artificielle. Peut-être que cela donnera envie à certains spectateurs de se plonger dans des biographies plus étoffées et plus conformes à la réalité.

imitation game 1

Un film taillé pour les Oscars

Ce qui est certain, c’est qu’Imitation Game est un amant à prix. Déjà récompensé un bon paquet de fois dans de multiples cérémonies et festivals, il concourt pour pas moins de 8 Oscars, dont celui du meilleur film. Il va probablement rafler quelques statuettes, et Benedict Cumberbatch pourrait bien repartir avec la sienne.

61 ans après la mort d’Alan Turing, héros de guerre aux exploits longtemps classés secrets, condamné pour son homosexualité et mort dans des constances troubles, Imitation Game rend un hommage nécessaire et maîtrisé à un pionnier des technologies modernes. On peut juste regretter que le mélo prenne parfois un peu trop le dessus sur le côté historique, mais c’est sans doute le prix à payer pour le film touche un plus large public.

_TFJ0226.NEF

Imitation Game de Morten Tyldum, avec Benedict Cumberbatch, Keira Knightley, Matthew Goode, Mark Strong… sortie le 28 janvier.

Share
Alan Turing Imitation Game
L'auteur

Co-fondatrice et rédac'chef de GentleGeek, je suis journaliste le jour et blogueuse la nuit - les deux ne sont pas incompatibles, non non. J'aime le cinéma, les jeux vidéo, les comics et les chats. C'est déjà pas mal !

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire.