[Test PS4] Infamous : First Light
Share

Sorti en septembre dernier sur PS4, Infamous : First Light est un stand-alone qui prend place dans l’univers d’Infamous Second Son. Disponible encore quelques jours gratuitement pour les abonnés du PSN+, ce jeu est surtout intéressant si on ne le paie pas très cher.

Une fois n’est pas coutume, on vous parle ici d’un jeu sorti depuis longtemps, à tel point qu’il fait partie de la sélection gratuit PSN+ du mois de janvier. Néanmoins, ce test tardif est justifié par le fait que la réception d’une copie presse n’est intervenue que dans les dernières semaines. Du coup, il nous semblait fair-play de vous en toucher deux mots, même si nombreux sont les joueurs qui se sont déjà fait leur propre idée.

infamous first light 2

Infamous : First Light propose donc de délaisser Delsin pour incarner Abigail Walker, alias Fetch, une jeune femme elle aussi dotée de super-pouvoirs. Un personnage qui est bien connu de ceux qui ont joué à Second Son, puisqu’il y joue un rôle important. Du coup, premier constat : si vous débarquez sans avoir joué à Second Son, vous serez un peu largué, malgré le côté stand-alone du titre.

Fetch, donc, possède un pouvoir de néon dont hérite Delsin dans Second Son. On n’est donc pas très perturbés par la prise en main. L’histoire se déroule avant le premier jeu, quand Fetch est emprisonnée par Augustine dans la prison de Curdun Cay. C’est donc une partie inédite de l’histoire, qu’on ne connait qu’à travers les flashbacks de Second Son, que First Light propose de jouer.

infamous first light 3

On suit donc Fetch dans des environnements qui ressemblent du neuf et du vieux, avec des pouvoirs connus mais plus puissants que ceux dont hérite Delsin, puisque Fetch en est la principale propriétaire. L’arbre d’évolution des pouvoirs reste dans la lignée de ce que propose la franchise, et permet donc d’accéder assez rapidement à un sentiment de toute puissance qui permet de profiter à fond du potentiel du titre.

Le vrai problème, c’est que cette ascension est VRAIMENT très rapide, et la principale raison c’est que la durée de vie du jeu est particulièrement limitée. Que ce soit la trame principale – qui se concentre sur la relation entre Fetch et son frère, dont on connait déjà l’issue si on a joué à Second Son – ou les missions annexes – qui offrent peu de nouveautés, une fois encore, si on a joué à Second Son – rien ne vous occupera plus de 5 heures en tout. De plus, l’absence du mode Karma, qui permet de choisir entre le bien et le mal (absence expliquée par le besoin de cohérence avec Second Son) enlève au jeu tout potentiel de rejouabilité.

infamous first light 4

Il faut cependant relativiser cette durée de vie faible : First Light est certes cette un jeu en stand-alone, qui ne nécessite donc pas de disposer de Second Son pour fonctionner, mais il n’en est pas moins un ajout bonus au titre. L’autre intérêt du jeu est son prix faible – 20 euros en boîte à sa sortie, et il est désormais possible de le trouver bien moins cher, notamment en occasion. Quand on sait que le DLC L’héritage de Cole ajoute moins de 30 minutes de contenu à Second Son pour un tarif de 5€, on se dit que First Light est loin d’être une mauvaise affaire.

 

 

Share
Infamous Infamous : First Light stand alone Sucker Punch productions
L'auteur

Co-fondatrice et rédac'chef de GentleGeek, je suis journaliste le jour et blogueuse la nuit - les deux ne sont pas incompatibles, non non. J'aime le cinéma, les jeux vidéo, les comics et les chats. C'est déjà pas mal !

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire.