[Critique] Ghost Theater (Etrange Festival 2015)
Share

La présentation en première mondiale de Ghost Theater, le dernier film d’Hideo Nakata, s’annonçait comme l’un des temps forts de l’Etrange Festival 2015. Malheureusement, il s’agit d’un retour difficile pour un maître de l’horreur qui a bien du mal à renouveler son style.

Après quelques déconvenues dans des productions de seconde zone, l’actrice débutante Sarah décroche un rôle dans une pièce de théâtre, mais sur scène, sa partenaire affiche de l’antipathie à son égard. Plus inquiétant, des évènements surnaturels se multiplient en coulisses. Un mannequin en plastique commence à s’en prendre à l’équipe…

GHOST-THEATER-2

Réalisateur emblématique du cinéma d’horreur, Hideo Nakata était présent à l’Etrange Festival pour présenter, en première mondiale, son dernier film, Ghost Theater. Le réalisateur de Ring et Dark Water nous livre ici le remake d’un de ses propres films, Ghost Actress, réalisé en 1996. Un retour aux sources, en somme. Malheureusement, le réalisateur semble avoir bien du mal à se renouveler. Car si Ring et Dark Water étaient novateurs en 1997 et 2002, la recette Nakata apparait aujourd’hui malheureusement totalement dépassée.

Par où commencer ? Par les jumpscares et les effets visuels datés ? Le manque d’imagination et de rebondissements ? Les personnages sans substance et sans intérêt ? La liste des défauts de Ghost Theater est longue… Aussi longue que le film, qui s’étire sur deux heures, deux longues heures, qui auront fait décrocher (voire dormir) plus d’un spectateur…
Il n’y a jamais aucune surprise, ni dans la mise en scène, ni dans l’intrigue, linéaire, balisée et totalement prévisible. Jamais effrayant, parfois même risible voire ridicule (il faut plus qu’une poupée désarticulée qui marche toute seule pour effrayer aujourd’hui), si Ghost Theater a quelques bonnes idées, elles ne sont jamais exploitées et les moments de tension finissent tous par retomber à plat, ne permettant jamais au film de décoller.

ghost-theater-japanese-movie-2015-trailer-hd_8678555-12380_640x360

Si une mise en abyme de la légende de la Comtesse Bathory (qui se baignait dans du sang de vierge pour conserver sa jeunesse) est esquissée, avec le parallèle avec la poupée hantée qui se nourrit de l’énergie vitale de ses victimes, et puisque l’histoire de Bathory est le thème de la pièce, celle-ci n’est pas véritablement exploitée et sert juste de prétexte aux gesticulations du pantin. Par ailleurs Nakata délaisse rapidement la suggestion pour montrer le mannequin maléfique, cassant ainsi le peu d’ambiance horrifique du métrage.
Enfin, dans le premier rôle, Haruka Shimazaki fait ce qu’elle peut avec ce qu’elle a, c’est-à-dire pas grand-chose. La pop idol japonaise a beau être choupi, cela ne suffit pas à tenir le spectateur éveillé.

La projection a été suivie d’une masterclass un peu triste, la salle étant bien dépeuplée à la fin du film, et avec des questions pas forcément intéressantes ou pertinentes. Pendant son intervention, Nakata a précisé qu’il n’est pas un grand fan de films d’horreur et qu’il a plus ou moins été enfermé dans le genre… Un aveu qui prend tout son sens avec ce dernier film.

Standing ovation pas très spontanée pour Hideo Nakata et son actrice Haruka Shimazaki avant la projection du film.

Standing ovation pas très spontanée pour Hideo Nakata et son actrice Haruka Shimazaki avant la projection du film.

Plantage sur toute la ligne, Ghost Theater signe le retour raté d’Hideo Nakata, avec un film manquant cruellement de d’originalité et d’audace, d’envie, d’ambition et de conviction. Le réalisateur de Ring et Dark Water applique les mêmes recettes qu’il y a vingt ans, mais celles-ci ne fonctionnent plus aujourd’hui et apparaissent totalement datées et dépassées, dans un genre qui a beaucoup évolué (en mal comme en bien). Ghost Theater est un spectacle assez navrant, même pas assez raté pour être vu comme un nanar, et prouve que son réalisateur se repose sur l’aura de ses succès passés, sans avoir rien proposé d’original ou de réussi depuis une bonne dizaine d’années.

 

Share
Critique Etrange Festival Etrange Festival 2015 Ghost Theatre Haruka Shimazaki Hideo Nakata
L'auteur

POUET

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire.