CBS planche sur une adaptation télé de Nancy Drew
Share

Les moins jeunes d’entre nous se souviennent sans doute avec nostalgie et émotion d’Alice Roy (Nancy Drew donc, en version originale), détective, héroïne de la Bibliothèque Verte, pourfendeuse de pickpockets et autres malfrats. Aidée de ses fidèles amies Bess et Marion (George en VO), elle a sorti du pétrin un nombre incalculable de riches veuves et d’héritières en péril.

nancy drew old clockMonument de la littérature jeunesse, Nancy Drew a traversé les âges (avec plus ou moins de bonheur), utilisant tous les supports à sa disposition : les romans depuis les années 30, des films, des séries télé, et, plus récemment, les jeux vidéo.
Il n’est donc pas vraiment surprenant qu’une chaîne américaine table sur le succès presque centenaire de la jeune femme pour une nouvelle série.

CBS a en effet lancé lancé la production d’un drama tendance policier, écrit par Joan Rater et Tony Phelan (producteurs sur Grey’s Anatomy). Dan Jinks (connu notamment pour American Beauty) sera producteur exécutif.
Et nous retrouverons donc une Nancy Drew plus âgée, puisqu’elle aura une trentaine d’années, et qui ne sera plus détective amateur, mais inspectrice au sein du département de police de New York. Elle devra enquêter sur divers crimes, grâce à son sens « incroyable » de l’observation, tout en affrontant les difficultés de la vie dans le monde moderne. « Les difficultés de la vie dans le monde moderne ». Tout un programme.

Le pitch manque cruellement d’originalité, d’autant qu’il semble prendre tout ce qui faisait le charme de l’héroïne pour le jeter par dessus bord, ne gardant que de quoi faire une série policière comme il en existe des milliards.

Ces sourires, ces brushing... Pas de doute, c'est les 70's...

Ces sourires, ces brushing… Pas de doute, c’est les 70’s…

 

Pour rappel, Nancy Drew, à l’origine, est une jeune fille dont l’âge varie entre 16 et 18 ans selon les livres, et détective amateur, ce qui lui permet de vivre bon nombre d’aventures dans différents coin des Etats-Unis. Et même du globe. Enfin, par « bon nombre d’aventures », on veut surtout dire « elle aide bon nombre de riches veuves terrorisées par de faux fantômes et de jeunes pauvresses qui sont en fait de riches héritières qui s’ignorent ».

Le film est comme la jupe de Nancy : pas terrible.

Le film est comme la jupe de Nancy : pas terrible.

A sa création dans les années trente, le personnage était assez avant-gardiste (même si les livres contiennent des vieux relents de classisme, de paternalisme et de racisme) : une jeune fille qui fait ce qu’elle veut, conduit une voiture, et arrête des méchants sans l’aide ni de la police, ni des mâles dominants, ça parait un peu zazou, même en 2015.
D’ailleurs, Nancy n’a besoin de personne, puisqu’elle sait peindre, danser, faire des claquettes, conduire une voiture, monter à cheval, faire de la voltige à cheval, piloter un avion, décrypter des codes trop compliqués qu’il faudrait au moins quinze analystes de la NSA pour le faire, chanter, faire du théâtre, envoyer des messages en morse, nager comme une nageuse olympique, skier de belle façon, cuisiner, vendre des œuvres d’art… Le couteau suisse des détectives privés.
Notez qu’elle résiste aussi très bien au chloroforme et aux commotions cérébrales, puisqu’elle est assommée à peu près 958 fois à travers la série, toujours sans séquelles.

Lorsque les livres ont été réécrits entre 1959 et 1979 (parce que bon, il fallait bien dépoussiérer un peu la chose), si Alice/Nancy perd un peu de son mordant (elle va désormais à l’église, se soumet un peu plus au patriarcat, et a moins tendance à se faire défoncer le crâne), les bases restent les mêmes : une jeune fille, ses deux meilleures amies (ou ses deux meilleures « stéréotypes inutiles », au choix), et tout un tas de mystères à résoudre.

Alice rajeunit au fil du temps

Ce petit pull à rayures est de toute bôtay

 

Le racisme est plus ou moins évacué en … Évacuant le plus possible les personnages de couleur. Comme ça au moins, c’est réglé.

La franchise traverse un peu le désert dans les années 80-90, où ça devient un peu « Nancy Drew et les garçons », puis tente de se réinventer en rebootant les livres : les qualités de Nancy sont réparties entre elle et ses deux amies Bess et George (qui faisaient grandement figuration depuis 70 ans), ce qui en fait une héroïne moins parfaite, mais plus accessible, plus moderne.

Mais pourquoi ? Comment ?

Mais pourquoi ? Comment ?

 

La série de jeux vidéo, malgré leur qualité aléatoire, continue sur la même veine, avec un peu plus d’humour dans les derniers volets.

Nancy Drew étant clairement une ancêtre de Veronica Mars, il est un peu dommage que CBS ait opté pour une héroïne adulte membre des forces de l’ordre. Au pire, on aurait préféré une détective privée, mais le pitch de départ ne fait pas trop rêver. Même si la longue histoire de Nancy offre un potentiel old-school kitschou-cool prometteur, il est à craindre qu’on se retrouve avec un drama sans saveur.

Via Deadline.

Share
Alice Roy Bibliothèque Verte Caroline Quine Carolyn Keene CBS détective détective lol Nancy Drew
L'auteur

Fille de Mary Poppins et Xena la Guerrière, aime se promener dans les bois pluvieux. Avec une console. Ou un comics. Avant que les cylons n'arrivent...

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire.