PIFFF 2015 : la prog’ dévoilée
Share

Ca y est ! L’édition du PIFFF 2015 vient de dévoiler l’intégralité de sa programmation, à trois semaines de l’événement, qui se déroulera au Grand Rex du 17 au 22 novembre prochains.

Après avoir présenté une première salve de titres il y a trois semaines, le PIFFF 2015 vient de dévoiler l’intégralité de sa programmation.

Avant-premières

Le PIFFF 2015 propose cette année son lot d’avant-premières alléchantes.

On commence fort avec un nouveau Sono Sion, The Virgin Psychics, une comédie SF sur des lycéens dotés de pouvoirs psychiques et dont le seul point commun est… leur virginité !

The Virgin Psychics, de Sono Sion

The Virgin Psychics, de Sono Sion

 

Blind Sun, le premier long métrage de Joyce A. Nashawati, un thriller solaire et angoissant qui ne donne pas envie de partir en vacances en Grèce.

The Survivalist de Stephen Fingleton, un film d’anticipation post¬-apocalyptique ultra minéral et d’un réalisme unique.

Le film d’infectés Don’t Grow Up de Thierry Poiraud où grandir équivaut à mourir pour de chers adolescents menacés par des adultes plutôt enragés.

Le gorissime film à sketches Southbound, emballé par la même équipe de frondeurs que le radical V/H/S qui déroule ici un univers entre les EC comics et La Quatrième dimension.

Green Room de Jeremy Saulnier (à qui l’on doit l’excellent Blue Ruin), un survival choc à la John Carpenter qui oppose des musicos punks à des skinheads très remontés dans une partie de cache¬cache où le sang coule à flots.

The Green Room, de Jeremy Saulnier

The Green Room, de Jeremy Saulnier

Séances cultes et séance jeunesse

Au rayon des films cultes, cette année la programmation est encore une fois de grande qualité, avec restaurée Darkman de Sam Raimi, Incidents de Parcours de George A. Romero, The Thing de John Carpenter et L’Enfant miroir de Philip Ridley.

Nouveauté cette année : le PIFFF proposera une séance jeunesse inaugurée avec le film d’animation Dofus le film – livre 1 : Julith de Jean-Jacques Denis et Anthony « Tot » Roux, adaptation très attendue du célèbre MMORPG créé par Ankama en 2004.

Déjà annoncés

Deathgasm de Jason Lei Howden (Nouvelle-Zélande) : du métal, et du sang. What else ?
Scream Girl de Todd Strauss-Schulson (USA) : une variation autour du slasher pour renouveler l’approche ?
Curtain de Jaron Henrie-McCrea (USA) : un film d’horreur avec un rideau de douche ? Oui, on signe !
Der Nachtmahr de Akiz (Allemagne) : paranoïa adolescente et monstruosité au programme !
Some Kind of Hate d’Adam Egypt Mortimer (USA) : après Cooties, une autre raison de détester l’école.
Bridgend de Jeppe Rønde (Danemark) : une « malédiction du suicide » au coeur d’un film morbide et poétique.
Évolution de Lucile Hadzihalilovic (France) : récemment primé en festival, le nouveau film de Lucile Hadzihalilovic s’annonce comme un des temps forts de ce festival !
Le Complexe de Frankenstein de Gilles Penso et Alexandre Poncet : un documentaire consacré aux créatures qui peuplent le cinéma fantastique d’un point de vue technique, artistique et humain, et sur les rapports qu’entretiennent avec elles leurs créateurs.
The 1000 Eyes of Dr. Maddin de Yves Montmayeur (France) : un documentaire consacré à l’univers de Guy Maddin, dont la « Chambre Interdite » projetée à l’Etrange Festival nous avait enchanté !

Deathgasm de Jason Lei Howden

Deathgasm de Jason Lei Howden

La nuit japanimation

Après la nuit Invasion Extraterrestre en 2014, c’est une nuit entièrement consacrée au cinéma d’animation japonais qui se tiendra le samedi 21 novembre, de 22h jusqu’à l’aube, une programmation pointue, avec des surprises ! Au programme :
Le Garçon et la Bête, de Mamoru Hosoda : en avant-première, avant sa sortie en salle le 13 janvier prochain, le nouveau film du réalisateur de Summer Wars et Ame et Yuki, les enfants-loups.
Mind Game de Masaaki Yuasa : film psychédélique, barré, et inventif autour d’une histoire d’amour délurée.
Short Peace, réalisé par Katsuhiro Ôtomo, Hiroaki Andô, Hajime Katoki et Shûhei Morita : toujours inédit en France, un film à sketchs supervisé par le papa d’Akira et Steamboy !
Jin-Roh la brigade des loups, de Hiroyuki Okiura : l’un des chefs d’oeuvre de l’animation japonaise, une des plus belles pièces réalisées pour une projection sur grand écran qui vaut le coup d’oeil !
Des courts métrages inédits viendront compléter la soirée.

Le festival, qui fête ses cinq ans cette année, change par ailleurs de lieu et se déroulera au Grand Rex.

Share
Paris International Fantastic Film Festival PIFFF PIFFF 2015
L'auteur

POUET

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire.