Share

the-evil-within-xbox-360-00aShinji Mikami, le papa de la franchise Resident Evil, sort de l’ombre pour nous embarquer dans son dernier survival-horror. Et le moins que l’on puisse dire c’est que le titre n’y va pas avec le dos de la cuillère.

Attendu pour le printemps 2014 sur PS3, 360 et next-gen, le soft s’approche bien plus d’un Silent Hill que des derniers opus de la série Resident Evil : l’ambiance est à la claustrophobie, dans des décors sombres, organiques et rouillés, à dominante rouge qui ressemblent plus à des chambres sacrificielles qu’à un asile. Les quelques premières minutes du jeu dévoilent le pitch :  le joueur incarne Sebastian, détective envoyé dans un asile pour enquêter sur une affaire d’homicide  – ou plutôt de massacre. Il semblerait qu’il arrive après la guerre, d’après les voitures de police vides sur les lieux.  Accompagné de deux autres acolytes, Joseph et « Kid », la seule femme du trio, Sebastian s’enfonce dans l’asile – réaction humaine parfaitement cohérente par rapport à la nouvelle moquette « abats humains style »-, et y découvre des cadavres mutilés. Un peu plus tard, agressé par une mystérieuse créature, il est assommé et fait prisonnier. Le joueur prend alors le contrôle du personnage impuissant, tourmenté de questions : qu’est-ce que je fous là, qu’est-ce que ça a à voir avec mon affaire, et surtout, comment vais-je me tirer de là sans passer par la case éventrement?

1366374098-the-evil-within-4

Si on retrouve la faune incontournable de tous les survival, comme les créatures zombiesques et pourrissantes, The Evil Within dévoile d’autres figures, plus mystérieuses, imprévisibles et charismatiques, comme cette silhouette aux longs cheveux qui n’est pas sans évoquer la créature de The Ring. D’après Mikami, on pourra toujours se servir d’armes à feu, de couteaux et autres armes de poings conventionnelles, mais aussi tendre des pièges pour se débarrasser des ennemis. Et évidemment, on nous promet une immersion totale, largement épaulée par  l’aspect cinématographique déjà bien développé par le trailer : la caméra sera au-dessus de l’épaule du héros, à la Resident Evil 4, avec une ambiance glauque à souhait, des personnages vulnérables qui nous promettent de nous offrir quelques frayeurs, et autant de situations différentes qui sauront séduire les nouveaux venus dans le monde du survival comme les vétérans.

Concrètement, les bons ingrédients sont réunis – on n’en attend pas moins de Mikami et de Bestheda -, et il me tarde de mettre la main sur le soft pour me faire une idée du gameplay – en espérant que Resident Evil n’ait pas contaminé le jeu avec ses QTE foireuses et ses angles de caméras incongrus -, pour pouvoir gaiement déambuler au milieu de viscères.

Et en bonus, le trailer dévoilé par IGN la semaine passée :

Via IGN – propos recueillis par IGN.

Share
ign shinji mikami The Evil Within trailer
L'auteur

Cause I'M TEARING YOU APART !

1 avis

Rejoindre la discussion
  1. Pingback: The Evil Within : aperçu du coeur de l&r... 1 Mai, 2013

    […] Shinji Mikami, le papa de la franchise Resident Evil, sort de l’ombre pour nous embarquer dans son dernier survival-horror. Et le moins que l’on puisse dire c’est que le titre…  […]

Laisser un commentaire.