[Test PC] The Wolf Among Us
Share

Adapté du célèbre comics Fables de Bill Willigham, The Wolf Among Us donne une nouvelle occasion à Telltale Games de montrer son potentiel, un an après l’excellent The Walking Dead, acclamé par la critique. Si l’unique premier épisode de ce jeu qui en comptera 5 ne permet pas de tirer une conclusion concrète sur la qualité du titre, il permet néanmoins de se faire une idée, loin d’être mauvaise.

Si The Walking Dead s’est vu popularisé au-delà du comics par la série télévisée d’AMC, Fables a, de son côté, nettement moins de médiatisation auprès du grand public. Pourtant, ce comics, créé en 2003 par Bill Willigham – qui est toujours aux manettes – est l’un des meilleurs édités par la branche Vertigo de DC. Récompensé par plusieurs prix dont un Eisner Award, il bénéficie également de deux spin-off autour de certains des nombreux personnages que comportent l’univers.

Introduction à Fables

Pour permettre aux néophytes de s’y retrouver un minimum, The Wolf Among Us prend place avant le début du comics, et débute par un carton d’introduction qui donne quelques éléments fondamentaux de l’intrigue. On apprend ainsi que les Fables sont les personnages des contes célèbres, et qu’ils existent réellement. Chassés de leurs royaumes par une guerre dévastatrice, ils se sont réfugiés dans le monde des hommes, appelés les Communs. La plupart des Fables vivent à New York, dans un quartier qu’ils ont nommé Fabletown, et protégé des communs à grand renfort de magie. Les Fables qui n’ont pas l’apparence humaine doivent soit s’acheter d’onéreux sortilèges de dissimulation, nommés Glamour, soit vivre à la Ferme, un espace caché en pleine campagne.

The Wolf Among Us

Des Fables bien connus vont aider Bigby durant son enquête.

 

Alors que de nombreux « bons » personnages de contes sont des administrateurs haut placés de Fabletown, d’autres sont nettement moins populaire. C’est le cas de Bigby Wolf, également connu sous le nom de Big Bad Wolf, le grand méchant loup des Trois Petits Cochons ou du Petit Chaperon Rouge. Désormais shérif de Fabletown, Bigby doit faire respecter l’ordre et la justice, même si beaucoup n’ont pas oublié son passé. Un anti-héros sombre et charismatique, idéal pour un jeu tiré de Fables.

Point and click et plus si affinités

The Wolf Among Us place donc Bigby le shérif au coeur d’une enquête qui promet de multiples rebondissements : sans en dire davantage, on peut affirmer que le premier épisode du jeu, nommé Faith, compte déjà un joli lot de surprises. Tout comme dans The Walking Dead, le joueur se retrouve au commande du personnage principal, qu’il peut diriger de différentes manières selon les différentes scènes. Le titre propose des phases d’évolution dans un décor, dans lequel il faut interagir avec les éléments à l’aide de la souris, des phases de dialogue où il faut choisir une réponse dans un temps limité – les options choisies peuvent influencer le cours des événements – et des phases d’action où des QTE et des clics de souris à des endroits précis, généralement pour gagner un combat ou une course poursuite.

The Wolf Among Us

Les QTE permettent souvent de se sortir d’un mauvais pas…

 

Le jeu a principalement deux écueils pour le joueur francophone : il est en anglais, ce qui n’est pas nécessairement un souci pour qui maîtrise de façon relativement correcte la langue de Shakespeare, mais avoir une réaction rapide dans les dialogues se fait parfois sans le temps de lire correctement les choix proposés – et si vous ne parlez pas du tout anglais, ce n’est pas la peine. Les sous-titres sont présents, et comme pour The Walking Dead, on peut penser que Telltale Games fera peut-être l’effort de proposer des sous-titres traduits, mais rien n’est certain. Autre souci : l’impossibilité de mapper les commandes vous obligera soit à passer votre clavier en QWERTY, soit à utiliser les flèches directionnelles pour vous diriger, ce qui n’est pas le plus ergonomique. Notons également que la manette n’est pas prise en compte.

Hormis ces soucis, le jeu est très agréable : graphiquement, on retrouve l’aspect cell-shading des précédents titres du studio. Le style esthétique est un mélange de la « patte » Telltale et du design des personnages imaginé par Mark Buckingham, dessinateur des premiers tomes du comics. Les fans de la BD ne seront ainsi pas dépaysés et reconnaîtront sans peine les personnages, très expressifs et attachants : si on pouvait s’inquiéter du rendu de la bande dessinée en animation, force est de constater qu’on est face à une belle réussite.

Titre accessible ou fan service pur ?

S’il fait des efforts pour se rendre accessible – notamment en proposant des fiches dédiées aux personnages et aux lieux importants, qui se débloquent au fur et à mesure des rencontres – The Wolf Among Us a un côté fan service indéniable, qui laissera sur la touche certains joueurs n’ayant pas de connaissance poussée de l’univers de Fables. A moins de décortiquer le Book of Fables dont les pages s’ajoutent au fil de l’aventure, impossible de comprendre, en jouant uniquement au titre, qui est qui et qui fait quoi. Si certains personnages d’importance sont mis plus en avant – comme Blanche-Neige, pour ne citer qu’elle – d’autres apparaissent quand qu’on comprenne forcément pourquoi. La présence de Colin, l’un des trois petits cochons, sonne presque comme une private joke pour les lecteurs du comics.

The Wolf Among Us

Il est possible d’être sympa ou antipathique tout au long de l’histoire…

 

Mais le jeu, de part son côté prologue, est aussi une porte ouverte vers l’univers très riche de Fables. Le titre donnera sans doute envie aux plus curieux de se plonger dans l’univers du comics, dont le 19e tome vient tout juste de sortir en France chez Urban Comics. Par ailleurs, d’un point de vue plus terre-à-terre, The Wolf Among Us est également l’occasion de vivre une enquête à l’ambiance et à l’univers particulièrement originaux, ce qui, par les temps qui courent, et déjà un excellent atout en soi.

Après avoir joué au premier épisode, d’une durée de vie d’environ deux heures, il est difficile d’avoir un avis définitif sur le jeu. Néanmoins, on se trouve face à un titre qui offre, de prime abord, des qualités similaires à The Walking Dead, et qui maîtrise l’art du rebondissement et de la mise en scène. Reste à espérer que les quatre épisodes suivant sauront continuer sur la lancée pour, au final, proposer une intrigue digne d’un bon tome de Fables.

Share
Bigby Wolf Fables TellTale Games The Wolf Among Us
L'auteur

Co-fondatrice et rédac'chef de GentleGeek, je suis journaliste le jour et blogueuse la nuit - les deux ne sont pas incompatibles, non non. J'aime le cinéma, les jeux vidéo, les comics et les chats. C'est déjà pas mal !

2 avis

Rejoindre la discussion
  1. NeoDandy le 12 octobre 2013
    Le style Telltale Game encore de beaux jours devant lui et cette nouvelle production "fan service" a aussi l'avantage d'être une bonne introduction à l'univers. En tout cas, j'ai découvert The Walking Dead via leur jeu; et compte bien faire de même via cet univers totalement inconnu de ma part. J'attendrai peut-être une traduction complète des sous-titres ... Qui sait. :)
  2. Pingback: The Wolf Among Us Episode 2 : Jack est dans la place ! | GentleGeek 7 Déc, 2013

    […] tout cas, il y a une nouvelle raison d’attendre avec impatience ce nouvel épisode, après un excellent premier volet […]

Laisser un commentaire.