[Critique DVD] Grand Piano, d’Eugénio Mira
Share

grand-piano-dvdLe troisième film de l’Espagnol Eugenio Mira, Grand Piano, n’aura pas droit à une sortie en salles en France. Sorti directement en vidéo chez nous, le film affiche pourtant un casting solide, emmené par Elijah Wood et John Cusack, et des ambitions alléchantes, avec pour influences le thriller hitchcockien et les films de De Palma… 

Tom Selznick, pianiste de renom abandonne sa carrière après un concert raté en raison de son trac paralysant. Il revient sur scène cinq ans plus tard pour un concert-événement, mais alors il s’apprête à jouer, il voit des menaces de mort sur sa partition. Il va devoir jouer le meilleur concert de sa vie pour sauver sa vie, et celle de sa femme…

Le film

Thriller en huis-clos, Grand Piano tient ses promesses, du moins dans toute la première partie du film. Entraînant le spectateur dans une intrigue assez similaire à celle de Phone Game, de Joel Schumacher, le film se déroule quasiment en temps réel et tient son public en haleine.

Avec un Elijah Wood assez juste dans le rôle d’un pianiste sujet aux crises d’angoisse et prisonnier d’un stress paralysant, menacé en direct dans son oreillette par un sniper placé dans la salle et prêt à lui tirer dessus, on ne viendra pas chercher ici vraisemblance et crédibilité, mais plutôt un suspense assez bien mené, des plans léchés et de très bonnes trouvailles visuelles, qui ne sont pas sans rappeler les films d’Alfred Hitchcock et de Brian De Palma. La partition musicale, écrite spécialement pour le film et composée pour être raccord avec les images (voir les explications dans le making off) constitue presque un personnage à part entière.

grand-piano-kerry-bishe3

Malgré quelques fausses notes, toute la première partie du film est rythmée et bien gérée, avant de sombrer dans un dernier acte bien moins intéressant. Dès que l’identité du maître chanteur et ses motivations sont révélées, Grand Piano enchaîne alors les maladresses et les banalités tant sur le plan narratif que visuel.

Grand Piano reste néanmoins un huis-clos prenant et haletant, aux images soignées et inspirées, servi par des comédiens plus que corrects dans leurs rôles, mais plombé par un dernier acte assez faible et un peu facile, qui fait retomber la tension construite pendant la première moitié du film.

53

Les Bonus

Au menu des bonus, on retrouve le trailer du film, un making off de 17 minutes, et une interview d’Elijah Wood de 6 minutes.
 Si le making off est plutôt intéressant, entre interviews du réalisateur, de l’équipe de production et des acteurs, et images du tournage, l’interview d’Elijah sent un peu l’arnaque. D’abord parce qu’Elijah Wood n’apparait même pas deux minutes à l’écran, avant de laisser sa place à John Cusack et à Eugenio Mira, pour une redite du bonus précédent, avec des morceaux d’interviews déjà présents dans le making off, le tout très mal monté et pas très agréable à regarder.
Le making off reste donc le seul bonus relativement intéressant, en s’intéressant notamment au gros travail fourni pour composer la musique du film, ainsi qu’aux effets spéciaux (le théâtre et son public ont été créés numériquement), plutôt pas mal réalisés.

 

Grand Piano, d’Eugenio Mira, sortie le 30 avril, chez Luminor.

Share
Elijah wood Eugenio Mira Grand Piano huis clos John Cusack thriller
L'auteur

POUET

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire.