[Critique] Spy, de Paul Feig
Share

Avant de s’attaquer au remake féminin de Ghostbusters, Paul Feig, réalisateur habitué des comédies potaches plus ou moins réussies, s’offre une nouvelle collaboration avec l’actrice Melissa McCarthy. Malgré un scénario usé jusqu’à la corde, cette comédie sur fond d’espionnage mérite-t-elle son beau succès américain ? On aurait plutôt tendance à pencher du côté du oui…

Susan Cooper (Melissa McCarthy) est une analyste de la CIA aussi performante que discrète. Elle assiste à distance l’un des meilleurs espions de l’agence, Bradley Fine (Jude Law) lors de missions secrètes. Mais lorsque Rayna Boyanov (Rose Byrne) tente de vendre des armes nucléaire illégalement et que les identités des agents sont compromises, Susan se porte volontaire pour infiltrer le redoutable univers des marchands d’armes. Mais c’est sans compter sur Rick Ford (Jason Statham), un autre agent qui estime que Susan n’a pas sa place sur le terrain…

spy-movie-banner

De Paul Feig, on connait surtout Mes Meilleures Amies et Les Flingueuses, même si ce dernier n’a pas été particulièrement bien traité en France. Deux films qui ont suffit à rendre le réalisateur identifiable chez nous : il réalise surtout des films mettant en scène des femmes, et s’entoure petit à petit de certaines actrices spécifiques, parmi lesquelles Melissa McCarthy et Rose Byrne pour ne citer qu’elles. Les deux comédiennes sont d’ailleurs présentes dans Spy, qui met également à l’honneur deux acteurs anglais, Jude Law et Jason Statham.

Pastiche et postiche

Melissa McCarthy reprend du service dans une comédie d’espionnage qui ose tout, y compris l’humour délicieusement trash qui caractérise les films de Paul Feig. Le scénario est l’occasion de visiter plusieurs villes européennes, dont Paris – très classe, comme vous pourrez le constater – et de déguiser la comédienne pour mieux l’infiltrer (ou pas) dans des nids d’espions.

spy-image-melissa-mccarthy-nargis-fakhri

« Make me a sandwich! »

 

Souvent loufoque, Spy n’en oublie pas son pitch et multiplie les scènes d’action qui s’avèrent efficaces. Le film surprend d’ailleurs de ce côté-là, car à la vue de l’affiche et même du trailer, ce n’est pas ce qu’on attend vraiment… et c’est tant mieux, car Spy gagne clairement en rythme avec une mise en scène des plus punchy et une inventivité certaine.

Tout le monde se marre

L’autre constat que l’on peut faire devant le film, c’est l’évidente bonne humeur qui régnait sur le tournage : tout le monde s’amuse dans Spy. Melissa McCarthy est toujours aussi efficace dans le rôle décalé d’une analyste propulsée agent secret – et qui, surprise, se révèle très efficace – mais la meilleure surprise du film, c’est sans aucun doute Jason Statham, qui joue ici la carte de l’autodérision en se moquant des rôles qu’il a pu endosser par le passé. Si l’acteur à confirmer que ce ne serait pas un gros virage dans sa carrière, ça fait cependant du bien de le voir dans une comédie qui s’assume totalement.

jason-statham-in-spy-movie-4

Le meilleur rôle de Statham depuis des lustres !

 

Résultat des courses, le spectateur s’éclate face à tout ce petit monde qui s’amuse et offre une intrigue pleine de rebondissement. Paul Feig confirme au passage qu’il est un réalisateur qui sait jongler avec les styles et les ambiances, ce qui réconforte pour la suite, en particulier son remake de SOS Fantômes.

Enthousiaste et dynamique, Spy n’est peut-être pas aussi subtil et bourrin que Kingsman, autre film d’espionnage WTF sorti il y a quelques mois, mais il est au moins aussi drôle, et a le mérite de s’assumer. Gros succès aux USA, le film de Paul Feig devra cependant trouver son public en France, où ce genre d’humour n’est pas toujours aussi bien reçu qu’Outre-Atlantique. Ce serait cependant dommage de passer à côté d’une jolie tranche de rigolade.

Spy de Paul Feig, avec Melissa McCarthy, Jude Law, Jason Statham et Rose Byrne, sortie le 17 juin.

Allez, bisous !

Allez, bisous !

Share
L'auteur

Co-fondatrice et rédac'chef de GentleGeek, je suis journaliste le jour et blogueuse la nuit - les deux ne sont pas incompatibles, non non. J'aime le cinéma, les jeux vidéo, les comics et les chats. C'est déjà pas mal !

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire.