[Critique] Man of Steel, de Zack Snyder
Share

7 ans après le retour raté de Superman sur les écrans avec Superman Returns, de Bryan Singer, l’homme d’acier revient à nouveau sous la caméra du papa de Sucker Punch, Zack Snyder. Attendu comme le messie à l’heure où les franchises de DC se font rares au cinéma, Man of Steel sera-t-il le nouveau porte-étendard des super héros chez Warner ? Notre avis ci-dessous !

Un petit garçon découvre qu’il possède des pouvoirs surnaturels et qu’il n’est pas né sur Terre. Plus tard, il s’engage dans un périple afin de comprendre d’où il vient et pourquoi il a été envoyé sur notre planète. Mais il devra devenir un héros s’il veut sauver le monde de la destruction totale et incarner l’espoir pour toute l’humanité.

Après des fans et des critiques qui se sont écharpés sur Sucker Punch, Zach Snyder, à qui l’on doit également 300 et Watchmen – c’est dire si l’homme est abonné aux adaptations de comics – était attendu au tournant avec Man of Steel. Sans doute consciente du besoin de canaliser ce réalisateur à l’imagination (un peu) complexe, la Warner a trouvé bon de lui adjoindre Christopher Nolan, à l’époque encore en plein dans sa trilogie The Dark Knight, en tant que producteur. Et ce n’est donc pas un hasard si David S. Goyer et Jonathan Nolan, les scénaristes de toute la trilogie Batman de Chris Nolan, se sont retrouvés à écrire Man of Steel. Une réunion qui a donné des étincelles, et qui restera sans nul doute dans les annales.

Man-Of-Steel-Russell-Crowe-Jor_El-2

Jor-El et Lara Lor-Van face à leur destin.

 

Man of Style

Après une introduction plutôt classique mettant en scène la destruction de Krypton et l’envoi de Kal-El sur la Terre – en passant par l’introduction du général Zod, grand méchant du film – la narration de Man of Steel se permet quelques écarts. Plutôt que de succomber à une linéarité scénaristique, le film fragmente son récit pour mettre en avant le parcours chaotique de Kal-El/Clark Kent, en pleine crise identitaire. On retrouve bien la patte de Christopher Nolan sur ce dernier point, qui abordait ce type de thématique dans The Dark Knight rises. Mais Man of Steel est loin, très loin d’être le même genre de film que le dernier Batman.

Une fois une première partie qui aborde la genèse de Superman, Zack Snyder reprend la main et délivre des scènes d’action aussi époustouflantes que nombreuses. Rarement un film de super héros – et jamais, sans doute, du côté des héros de DC – un film avait été si riche en scènes et combats totalement épiques.

Le général Zod, un ennemi à la mesure de l'homme d'acier ?

Le général Zod, un ennemi à la mesure de l’homme d’acier ?

 

Dire que Man of Steel est une réponse à Avengers côté destruction jubilatoire serait sans doute assez proche de la vérité : pour éviter tout spoil, on n’ira pas plus dans le détail, mais le spectacle est grand, très grand.  Sans perdre de vue les thèmes chers à Superman – sa double identité, son amour pour sa planète et sa famille d’adoption et donc, forcément, sa dimension patriotique – Man of Steel parvient à recréer un personnage emblématique et universel, qui s’ancre désormais dans un contexte post-11 septembre qui colle à la peau de tous les super héros d’aujourd’hui.

 Super mâle

Exit Brandon Routh, plus recruté pour sa ressemblance avec Christopher Reeves que pour son charisme : le Superman nouveau s’appelle  Henry Cavill, et pour rien au monde on ne voudrait un autre acteur que lui pour incarner le nouveau visage de l’homme d’acier. Choisir un comédien britannique pour incarner l’un des super héros DC les plus emblématiques des Etats-Unis était à la fois risqué et provocant, mais le résultat paie : tout en muscles et en barbe de trois jours (voire plus), Henry Cavill incarne à merveille le vagabond héroïque qui lutte contre sa vraie nature… et dont la métamorphose progressive ne fait que dévoiler la gueule de gendre idéal dans un costume qui tombe le slip rouge – mais la combi reste intégrale, hein, il n’est pas tout nu le monsieur.

Man of Steel 2

« C’est toi l’chat !’

 

Cavill est épaulé par un casting sans faille : Russell Crowe fait de Jor-El une figure paternelle parfaite, et c’est un vrai plaisir de voir Diane Lane dans le rôle de Martha Kent. Moins présent à l’écran, Kevin Costner est tout de même convaincant en Jonathan Kent, et Michael Shannon est magistral en Zod. Enfin, ceux et celles qui doutaient de la légitimité d’Amy Adams se rassurent : l’actrice de The Master incarne une Lois Lane de caractère, au rôle très bien écrit. Bref, un vrai bonheur.

Marvel n’a qu’a bien se tenir !

Riche, épique, héroïque, fouillé, spectaculaire… autant d’adjectifs qui peuvent qualifier le nouveau film de Zack Snyder, qui signe l’une des réalisations les plus brillantes de sa carrière. Mais si le réalisateur incarne la partie musclée de cette fresque, il ne faudrait pas en oublier la matière grise, et il est plus qu’évident que la team Nolan est pour beaucoup dans cette réussite : Man of Steel a beau raconter une histoire connue de tous ou presque, la forme donne au fond un indéniable goût de « reviens-y« .

Un mot enfin sur la musique : cette dernière, largement teasée avant la sortie du film, a un rôle primordial dans le rythme et la mise en scène. Hans Zimmer livre ici l’une de ses meilleures compositions depuis Gladiator, tout simplement. A écouter encore et encore !

Man-of-Steel-Amy-Adams-Henry-Cavill-Antje-Traue

Clarke a l’air d’apprécier la rencontre entre Lois Lane et Faora… *wink wink*

 

A la hauteur des espérances et même bien plus encore, Man of Steel est sans doute le film qu’il fallait pour donner à DC et à la Warner la force de concurrencer Marvel et Disney avec du lourd. Le démarrage canon du film au box office américain lui assure déjà une suite, et il est quasi-certain que le Superman nouveau fera mouche dans le reste du monde. Espérons maintenant que le futur de la franchise, et des autres – Justice League ! – soit au même niveau de cette mise en bouche de haute volée !

Man of Steel, de Zack Snyder, avec Henry Cavill, Michael Shannon, Russell Crowe, Diane Lane, Amy Adams, Kevin Costner, Lawrence Fishburne, Christopher Meloni… sortie le 19 juin.

Share
Amy Adams Henry Cavill Man of Steel Michael Shannon Zack Snyder
L'auteur

Co-fondatrice et rédac'chef de GentleGeek, je suis journaliste le jour et blogueuse la nuit - les deux ne sont pas incompatibles, non non. J'aime le cinéma, les jeux vidéo, les comics et les chats. C'est déjà pas mal !

4 avis

Rejoindre la discussion
  1. Grenur le 18 juin 2013
    Raaah ça va tellement envoyer le paté ><
  2. Krayt le 19 juin 2013
    "Un mot enfin sur la musique : cette dernière, largement teasée avant la sortie du film, a un rôle primordial dans le rythme et la mise en scène. Hans Zimmer livre ici l’une de ses meilleures compositions depuis Gladiator, tout simplement. A écouter encore et encore !" A cette phrase j'ai jouit, j'ai pleuré, j'ai rejouit et je suis allé changer de vêtements...
  3. Kira14000 le 24 juin 2013
    Pour une fois je ne suis pas du tout de votre avis Très frustré de devoir faire cette critique sur ce film que j'attends avec impatience (Fan de Superman). Voici mes réactions à chaud : le début est bien, on est content de retrouver Russel Crowe en Jor-El et le nouveau design de Krypton est plutot cool .Puis tout se gâte rapidement... C'est incroyable de voir à quel point Goyer et Nolan ont baclé l'histoire de Clark Kent. Pourtant les meilleurs moments du film sont ceux où l'on voit Clark en tant qu'être humain, durant les différentes périodes de sa vie de plus les flashback sont interessant dans l'ensemble, c'était même une bonne idée ! Kal-El devient Superman beaucoup trop tôt dans la narration (il se fait refourguer un costume vieux de 10000 ans et a la bonne taille ^^) mais bon passons, quant à la fameuse scène du film où il prend son premier envol , je l'ai trouvé banale et à des années lumières de la scène où Peter Parker découvre ses capacités dans the amazing spiderman, par exemple. Henri Cavill en Superman, tres bon choix et surtout tres bon acteur ( the tudors)... mais voila Manque de charisme flagrant, qui est surtout lié aux dialogues qui frisent parfois le ridicule et qui empestent les bons sentiments faciles et niais .Certains parlent d'un Superman plus "dark" ? Il n'en est rien, le personnage est d'une naïveté affligeante, aucune réplique classe, absolument rien ! Après avoir lu des tas de critiques, je m'attendais à ce que le film se rattrape par un combat final dantesque. Mais à nouveau, grosse déception. Alors oui, ça pête de partout mais... c'est moche des cgi horrible et une camera trop pres et en mode parkinson . Lois lane exécrable . ... Les choses à sauver ? le prologue sur Krypton, la courte perf de Kevin Costner( sa mort va à l'encontre de ce qu'est superman) et henry cavil . A tous ceux qui, comme moi, ont attendu ce film de longue haleine n'y allez pas et allez voir star trek .
  4. Pingback: [Critique] Le Congrès, de Ari Folman | GentleGeek 9 Juil, 2013

    […] le 3 juillet dernier en salle, coincé entre le rouleau compresseur Man of Steel, le World War POUET de Brad – je fais ce que je veux avec mes cheveux – Pitt, et à […]

Laisser un commentaire.