[Critique] You’re Next, de Adam Wingard
Share

Adapter au cinéma une émission débile de MTV pour en faire un film de genre, fallait quand même oser. Nan parce que Next, l’émission où un type se vante de pouvoir manger des pâtes par le nez, quand même, c’est pas non plus l’émission qui s’y prête le plus. Hein ? Quoi ? Aucun rapport ? Ha… Un home invasion/slasher où une famille subit les assauts d’un groupe d’individus masqués ? Bon, ça sent quand même un peu le réchauffé non ? Et pourtant…

affiche_yourenextLa famille Davison est réunie dans sa maison de campagne pour célébrer l’anniversaire de mariage des parents. Alors que chacun commence à laisser éclater ses frustrations et rancœurs, la maison est prise d’assaut par un groupe de tueurs masqués. La réunion de famille tourne au jeu de massacre, les assaillants tentent de les supprimer un à un. Mais sous ses airs d’innocente petite amie, Erin va s’avérer pleine de ressources…

Alors que ses derniers travaux ont déjà pu être visibles en France via les Festivals ou un import DVD, You’re Next, la nouvelle réalisation d’Adam Wingard, sort sur nos écrans ce mercredi. Après avoir pu découvrir ses contributions aux films à sketch V/H/S – dont il signait l’un des meilleurs segments – et ABC’s of Death – où il signait l’un des plus drôles et bien sentis – c’était avec une certaine curiosité qu’on attendait de voir celui qu’on présente comme l’une des figures montantes du cinéma de genre à l’œuvre sur un long-métrage.

Loup y-es-tu ? Que fais-tu ?

Loup y-es-tu ? Que fais-tu ?

Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ?

You’re Next, nouvelle sensation du cinéma de genre ?Si le jeune réalisateur (23 ans) a déjà quelques longs métrages à son actif, rares sont ceux à avoir vu le jour chez nous. C’est donc sur un terreau quasiment vierge que You’re Next débarque ici, précédé d’une réputation flatteuse sur Internet et en festival : le film reçu d’ailleurs le Prix du jury Sci-Fi au festival de Gerardmer. Alors You’re Next, nouvelle sensation du cinéma de genre ? A l’heure où beaucoup de films attendus se sont révélés bien décevants, il serait tentant de se jeter sur ce « petit » film sorti de presque nulle part.

Pourtant, You’re Next est loin de briller par son originalité. L’idée d’une réunion familiale qui tourne mal, de l’assaut par des individus masqués, ou de personnages qui se découvrent une seconde nature malgré leur apparence fait facilement écho à de nombreux films. Et effectivement, à l’exception de quelques malices sur son héroïne principale, il sera assez facile de deviner les comportements des uns, les motivations des autres ou d’imaginer un semblant d’issue pour chacun.

Well, it ain't gonna suck itself

Well, it ain’t gonna suck itself

Et pourtant, la sauce prend. Conscient que son pitch (et on ne parle pas de brioche !) de base reste assez simple, Adam Wingard et son complice scénariste, Simon Barrett, ne cherchent pas à réinventer l’eau chaude à coup de rebondissements alambiqués et prétentieux ou de motifs et de justifications hyper complexes. Première preuve s’il en faut, 10 minutes, introduction comprise, suffisent au film pour entrer dans le vif du sujet. Les personnages sont introduits de manière très claire et concise, si bien qu’à peine tous réunis dans la même pièce, les ennuis commencent, sans attendre. Le message est limpide : You’re Next ira droit au but !

Le message est limpide : You’re Next ira droit au but !S’en tenant simplement à leur sujet, les deux compères permettent ainsi au film, à défaut d’être le plus original qui soit, d’avoir un scénario cohérent et qui tient la distance, et livrent un film qui ne se prend absolument pas la tête. Et vu la teneur de certains scénarios sortis dernièrement, on se dit que faire simple, mais le faire bien, c’est déjà fortement appréciable.

img_yourenext4

Le loup et l’agneau ?

Pourtant, le réalisateur se permet toutefois d’introduire quelques éléments perturbateurs dans son récit en apparence linéaire, brouillant à mi-parcours la frontière entre les chasseurs et les chassés, et faisant rapidement tomber les masques pour jouer ensuite avec la complicité du spectateur. Ce qui renforce au passage le sentiment d’avoir à faire à un scénario simple mais solide tant les réactions des personnages restent sans cesse cohérentes. Les scènes très attendues deviennent ainsi, soudainement, source de questionnement : cela va-t-il réellement se passer comme on en a l’habitude ? Et surtout, un groupe d’individus qui réagit de façon très naturelle dans sa situation : n’ayant jamais été confrontée à la violence, et ignorant tout du piège qui leur est tendu, les décisions prises continueront de les plonger un peu plus dans le bain de sang.

img_yourenext5

Un personnage féminin pas passif dans un film de genre, ça fait quand même du bien.Cette solidité, nous la devons également à l’interprétation des personnages principaux, notamment Sharni Vinson, dont le personnage change du cliché de la « pauvre femme acculée obligée de subir avant de devenir vengeresse« . Un personnage féminin pas passif dans un film de genre, ça fait quand même du bien. Le surjeu n’est parfois pas à exclure chez certains personnages, notamment lors de la toute première attaque, mais colle avec le ton général du film. Jamais totalement premier degré, You’re Next est surtout une avalanche de fun, où les réactions sensées deviennent insensées et prolongent le chaos, tandis que l’hémoglobine coule de plus en plus à mesure que la situation dégénère.

Accompagné en cela par une belle réalisation de Wingard, où angles de caméras parfois serrés, lumière et décors très soignées, permettent au spectateur de se plonger complètement dans l’histoire, le film se laisse suivre sans temps mort. Habitué à faire des films à petit budget, et reprenant une partie de l’équipe qui a déjà travaillé avec lui sur de précédents films, le réalisateur américain sait emballer son projet avec autant de précision et de rigueur que le scénario s’en tient strictement à son sujet.

Fais dodo, 'cola mon p'tit frèèèèreuuuuh

Fais dodo, ‘cola mon p’tit frèèèèreuuuuh

Film sans prétention, You’re Next compense son relatif manque d’originalité par un déluge de fun, entre le surjeu volontairement exagéré de la famille tête-à-claque qui subit les assauts d’une bande surarmée, et le gore qui augmente à mesure que le film avance. Résultat, You’re Next reste un très bon exercice, qui introduit malgré tout quelques variations par rapport aux codes établis du home-invasion. Wingard délivre ainsi un film réussi qui se contente de tenir la promesse simple d’un long-métrage bien conçu, bien réalisé, et divertissant. Un très bon film de genre qui permet de passer un excellent moment, et qu’il serait dommage de louper. En tout cas nous, on attend maintenant le suivant :p

You’re Next, de Adam Wingard, avec Sharni Vinson, Nick Tucci, Wendy Glenn. Sortie le 4 septembre 2013.

Share
Adam Wingard Critique home invasion Nick Tucci Sharni Vinson Simon Barrett Wendy Glenn You're next
L'auteur

Consequences will never be the same !

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire.