[Critique Blu-ray] Only God Forgives, de Nicolas Winding Refn
Share

Après le carton Drive en 2011, Nicolas Winding Refn n’était plus seulement en vue d’un groupe de cinéphiles ayant goûté à ses précédents travaux. Car après un tel succès public, critique, et un prix de la mise en scène à Cannes, le réalisateur Danois était attendu au tournant pour son prochain film. C’est dans ce contexte qu’arrive Only god Forgives, disponible en DVD et Blu-ray chez Wild Side.

affiche_onlygodforgivesÀ Bangkok, Julian, qui a fui la justice américaine, dirige un club de boxe thaïlandaise servant de couverture à son trafic de drogue. Sa mère, chef d’une vaste organisation criminelle, débarque des États-Unis afin de rapatrier le corps de son fils préféré, Billy : le frère de Julian vient en effet de se faire tuer pour avoir sauvagement massacré une jeune prostituée. Ivre de rage et de vengeance, elle exige de Julian la tête des meurtriers.

Only God Forgives : le film

Comment gérer l’après Drive ? Tel était le challenge auquel était confronté Nicolas Winding Refn après le succès de ce film. Quelle posture adopter ? Continuer de satisfaire un public aujourd’hui élargi, quitte à froisser les habitués ? Ou continuer une démarche autonome et déroutante, truffée de fausses pistes, comme il l’avait fait déjà avec Bronson ou Valhalla Rising ?

Only God Forgives déconstruit tout ce que Drive avait mis en place.Tout pouvait laisser croire à un Drive bis : la promo parlant du « nouveau film du réalisateur de Drive » comme s’il n’y avait que ce film, la trogne de Gosling en gros plan sur l’affiche. Mais la réponse est sans appel : ce film sera l’anti-Drive par excellence. Un peu comme un ying et un yang, deux opposés qui s’attirent, Only God Forgives déconstruit tout ce que Drive avait mis en place. Sa figure de héros mutique tout d’abord, impénétrable et invincible dans Drive, le personnage joué par Ryan Gosling est ici au contraire passif, impuissant (dans de nombreux sens du terme), et parfaitement sondable, une grande partie du film relatant un monde propre et fantasmagorique. Le réalisateur danois pousse d’ailleurs le vice jusqu’à détruire symboliquement cette figure, lors d’une scène de combat ou Gosling s’en prendra plein la poire. Comme si le duo, pour sa deuxième collaboration, s’amusait du tour qu’il venait de jouer au public, crucifiant sous ses yeux tout ce qu’il avait construit et fait objet d’adoration dans leur précédent film.

img_onlygodforgives1

Un grand écart au niveau du rythme et de la mise en scène également. Là ou Drive savait faire monter la nervosité d’un cran lors de scènes de courses poursuites, Only god Forgives se veut extrêmement lente, ample, le rythme beaucoup plus dissous et flottant. Une seule constante : l’approche très esthétique de Nicolas Winding Refn de son cinéma.

Bref, deux films distincts, presque ennemis, et qui pourtant ne pourraient exister l’un sans l’autre. Mais il serait injuste de limiter Only God Forgives à cette seule interprétation.

N’en déplaise au spectateur attentiste qui apprécie qu’on lui resserve sans arrêt les même choses, n’en déplaise à ceux qui ne savent concevoir un film sans rebondissements et retournements de situations toutes les 10 minutes, Only God Forgives est un vrai parti pris de cinéma : raconter une histoire où les images parlent d’elle-même.

img_onlygodforgives3

une œuvre symbolique, envoutante, onirique et violenteConséquence directe : Only god Forgives est un film peu bavard, en tout cas en terme de dialogues, et très lent et contemplatif en terme de rythme. Mais immensément riche en termes de significations, tant les images en disent long. Le Refn cuvée 2013 est donc une œuvre symbolique, envoutante, onirique et violente. Refn nous entraine ici dans un labyrinthe mental, celui de Julian, qui voit ses angoisses et ses démons prendre vie sous ses yeux, entre sa mère, redoutée, crainte, et déifiée, et ce policier d’abord rêvé puis bien réel, devenant une obsession pour lui. Une Némésis qui reste d’ailleurs le vrai personnage central du film, vampirisant, de sa présence magnétique et classe, l’attention au détriment du nouveau chouchou du cinéma Hollywoodien. Chaque acteur incarne ainsi avec perfection son rôle, y compris Kristin Scott Thomas en mère castratrice et hargneuse, méconnaissable et excellente dans ce registre qui lui est peu habituel.

img_onlygodforgives2

Toujours aussi léché esthétiquement, Nicolas Winding Refn exploite tous les jeux de lumières que la Thaïlande lui offre, et livre une histoire qui regorge de double sens sans pour autant s’avérer inaccessible. Traitant pêle-mêle d’impuissance, des rapports de soumission/domination, d’abandon de soi et de châtiment plus que de vengeance, Only God Forgives délivre un sous-texte fortement érotique et freudien mâtiné de fantastique et de croyance (l’apparition du personnage de Pansringarm, son adulation quasi-mystique par tous). La symbolique des mains prends dans ce contexte tout son sens, et ce n’est dès lors plus une surprise de voir le film dédié à Alejandro Jodorowsky, tant les thèmes abordés par les deux réalisateurs se rejoignent ici.

img_onlygodforgives5

De tels choix laisseront sur le carreau une partie de l’audience de Drive, mais devraient ravir les fans plus anciens, tant le film se rapproche à ce titre du voyage mystique de Valhalla Rising. On reste donc ravi de voir que loin du chant des sirènes, Winding Refn continue de proposer avant tout son cinéma, sans que la qualité ne s’étiole, ni sa profondeur.

Conclusion : jeux de mains, jeux de vilains
Assurément, Only God Forgives laissera une frange importante des spectateurs sur le côté. Une grande partie de ceux ayant découvert le réalisateur avec Drive et désireux de revoir le même schéma restera dubitatif devant ce film contemplatif, trip onirique et viscéral. Les autres seront ravis de voir que Refn garde toujours autant le goût de la déroute et emmène le spectateur là où il ne s’attend pas à aller. A sa vision, Only God Forgives laisse peu de place à l’entre deux : on adhère ou non. Mais le film est malgré tout un bijou esthétique, une histoire très symbolique et dense, imprégnée de codes du cinéma asiatique, et brassant de nombreux thèmes. Sa construction exigeante et son côté éthéré en rebutera certains, mais Only God Forgives reste une claque formelle et narrative, l’un des projets les plus fins sortis cette année.

Only God Forgives : les bonus

Pour cette édition Blu-ray, le design des galettes à été conçu dans l’esprit du film. Un menu au design vraiment agréable, reprenant les motifs récurrents du film, est ainsi proposé et offre une navigation claire et accessible, puisque les sous-menus s’affichent sans temps d’attente sur le même écran. Rien à redire non plus du côté de la qualité d’image, qui retranscrit très bien les jeux de couleurs choisis pour le film. Des pistes en Français et en Vo sous-titrée sont disponibles.

Du côté des bonus, voici les compléments plutôt sympa qui vous plongeront dans les coulisses de Bangkok version Danoise :

  • Making-of des séquences « Ladyboy », « La fusillade », et « Le deal » : pour ce petit making-of de 12 minutes, les conceptions de 3 séquences sont dévoilées. La première, intitulée de manière trompeuse « Ladyboy », se concentre sur le frère de Julian, arrivant dans le bar des Ladyboys, puis arrivant sur les lieux du méfait qui lui sera fatal. On se concentre ici essentiellement sur la direction d’acteur, tout comme la séquence « Le deal », où le réalisateur donne ses consignes à chacun. La séquence « fusillade » permet elle de voir comment NWR conçoit ses plans en décors naturels et exigus.

img_makingofrefn

  • Sur le tournage : sorte de second making-of, ce module nous entraine un peu plus en coulisse, si la conception de certaines scènes est abordée, les 10 minutes du reportage nous permettent aussi de voir la complicité entre le réalisateur et son acteur Ryan Gosling, et surtout une séquence ou l’acteur Vithaya Pansringarm – par ailleurs kendoka confirmé – et Nicolas Winding Refn choisissent et essaient les différents sabres pour choisir celui qui servira dans le film.

img_tournagerefn

  • Discussions avec Nicolas Winding Refn : Cela peut surprendre, mais on a du mal à imaginer un réalisateur aussi esthétiquement exigeant que Nicolas Winding Refn en short et tongs dans une chambre d’hôtel pas rangée. C’est pourtant dans ce contexte que les extraits d’entretiens ont été réalisés, nous permettant d’en apprendre sur la méthode de travail, le point de départ du film, etc.

img_entretienrefn

  • Commentaire audio du réalisateur : de tous les bonus possibles, les commentaires audio sont souvent les plus passionnants pour peu que l’on ai à faire à un réalisateur intéressant où à un film complexe. C’est le cas ici, le film regorgeant de symboles et autres métaphores, images types. Le réalisateur explique ainsi les grandes clés d’interprétation du scénario – et notamment les scènes incluant le personnage du policier vengeur – les choix des locations, l’intégration au casting du personnage de Julia ou de la prostituée, etc. Un commentaire audio passionnant et fourni en détails !

img_commentairerefn

Only God Forgives, de Nicolas Winding Refn. Avec Ryan Gosling, Kristin Scott Thomas et Vithaya Pansringarm. Disponible en DVD et Blu-ray depuis le 2 octobre.

Share
Blu-ray Critique dvd Kristin Scott Thomas Nicolas Winding Refn Only God Forgives Ryan Gosling Vithaya Pansringarm
L'auteur

Consequences will never be the same !

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire.