Share

4 ans après le très sympathique Dragons, Harold et Krokmou reviennent à vive allure pour le deuxième volet de leurs aventures, en salle le 2 juillet prochain. Avec ses qualités et ses défauts, Dragons premiers du nom s’était néanmoins révélé une agréable surprise et avait su séduire par son univers peu commun, son humour et sa fraicheur. Réalisé par Dean DeBlois, ce nouvel épisode était donc attendu avec un certain enthousiasme ! Le jeu en vaut-il la chandelle ? La réponse dans notre critique sans langue DeBlois !

img_dragons1Tandis qu’Astrid, Rustik et le reste de la bande se défient durant des courses sportives de dragons devenues populaires sur l’île, notre duo désormais inséparable parcourt les cieux, à la découverte de territoires inconnus et de nouveaux mondes. Au cours de l’une de leurs aventures, ils découvrent une grotte secrète qui abrite des centaines de dragons sauvages, dont le mystérieux Dragon Rider. Les deux amis se retrouvent alors au centre d’une lutte visant à maintenir la paix. Harold et Krokmou vont se battre pour défendre leurs valeurs et préserver le destin des hommes et des dragons.

Après un âge d’or marqué par une flopée de chefs d’œuvres, dont Toy Story 3 et Là-Haut furent en quelque sorte les dernières pierre angulaires, les films d’animation ont bien du mal à retrouver un réel souffle depuis quelques années. Successions de suites sans réelles saveur, films avant tout marketing, même son plus grand représentant, Pixar, s’est sérieusement essoufflé au vu de ses dernières productions : Cars 2, Planes, Planes 2, Rebelle, etc.

Vers l'infini et au delaaaaa... Euh, Sven-Jean-Paul, tu te plantes de film la...

Vers l’infini et au delaaaaa… Euh, Sven-Jean-Paul, tu te plantes de film la…

C’est dans ce contexte où tous les films d’animations tendent donc à se ressembler que Dragons, où plus récemment la Reine des Neiges ont ramené un peu de fraicheur. En 2010, Dragons premier du nom, à défaut d’être parfait, offrait donc un univers et une mythologie bien moins exploitée, une réalisation soignée et cette histoire d’amitié entre deux outcast qui apprennent à se comprendre mutuellement. L’annonce d’un Dragons 2 suscite donc l’enthousiasme autant qu’il suscite de petites craintes : ravi de retrouver à nouveau ces personnages, la crainte de la suite sans saveurs se fait ressentir à la vue d’une bande-annonce qui en dévoile un peu trop sur la trame globale du film.

Un film qui pète le feu

le film démarre sur les chapeaux de roue avec une séquence ultra-dynamique et enlevéeDès les premières minutes du film, pourtant, les craintes s’envolent : le film démarre sur les chapeaux de roue avec une séquence ultra-dynamique et enlevée, un humour toujours présent et jamais lourd qui s’affiche dès les premiers instants. On est donc de nouveau happé par l’histoire, au rythme très bien géré, et ce dès son commencement. Si le scénario ne joue pas la carte de l’originalité, ce qu’il propose est néanmoins fait de façon très réussie et constante sur l’ensemble du film.

img_dragons5

Une animation graphiquement sublimeCe qui bluffe d’autant plus dans Dragons, c’est aussi la qualité de l’animation et de la 3D : tout est toujours aussi détaillé, rapide, précis, fluide, y compris quand des centaines de dragons sont présents simultanément à l’écran ! Une animation graphiquement sublime donc, et sans failles, qui servira parfaitement de nombreux moments d’anthologie dont une séquence de bataille dans la neige absolument épique !

Vos animaux ont une haleine à décoller le papier peint ? Vous aussi, portez un masque ridicule !

Vos animaux ont une haleine à décoller le papier peint ? Vous aussi, portez un masque ridicule !

un bestiaire de dragons encore plus importantDe plus, si les personnages du premier opus répondent à nouveau présent, le film ne manque pas d’introduire un certain nombre de nouveauté… à commencer par un bestiaire de dragons encore plus important, notamment deux dragons géants, tous très détaillés et sans qu’aucun ne ressemble à un autre. A noter au casting un nouveau personnage interprété par Kit Harrington, aka Jean-Neige, qui donc, quand il ne joue pas dans une série en costume (Game of Thrones), des films en costumes (Pompéii), participe à des dessins animés… en costume !

Un acteur en kit !

Un acteur en kit !

Dragon-te moi une histoire

Tout comme son aîné, Dragons 2 a bien entendu de quelques défauts : un scénario assez calibré et prévisible dans l’ensemble, même s’il réservera un événement de taille pour l’un de ses personnages. Un point audacieux puisqu’il renverse l’une des thématiques clés sur laquelle se sont construits les deux opus.

Let it gooooo, let it goooo... Euh, tu t'es trompé de film, Henry-Piotr, la !

Let it gooooo, let it goooo… Euh, tu t’es encore trompé de film, Henry-Piotr, la !

On regrettera surtout le manque total de charisme du méchant de l’histoireOn regrettera surtout le manque total de charisme du méchant de l’histoire, qui nous en touche une sans nous faire bouger l’autre, ou le fait que Dragons 2, proposant un bestiaire bien plus dense de créatures, n’exploitera jamais le potentiel de ces dernières dans l’avancement de son récit. De la même manière, alors qu’un personnage nous promet de « dévoiler tous les secrets les plus enfouis » des dragons, seul un point, et pas nécessairement hyper crucial, sera finalement dévoilé.

Exclusif : on a retrouvé Coolio !

Exclusif : on a retrouvé Coolio !

La légèreté de traitement, si elle sied donc parfaitement au rythme et au dynamisme du récit, reste en revanche un peu trop en surface sur certains points et cède parfois à la facilité (l’acceptation de la mère, la « négociation » de Harold avec les pirates, un dénouement un peu facile), où que certains personnages secondaires, comme Astrid, soit plutôt mis de côtés. Bien sur, on reste dans un film pour enfant, classique d’un point de vue scénaristique, mais très bien maîtrisé et de très bonne facture. Il y avait simplement moyen de fouiller légèrement plus certains enjeux du film sans pour autant se couper de son public cible.

Astrid, qui en 4 ans n'a pas pris une ride !

Astrid, qui en 4 ans n’a pas pris une ride !

Mais soyons clair : on passe aisément outre ces quelques faiblesses pour ne retenir de Dragons 2 que son aventure épique dans laquelle on est facilement absorbé, pour n’être relâché qu’en toute fin, son graphisme et son bestiaire hallucinants, et l’étonnante relation entre Krokmou et Harold, qui continue de s’étoffer.

Verdict : allumeeeez le feu !
Si Dragons 2 n’est pas exempt de quelques défauts, le pari est toutefois globalement très réussi pour cette suite qui reste un très bon divertissement . L’effet de surprise du premier épisode passé, le scénario se veut plus conventionnel, mais le rythme enlevé et l’humour font mouche, l’émotion fonctionne bien malgré un scénario assez prévisible. Les graphismes sont fluides et sublimes (et une 3D qui ne fait pas mal au crane, bonheur !), et le film ne manque pas de délivrer son lot de scènes épiques. Il en manquerait vraiment peu pour que la saga Dragons, en densifiant un peu ses thématiques et son scénario, transcende son statut de simple (très) bon film d’animation.

Dragons 2, un film de Dean DeBlois, avec Jay Baruchel, America Ferrara, Gérard Butler, Kristen Wiig, Kit Harrington, Jonah Hill. Sortie au cinéma le 2 juillet.

Share
America Ferrara Critique Dean DeBlois Dragons 2 Gérard Butler How to Train your Dragon 2 Jay Baruchel jonah hill Kit Harrington Kristen Wiig
L'auteur

Consequences will never be the same !

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire.