[Critique] A la recherche de l’ultra-sex, de Nicolas & Bruno
Share

Quand les auteurs des « Messages à caractère informatif » s’attaquent au détournement de vieux films érotiques, cela donne « A la recherche de l’ultra-sex », une séance complètement décalée et drôle que GentleGeek a eu la joie de tester.

C’est bien connu, quand la nuit tombe sur Paris, les cinéphiles pervers polymorphes sont de sortie ! Depuis le début du mois de juillet, le samedi soir à 22h, le Luminor (anciennement Nouveau Latina) accueille une séance pas comme les autres. Un film dont l’intrigue renvoie Interstellar au niveau d’un livre de la collection Harlequin, et dont les effets spéciaux feraient rougir de honte le prochain Star Wars. Un film tellement contagieux et capable de transformer n’importe quel spectateur en pervers libidineux que la séance à du être interdite au moins de 16 ans pour protéger le futur de la nation. Un film tellement improbable qu’il ne pouvait être que le fruit de Nicolas & Bruno, auteurs des « Messages à caractère informatif » et réalisateurs du poilant « La personne aux deux personnes« . Nous parlons bien sur de :

img_ultrasex1

Pour ne pas perdre une miette du spectacle, GentleGeek s’est lancé dans cette conquéquette cinématographique et vous rapporte en exclusivité les secrets de cette séance poilante.

Le « Gland » Détournement

img_ultrasex9Rien ne va plus sur la planète terre ! Les humains ne pensent plus qu’à une chose : le sexe ! Partout ! Tout le temps ! Et ils leur en faut peu pour joindre très rapidement les actes à la parole. Face à cette orgie planétaire, le Capitaine Zgeg doit retrouver l’Ultra-sex, un objet mystérieux à l’origine de ce réveil mondial de libido généralisé. Mais la quête se révèlera plus dure que prévue…

Voila une façon simple, et sans spoiler, de résumer l’ovni « A la recherche de l’ultra-sex« . Pour autant, ce ne serait pas rendre hommage aux multiples gags, délires, situations ubuesques auxquels vous serez confrontés devant cet objet filmique inattendu.

Suivez le Capitaine Zgeg dans une aventure fantastrique !

Suivez le Capitaine Zgeg dans une aventure fantastrique !

Car en 5 mois, Nicolas et Bruno ont du visionner près de 2500 films érotiques et pornographiques rares des années 70/80 pour concocter ce « grand détournement » version érotique. Autant dire que les situations ubuesques, gags, les dialogues remplis de punchline hilarantes ne manquent pas, servis par une galerie de personnages tous plus WTF les uns que les autres. Outre le Capitaine Zgeg, nous sommes ainsi invités à faire connaissance avec le duo de flics Christian Coiffure (le héros trop fort car il a un bon shampooing) et Eddie Murphy, leurs homologues féminins, Barbie et Crystal, sous les ordres du commandant Cassel, Michiko et ses acolytes mâles japonais (dont l’improbable Gilles) à bord du vaisseau Sankukaï 8, où l’équipage du vaisseau Star Trique.

Barbie et sa choucroute ont une technique bien à elles pour mener des interrogatoires... Et ce n'est pas forcément ce à quoi vous pensez !

Barbie et sa choucroute ont une technique bien à elles pour mener des interrogatoires… Et ce n’est pas forcément ce à quoi vous pensez !

Mais attention : L’ultra-sex n’est pas un film érotique. Tout au plus verrez-vous quelques passages un peu explicite et de nu frontal (d’où l’interdiction aux moins de 16 ans), et pour beaucoup, simplement des fesses, des boobs, et des lolos, quand certaines parties génitales ne sont pas simplement floutées.

A la recherche de l’Ultra-sex est avant tout un film parodique, un mash-up improbable de ce que les films de boules ont produit de pire, le tout avec des dialogues savamment réécris par Nicolas et Bruno et leur humour improbable, puis doublé par leur soin. Et quand on vous dit le pire… ce n’est pas pour faire du teasing ! Difficile, à la vue de certains extraits proposés, d’imaginer que ces scènes soient toutes, sans exceptions, issues de films érotiques : entre les combats au sabre laser dignes d’un rip-off turc de Star Wars, les extraits issus des parodies X de Cyrano de Bergerac ou de Star Trek, sans compter les détournements de Sentaï japonais, il en ressort un intérêt presque jubilatoire à voir autant de nanards ouvertement affichés à l’écran pour tout fan de cinéma bis. Les réalisateurs ont d’ailleurs pu compter sur des experts du genre, puisqu’ils ont été épaulés dans leur quête par la team de Nanarland !

Star Trek a salement vieilli...

Star Trek a salement vieilli…

Autant dire que l’esprit bon enfant est de la partie, surtout que les diverses répliques et doublages de Nicolas et Bruno font souvent mouche ! Et on ne s’ennuie pas une seule seconde devant ce film, de l’introduction complètement décalée jusqu’à un final qui se révèle un véritable troll en puissance. A ce titre, les réactions au cœur de la salle sont unanimes : tout le monde rit à gorge déployée devant ces images improbables, accentués par des dialogues souvent bien trouvés et une composition musicale digne de la disco allemande des 70’s qui souligne à merveille le côté décalé de l’ensemble. Il faut aussi dire que, à la différence d’un Grand détournement, Nicolas et Bruno n’ont pas donné à leur ouvrage la longueur d’un film habituel, qui aurait vu le film perdre en fun et gagné en remplissage. Ainsi, 1h seulement est nécessaire pour venir à bout de cet ovni Ultrasex. Ni trop, ni pas assez !

img_ultrasex2

Oui, ce passage est réellement extrait du film… Et c’est encore plus WTF en live !

Une séance sextraordinaire !

Mais ce qui rend l’expérience d’autant plus appréciable, c’est bien la séance dans son ensemble qui donne une valeur ajoutée à ce spectacle. Dès l’entrée dans la salle, une petite musique d’attente « sexy » distille le mood, pendant qu’à l’écran, l’affiche du film recèle quelques petites blagues que nous vous laisseront le soin de découvrir.

img_ultrasex5

Difficile de plus d’imaginer quelqu’un regarder « A la recherche de l’ultra-sex » seul à la maison : on sourit tout au plus, mais ce serait limiter l’intérêt de ce film que de le cantonner à ce moyen. Non, le partage et l’expérience collective font partie prenante de la réussite du film. Outre le public, extrêmement réceptif (bon ok, hormis la mamie qui a quitté la salle au bout de 5 minutes…), c’est en plus l’occasion d’assister à une séance animée par les réalisateurs eux mêmes ! Présents chaque samedi soir depuis le lancement de leur film, Nicolas et Bruno prennent ainsi le temps de présenter leur bébé, et reste même disponible en fin de séance pour un petit  bavardage et quelques photos.

L'Ultra-sex se cache dans cet extrait, saurez-vous le retrouver ?

L’Ultra-sex se cache dans cet extrait, saurez-vous le retrouver ?

Passé les présentations, puis le film, les deux compères reviennent pour une petite surprise post générique à faire pâlir d’envie le chorégraphe des Daft Punk, avant d’animer un atelier doublage auquel le public est invité à participer. Et à ce titre, vos deux compères El Nioco et Audrey ne se sont pas privés de s’essayer à l’exercice. On vous montre le résultat en vidéo :

On vous encourage donc à venir en masse profiter de la dernière séance de l’été de « A la recherche de l’ultra-sex« , samedi 29 août prochain, et peut être même durant le mois de septembre ! Passé ce délai, Nicolas et Bruno partiront envahir la province avec cet objet filmique inattendu, mais qui nous, nous a carrément donné la banane !

img_ultrasex8

A la recherche de l’ultrasex, un film de Nicolas & Bruno. Le samedi à 22h, au Luminor Hôtel de ville (20, rue du Temple, Paris).

Share
A la recherche de l'ultrasex Charlie Coiffure Critique Luminor Message à caractère informatif Message à caractère pornographique Nicolas & Bruno
L'auteur

Consequences will never be the same !

1 avis

Rejoindre la discussion
  1. Pingback: What we do in the shadows en VF et en e-cinéma | Souvent copié, jamais collé ! 1 Oct, 2015

    […] les fameux Messages à caractère informatif ou encore A la Recherche de l’Ultra-Sex (lire notre critique ici). On retrouvera parmi les voix françaises celles d’Alexandre Astier, Fred Testot, Bruno […]

Laisser un commentaire.