[Reportage] PIFFF 2013 #7 : cérémonie de cloture
Share

Toutes les bonnes choses ont une fin ! Y compris la vie de festivalier ! Après 5 jours et une nuit intenses, le PIFFF cuvée 2013 arrivait à son terme. Au programme de la journée : un classique dans sa version final cut, et une avant première alléchante en guise de clôture.

The wicker man : the final cut

Après la compétition de courts métrages internationaux, en début d’après-midi, que nous avons honteusement séchée pour cause de dodo post nuit Stephen King, le festival poursuivait de plus bel avec une exclusivité : dans le cadre de ses Séances cultes, c’était la version Final culte du grand classique The Wicker Man qui était projetée !

img_wickerman1

Également connu pour être le film préféré de Christopher Lee dans toute sa filmographie, The Wicker Man (le dieu d’osier) suit un policier catholique qui enquête sur la disparition d’une fillette dans une île où vit une communauté menée par Lord Sommerisle (Christopher Lee). L’homme se retrouve confronté à un culte bien étrange. Si le film semble aujourd’hui daté, notamment avec ses intermèdes musicaux assez désuets, le film se veut toujours autant agréable à suivre, même si les passages rajoutés suite à la découverte des dernières bobines se distinguent clairement par une qualité d’image moindre.

Pour autant, Robin Hardy livre ici un de ces films ou le spectateur s’interroge encore après leur vision, se gardant bien d’établir un vainqueur et un vaincu dans cette investigation où se mêlent paganisme, religion et luxure. Un film qui, contrairement à ce que peut laisser penser son sujet, bénéficie d’un ton extrêmement léger. On perçoit alors facilement l’impact qu’a pu avoir ce film à sa sortie, et comment ce film a pu nourrir des œuvres actuelles du cinéma de genre anglais (Kill List). Une nouvelle pépite de découverte.

img_wickerman2

Wolf Creek 2

Passé cette dernière séance culte, place à la cérémonie de clôture ! Dans une salle remplie à bloc, Cyril Despontin et Fausto Fasulo ont commencé par remercier l’ensemble des partenaires et bénévoles ayant travaillé sur le festival. Le palmarès, que nous vous avons détaillé ici, couronnait à la grande surprise Cheap Thrills, était ensuite annoncé, avant la projection des deux courts métrages primés.

Mais venons en au fait : comme film de clôture de cette 3e édition du PIFFF 2013, les festivaliers assistaient à la projection du nouveau film de Greg McLean, Wolf Creek 2, dans lequel le réalisateur prolonge la mythologie de Mick Taylor, son redneck barré made in Australia. Autant dire que le piège de servir un copié-collé du premier opus était grand, surtout quand le pitch du film ressemble à s’y méprendre à son prédécesseur : un groupe de touristes parti visiter le fameux Wolf Creek rencontre sur sa route un dénommé Mick Taylor, et les vacances tournent alors au cauchemar…

En voila deux qui n'ont pas vu le premier film....

En voila deux qui n’ont pas vu le premier film….

Pour autant, Greg McLean parvient à éviter ce piège, et à livrer un second opus qui sait se différencier tout en restant dans l’esprit du premier épisode. Suivant de beaucoup plus près le parcours de Mick Taylor, personnage central du film cette fois-ci, le scénario varie les situations : fini l’unité de lieu du premier film, désormais, le terrain de chasse se veut beaucoup plus grand, et surtout les victimes potentielles de notre Mick adoré vont également varier : nos touristes visiteurs du fameux cratère ne constitueront ainsi qu’un petit tiers du film, avant que les événements ne déportent la traque sur un nouveau personnage, par un coup du sort.

S’ouvrant sur un face à face avec des policiers qui se sont frotté au mauvais Australien, McLean se lâche : le film se veut résolument fun et gore, entre les charcutages en règle de Mick, une poursuite en camion que plus d’un Kangourous auront senti passer, et un John Jarratt en grande forme pour incarner son personnage. Wolf Creek 2 est le type même de film de genre crado mais résolument bon esprit, tordant même s’il s’égare parfois en cours de route. Un très bon divertissement, meilleur que le premier épisode, et qui conclut le festival dans un déluge de bonne humeur !

img_wolfcreek2-2

Share
Cérémonie Christopher Lee cloture final cut Greg McLean John Jarratt palmarès PIFFF PIFFF 2013 Robin Hardy The wicker man Wolf Creek 2
L'auteur

Consequences will never be the same !

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire.