[Critique] Edge of Tomorrow
Share

Vous vous souvenez d’Un Jour Sans Fin ? Eh bien imaginez que le Jour de la Marmotte tombe celui de l’anéantissement de l’espèce humaine : voilà, vous avez maintenant une petite idée de ce qui ce cache derrière le titre mystérieux de Edge of Tomorrow. Vous y trouverez aussi Tom Cruise et ses talonnettes… mais bon, trêve de bavardages, voyons ce que vaut le nouveau film de Doug Liman.

Londres, dans un futur plus ou moins lointain. Le lieutenant-colonel Bill Cage (Tom Cruise) est un gradé bien planqué en charge des communications médiatiques de l’armée américaine. Il se retrouve envoyé, contre son gré, sur le champ d’une bataille jugée décisive pour vaincre les Mimics, une race extra-terrestre très dangereuse, sur le point d’annihiler l’espèce humaine. Inexpérimenté et pris en embuscade, Cage finit par mourir… et il se réveille la veille du combat, pour revivre une journée qu’il a déjà vécue, qui se conclut par la mort et un nouveau réveil. Au fil de ce jour sans fin, il finit par trouver une alliée en la personne de Rita Vrataski, une véritable héroïne de guerre qui a déjà vécu la même chose que lui…

Edge-of-Tomorrow-5

« Qu’est-ce qu’on est bien cachés ! »

 

Adaptée du light novel All you need is Kill de Hiroshi Sakurazaka, l’histoire de Edge of Tomorrow reprend les ficelles de l’invasion extra-terrestre telle qu’on a déjà pu la voir des centaines de fois, et intègre la thématique du cycle répétitif, qui permet de corriger petit-à-petit les actions et erreurs des personnages. Un genre de procédé également déjà vu (sans mauvais jeu de mots) : on pense bien évidemment à Un Jour sans fin ou au plus récent Source Code, dans lequel Jake Gyllenhaal revit perpétuellement les mêmes 8 minutes.

A priori donc, pas grand-chose de neuf dans le nouveau Liman, et effectivement, ce n’est pas vraiment du côté de l’intrigue que l’originalité prime. Il faut donc se tourner vers la mise en scène et l’interprétation pour trouver une véritable bonne raison de s’attarder sur ce film, et ça tombe bien, puisque c’est là que l’on trouve véritablement de quoi se réjouir.

Ad vitam eternam

Edge of Tomorrow étonne sur certains points, à commencer par son humour : le film s’amuse en effet suffisamment des codes qu’il utilise pour mettre en place une forme de comique de répétition. C’est un constat assez étonnant, dans la mesure où on est bien face à un film d’action pêchu qui limite la réflexion au strict nécessaire. Il est cependant très agréable de constater qu’un tel long-métrage parvient à ne pas se prendre trop au sérieux, au-delà des clichés que le genre véhicule.

edge-of-tomorrow-emily-blunt-636-380

Engagez-vous, qu’ils disaient…

 

Le scénario se montre par ailleurs plutôt inventif quand il s’agit de répéter en boucle certains passages de la journée de Bill Cage : appuyé par un montage et une mise en scène efficaces, le film évite les trop grandes longueurs que l’on trouve généralement dans ce type d’intrigue qui joue sur la répétitivité. Même si on est parfois tenté de regarder sa montre, force est de constater que les 113 minutes du film passent plutôt bien.

Full Metal Talonnettes 

Si certains seconds rôles savent se faire remarquer (Bill Paxton et Brendan Gleeson, surtout) le film est porté par le duo principal : Tom Cruise et Emily Blunt. Si le premier est habitué à ce genre de rôles et s’en sort donc plutôt bien, on saluera surtout la performance de la comédienne britannique, nettement moins habituée au cinéma d’action – hormis dans des seconds rôles plutôt passifs.

Emily Blunt offre donc une performance à contre-courant du reste de sa carrière, et il est évident que l’actrice a donné de sa personne pour incarner la « Full Metal Bitch » Rita Vrataski. Badass à souhait, elle aurait probablement mérité quelques scènes d’action supplémentaires, mais on peut saluer la performance et le personnage. Même si on a parfois peur que le film tombe dans le gnan-gnan quasi-réglementaire lorsque le duo principal est composé d’un homme et d’une femme, le rythme de l’intrigue est suffisamment maîtrisé pour qu’on évite cet écueil.

All-you-need-is-kill-01

Et BIM !

 

A défaut d’être une réelle originalité, Edge of Tomorrow s’avère être un concentré d’action qui sait se montrer drôle quand il le faut. Un film de science-fiction efficace et pas prise de tête, l’idéal pour passer un bon moment, en somme.

Share
All you need is Kill Doug Liman Edge of Tomorrow Emily Blunt Tom Cruise
L'auteur

Co-fondatrice et rédac'chef de GentleGeek, je suis journaliste le jour et blogueuse la nuit - les deux ne sont pas incompatibles, non non. J'aime le cinéma, les jeux vidéo, les comics et les chats. C'est déjà pas mal !

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire.