[Critique] La bataille de la montagne du tigre, de Tsui Hark
Share

Un an après Detective Dee 2, Tsui Hark revient sur les écrans français avec La bataille de la montagne du tigre, grande fresque épique racontant l’épopée d’une unité de l’armée chinoise confrontée à des bandits sans foi ni loi. L’occasion pour le réalisateur Hongkongais de démontrer une nouvelle fois toute sa maestria en terme de mise en scène.

img_bataille1Un titre un peu étrange, un pitch pas forcément glamour, coincé à l’écran entre une flopée de blockbusters allant du sublissime Mad Max au plus conventionnel et formaté Jurassic World, une sortie le même jour que le nouveau Pixar. Oui, La bataille de la montagne du tigre devra batailler pour se faire une place parmi les nombreuses sorties de ce début d’été. Et pourtant, si le film ne manquera pas d’intéresser les amateurs de cinéma asiatiques, cette Bataille made in Tsui Hark vaut réellement le coup d’œil.

En 1946, après la capitulation japonaise, la guerre civile fait rage en Chine. Des bandits sans foi ni loi en profitent pour occuper le nord-est du pays. Hawk est le plus puissant et le plus redouté de ces barbares. Avec ses hommes, il vit dans une forteresse imprenable, lourdement armée, au sommet de la Montagne du Tigre. L’Unité 203 de l’Armée de Libération traverse cette région lorsqu’elle tombe sur des hommes de Hawk en train de piller un village. Le Capitaine 203 décide alors de rester et de combattre le chef de ses criminels. Mais, cela n’est possible que si l’officier de reconnaissance Yang réussi à s’infiltrer d’abord dans le camp retranché de Hawk. Une bataille impitoyable, faite de force et de ruse, commence…

La dispute de la colline du chaton ?

Adapté du roman Tracks in the snowy forest, sorti en 1957 et lui même adapté à l’opéra de Chine dans les années 60, La bataille de la montagne du tigre revient sur un épisode réel de l’histoire chinoise post seconde guerre mondiale. Et qui de mieux que Tsui Hark, dont la renommée n’est plus à faire, pour donner toute l’ampleur nécessaire à un son sujet ?

Pas de film d’époque et de combats au sabre dans les airs ici : l’action se déroule en 1946, peu de temps après la capitulation japonaise, ce qui donne au récit un univers original, et suscite un intérêt immédiat. Depuis sa forteresse nichée au sommet d’une montagne, une troupe de bandit terrorise toute une région, pillant, volant, tuant. Confrontée à ces méfaits, une unité de l’armée chinoise décide de mettre fin aux agissements des criminels en assiégeant la dangereuse Montagne du Tigre.

img_bataille2

« Pourtant, que la montagne est belle« , chantait Jean Ferrat. Tsui Hark l’a surement entendu. A l’heure des écrans verts – parfois ostensibles – et des caméras saccadées – rendant l’action illisible – propres à la plupart des blockbusters actuels, Tsui Hark prend à contrepied cette mode, faisant le choix de tourner dans des conditions difficiles, directement dans la montagne. Les décors s’en retrouvent magnifiés, et il est difficile de ne pas remarquer la spectaculaire beauté de ces montagnes et forêts enneigées qui serviront de cadres à des combats épiques.

Des combats épiques, le film en regorge. Si toute la première partie du long métrage sert surtout à mettre en place tous les enjeux de l’histoire et lancer ses sous-intrigue, le film regorge de moments de bravoures merveilleusement mis en scène, notamment un affrontement contre un tigre en première partie. Mais c’est surtout dans sa seconde partie que la bataille prend son envol, avec deux morceaux de bravoures, deux gigantesques batailles, dont celle tant attendue dans la forteresse du tigre, qui montre que côté action, l’Asie n’a rien à apprendre depuis longtemps. C’est même plutôt l’inverse : toutes les scènes de batailles font preuve d’une telle fluidité, d’une telle lisibilité, qu’on souhaiterait que Tsui Hark apprenne à Joss Whedon comment filmer correctement une scène d’action. La réputation de Tsui Hark n’était plus à faire, et La bataille de la montagne du tigre vient démontrer qu’à plus de 60 ans, il n’a rien perdu de toute cette maestria.

Attention, derrière toi, un gros chat !

Attention, derrière toi, un gros chat !

Histoire de soldats chinois

Certes, le film n’est pas exempt de quelques défauts : une intro et une conclusion extrêmement sirupeuse et plutôt dispensable – mais qui servent ici un intérêt tout autre, et quelques passages forts « obligatoires » propre à tout blockbuster : le ton est léger, mêle humour (parfois décalé et action, et multiplie les bons sentiments et happy end, même s’il sait aussi se séparer de certains personnages attachants (mais n’est ce pas, là aussi, un passage obligé ?). Mais La bataille de la montagne du tigre se révèle l’un des plus beaux divertissements, à la fois ambitieux dans sa réalisation, épique et généreux dans ses scènes d’actions, qui soit actuellement dans les salles.

img_bataille3

Pas d’histoire complexe ici, le scénario s’en tient à son histoire selon un déroulement classique, et boucle l’ensemble de ses arcs de manière cohérente et rythmée de bout en bout, avec très peu de longueurs. Les acteurs remplissent également leur rôle en insufflant ce qu’il faut de charisme et d’individualité à chacun de leur personnage. Pas de têtes connues ici, à l’exception de Tony Leung (Detective Dee, L’amant), qui s’en donne à cœur joie dans son rôle de méchant, véritable « drôle d’oiseau » comique dans l’apparence, mais terrifiant dans les actes. On notera toutefois la faible présence des rôles féminins (seulement deux), qui ne permettent pas à Fleur Pellerin d’exploiter l’ensemble de son potentiel dans le film.

Cependant, l’un des principaux points d’accroche du film réside dans le patriotisme affiché par l’histoire, qui pourra prêter à discussion. Un peu à l’image de Clint Eastwood avec son récent American Sniper ou Mémoire de nos pères, certains médias n’hésitent pas à qualifier le film de « soupe patriotarde ». Si nous ne jugerons pas ici positivement ou négativement cet aspect, ne connaissant pas exactement cet épisode de l’histoire. Il reste cependant vrai que l’ensemble du film est traversé par un souffle de patriotisme, et se présente sous la forme d’un hommage très appuyé à des héros oubliés (Tsui Hark admet lui même avoir voulu faire ce film pour leur rendre hommage). Outre la valorisation des héros de guerre, de leur moralité tout au long du film, c’est surtout les scènes d’introduction et de conclusion qui viennent ici appuyer cet hommage, en replaçant La bataille de la montagne du tigre sous l’angle de la nostalgie et de la mémoire nationale.

Chinese sniper

Chinese sniper

Une intro et une conclusion un peu décalée et too much par rapport au reste de l’histoire, qui appuie un peu grossièrement le propos et l’hommage déjà clair du film. Pour autant, le film s’avère-t-il plus choquant dans son patriotisme qu’un gros blockbuster américain tel qu’on a pu les connaître où qu’un film qui relaterait les faits de guerre des Résistants Intérieurs et du Général de Gaulle ? Voire même que les « Portes du Soleil », pourtant bien moins subtil dans son approche ? Pas sur pour autant.

Tigrou superstar
Impeccablement réalisé, dynamique, lisible : avec La bataille de la montagne du tigre, Tsui Hark réussi intégralement sa mission en offrant un film divertissant, rythmé mais parfaitement maîtrisé et visuellement accrocheur. Le réalisateur confirme une nouvelle fois son talent et réalise un pur divertissement épique, qui se place parmi les meilleurs films du moment. Si le film est très clairement conçu pour le marché chinois en priorité, devant surtout sa sortie en France grâce à la renommée du réalisateur, cela n’empêchera pas quiconque souhaite se lancer dans la bataille de l’apprécier à sa juste valeur tant le film se révèle facile d’accès et parvient à faire oublier ses quelques défauts.

La bataille de la montagne du tigre, de Tsui Hark. Avec Zhang Hanyu, Lin Gengxin, Liya Tong, Tony Leung Ka-Fai, Yu Nan, et Fleur Pellerin. Sortie en salle le 17 juin 2015.

Share
Fleur Pellerin La bataille de la montagne du tigre Lin Gengxin Liya Tong Tony Leung Tony Leung Ka-Fai Tony Leung Kai Fai Tracks in the snowy mountain Tsui Hark Yu Nan Zhang Hanyu
L'auteur

Consequences will never be the same !

1 avis

Rejoindre la discussion
  1. Damien E le 20 juin 2015
    La Bataille de la Montagne du Tigre n'est pas le meilleur film présenté lors du Festival du cinéma chinois cette année. Pour autant ça reste divertissant dans le genre film de commando, un peu patriotique par moment, à gros budget, avec quelques plans originaux.

Laisser un commentaire.