Share

A Gérardmer, il y règne une ambiance toute particulière durant cette période de l’année. Habituellement, l’air est glacial, nos bottes s’enfoncent dans la poudreuse et les festivaliers débarquent en meute afin de célébrer le cinéma fantastique, le nez rougi par le froid et l’excès de vin chaud. Toutefois les températures de ces dernières semaines laissaient présager que la neige serait la grande absente de cette 19ème édition, et effectivement,  c’est dans un climat plutôt doux que débute le festival.

A Gérardmer, on se lève tôt ! 9H… c’est l’heure des premières projections. The Divide est le film de clôture, mais se réserve un créneau prévu pour la presse au Paradiso. Rappelons que le film de Xavier Gens (Frontière(s)) fut projeté lors de l’Etrange Festival de Paris en septembre, il n’apparait donc pas comme totalement inédit si ce n’est que cette version diffère légèrement de la copie de 2011. Rallongée d’une vingtaine de minutes, le film dépasse ainsi les deux heures en étoffant le personnage campé par Rosanna Arquette, dont la descente aux enfers fut légèrement précipitée lors de l’ancienne copie.

The Divide est un huit-clos s’articulant autour d’une dizaine de personnages réfugiés dans un sous-sol quand une catastrophe d’origine nucléaire s’abat à la surface. L’incompréhension et la peur s’installent dans cet abri coupé du monde. Les esprits s’échauffent et les personnalités les plus sombres se dévoilent. Le dernier titre de Xavier Gens est un petit film qui s’affranchit du regard étouffant que porte les studios américains sur leurs projets. The Divide est pondu tel que Gens l’avait imaginé et reflète ainsi les aspirations du réalisateur de Frontière(s). Brièvement, qu’est-ce que ça donne ? Beaucoup d’idées et surtout une vraie volonté d’écrire sur la déchéance humaine au sein d’un climat micro-social. Toutefois, là où le bas blesse, c’est dans la technique que le film s’essouffle et étouffe. Non pas que le titre souffre d’un manque de budget, au contraire le huit-clos est la formule idéale pour réaliser un bon titre avec peu de moyen si le concept est malicieux. En ce sens, on est plutôt mitigé… les décors sont fournis et réussis et permettent d’éviter la redondance visuelle en arrière-plan. Malheureusement, ce qui fait clairement défaut à ce The Divide, c’est la lourdeur de la caméra qui répète à foison les mêmes mouvements de cadre. La caméra glisse en permanence à reculons sur une musique très appuyée ce qui, marque une astuce technique qui fonctionne si elle est utilisée avec parcimonie, mais qui, dans le cas présent, finit par devenir maladroit tant elle manque de subtilité. La photographie est plutôt jolie et rappelle celle que l’on retrouvait dans Frontière(s), d’ailleurs The Divide s’y rapproche par la violence graphique et le ton « sale » que l’on retrouve dans la deuxième partie du film.

Malgré ses maladresses techniques, on sent dans The Divide une vrai volonté de la part de Xavier Gens à donner une identité à son film et si la première moitié peut laisser perplexe, la seconde partie est bien plus engageante et intéressante. C’est un peu à l’image de ses personnages dont l’intérêt qu’on peut leur porter est relativement inégal. On est ainsi très mitigé sur The Divide, qui n’est ni bon ni mauvais, mais seulement en deçà de nos attentes.

L’affiche américaine de The Divide… ne ressemble pas au film.

 

Il est 11H passé, la course pour gagner l’Espace Lac et assister à la projection de The Cat, film coréen en compétition, semble perdue. En effet, on remarque que cette année, tout est calculé à la minute près, au moins on ne pourra pas se plaindre de la ponctualité du festival. The Cat passe donc à la trappe mais en tendant un peu l’oreille, il s’agirait d’un énième film de fantôme avec une petite fille aux cheveux sales entourées de matous pour l’occasion. Hormis une photographie lyrique et colorée comme savent si bien le faire les coréens, The Cat n’apporterait aucun moment de frayeur tant la formule est vue et revue. Un titre qui débarque dix ans trop tard avec des codes que le public connait désormais par cœur. Manifestement pas le choix du public ni celui du jury.

Encore une histoire de petite fille aux cheveux sales… ou de chaton au pelage sale…

 

Le prochain objectif est donc le Grand Hôtel, lieu convoité par les petits curieux à la recherche de people. En effet, il s’agit un peu du « palace » de la ville qui réunit tout le gratin du milieu pour réaliser de multiples interviews. Du côté de GentleGeek, c’est vers Xavier Gens, le réalisteur de The Divide, que nous nous tournons. On ne cachera pas que Gens aura été très bavard et qu’il nous aura dévoilé énormément de choses autour de son film. En une heure d’entretien, voici brièvement ce qu’il faut en tirer. Les propos comportant de nombreux spoils, on ne fera que survoler l’entretien pour le moment et on vous livrera l’ensemble avec plus de précision lors de la sortie du film en DVD au moment de la critique, de manière à avoir plus de matière pour en parler.
C’est lors de cette table ronde que Gens nous apprend que la version présentée le matin est différente de celle de l’Etrange Festival, dont la décision revient au distributeur Anchor Bay, choix que le réalisateur approuve. Ainsi, cette version director’s cut est rallongée d’une quinzaine de minutes et sera la version définitive que l’on retrouvera sur le DVD lors de sa sortie en juin. En effet, The Divide arrivera finalement sous ce format ce qui semble satisfaire notre invité qui préfère se concentrer sur une « belle sortie en DVD » plutôt que de voir une sortie bâclée en salle. On apprendra aussi qu’Anchor Bay a réalisé un mini comics pour explorer l’une des scènes clés du film et nous apprend que le choix de l’affiche / jaquette n’est pas de son fait tant elle s’éloigne de l’esprit du film.
Xavier Gens nous livre également ses sentiments face à la production de The Divide dans laquelle il s’est senti totalement libre, après l’expérience guère concluante de Hitman, jugé autrefois trop violent donc passé à  la moulinette de la censure.

Son projet Vanikoro est mis sur le tapis et on apprend qu’il est toujours en cours même si rien n’est encore finalisé et que la phase d’écriture n’a toujours pas abouti tant les possibilités d’histoires autour de la vie du navigateur Jean-François de Lapérouse sont nombreuses. Le projet initial se penchait sur le naufrage de l’explorateur mais en parcourant des ouvrages, Gens et ses collaborateurs ont réalisé qu’il y avait bien plus à exploiter. Vanikoro n’a donc pas sombré dans l’oubli.

L’avenir du cinéma de genre en France est abordé, et Gens ne se montre absolument pas pessimiste dans la mesure où les titres français ont gagné une réputation sur la scène internationale. L’erreur reste la suivante : le cinéma de genre s’est surestimé et devrait se tourner vers des productions moins ambitieuses afin d’éviter d’engendrer des pertes comme ce fut le cas pour La Horde (dont il est producteur). Selon Gens, le genre en France peut subsister s’il suit le modèle d’un Paranormal Activity dans la manière de gérer le budget.
Il est aussi question de symbolique et de l’évolution des personnages de The Divide, mais à l’heure actuel, on préfèrera vous dévoiler tout ceci au moment de la critique du film afin de ne pas aborder le contenu avec du vide.

On rajoutera quand même que Gens prépare un film produit par James Wan (Saw 1, Insidious) : House of Horror… et ça, c’est un teasing plutôt aguicheur !

Xavier Gens, le réalisateur de Frontière(s) et Hitman était là !

 

A peine on quitte le Grand Hôtel qu’il est question de se diriger vers l’Espace Lac pour assister à The Moth Diaries, film en compétition de Mary Harron (American Psycho).
Il est donc 17H, et comme tout samedi qui se respecte, les files d’attente se prolongent au point que l’on se demande si tout le monde pourra assister à la séance. Visiblement, il y aura eu quelques recalés qui viseront certainement une séance de rattrapage au Casino dans la soirée.
The Moth Diaries est un drame adolescent contemporain qui adapte librement le célèbre roman de Sheridan le Fanu, Carmilla, œuvre majeure dans la littérature fantastique puisqu’elle est celle qui précéda de vingt ans le roman de Bram Stoker.

The Moth Diaries prend place dans un lycée privé de jeunes filles où les uniformes sont de rigueur et conte l’arrivée d’une mystérieuse jeune fille dont l’aura fascine Lucy, la meilleure amie de Rebecca. Peu à peu, Lucy se vide de son énergie au contact de sa nouvelle amie, Ernessa Bloch. Côté scénario, on ne pouvait pas faire plus simple et pourtant The Moth Diaries se démarque de toutes les adaptations d’œuvres vampiriques de ces dernières années par le simple fait qu’elle ne jouera jamais vraiment sur la surenchère. A mi-chemin entre le drame adolescent et la psychose fantastique, The Moth Diaries raconte avec beaucoup de justesse l’obsession et la méfiance qu’éprouve Rebecca vis à vis d’Ernessa quand sa meilleure amie se détache d’elle. Même s’il ne fait aucun doute qu’Ernessa est un vampire, Mary Harron fera mainte fois planer le doute quant à la nature des suspicions de Rebecca. Est-ce de la jalousie comme l’affirment ses camarades ? Les craintes de Rebecca sont-elles justifiées ? Un film qui traite des premiers émois d’un point de vue purement féminin, avec une héroïne qui ne sait pas distinguer la nature de ses sentiments. Il n’y a pas d’acte héroïque dans The Moth Diaries, juste des jeunes filles qui découvrent leur sexualité dans un décor un brin fantastique et gothique. Point de canine acérée, de super pouvoir tape à l’œil, ni même de manichéisme affirmé. Le film de Mary Harron évoque une certaine forme de douceur et d’ambiguïté dans tous les aspects du film, en délaissant une intrigue pour mieux servir les émotions de ses personnages. Une œuvre poétique et réussie inspirée de Carmilla l’oubliée qui ne plaira et qui n’a pas plu à grand monde.

En quittant la salle, le public s’est senti offensé par « tant de banalité », et « tant de vide ». On pouvait entendre d’un côté qu’il manquait de scène de nue, et qu’un film qui prend place dans un pensionnat de jeunes filles sans pose aguichante ni même de scène de sexe lesbien ne pouvait pas remplir son contrat… c’est malheureusement aussi ce genre de constat que l’on fait dans les festivals d’un genre qui se voudrait très masculin. Et de l’autre côté, on criait au manque d’inspiration tant les références à Dracula étaient flagrantes. Certainement pas le prix du public donc…
The Moth Diaries possède une vraie sensibilité féminine et se montre juste et subtil sur la majeur partie du film. Un vrai coup de cœur !

Oui… il est vrai que cette image de The Moth Diaries semble être sortie tout droit de Dracula.

 

Une petite pause s’impose avant d’aborder le gros morceau de la soirée : la nuit fantastique !
Du lourd pour débuter cette session qui est programmée pour minuit à l’Espace Lac. Malgré ses quinze minutes de retard, l’ensemble des spectateurs a pu gagner la salle. C’est l’effervescence dans la salle, on attend Tucker & Dale fightent le mal, New Kids Turbo et Juan of the dead.
La salle s’assombrit et une animatrice monte sur scène pour nous présenter la soirée quand trois hommes masqués en costume débarquent eux aussi, mais armés d’une tronçonneuse et autres armes bien connues des slashers. La pauvre animatrice pousse un long cri et est attirée sur le rebord de la scène où le son d’une tronçonneuse en marche résonne dans la salle. Des membres en mousse ou en plastique volent dans les tous les sens. C’en est fini de la pauvre jeune fille, le tout sous les rires et les applaudissements d’une salle chauffée à bloc ! La nuit commence bien et annonce la couleur : on nous promet beaucoup de rire et de sang avec cette spéciale nuit comédies horrifiques !

Tucker & Dale fightent le mal ! Une claque tellement le film réussit le pari de détourner les clichés que les survivals cultivent depuis des décennies en mettant à mal la population des villages reculés. Eli Craig retourne la situation en faisant de Tucker et Dale, péquenauds de la campagne, des héros attachants et incompris de jeunes inconscients bourrés de préjugés. Un mélange détonnant de gore et de dialogues qui font mouche. Du rire en barre au point de se demander à quel moment le film s’essoufflera, mais le titre tient étonnamment bien le rythme et jouera maintes fois la carte de la surprise. On ne vous en dit pas plus car le film paraît dans nos salles de cinéma aujourd’hui même ! Si le film vous intrigue, dirigez vous dans la salle obscure la plus proche !

Tucker & Dale fightent le mal ! Qui sont donc les vrais « bouseux » de l’histoire ?

 

Après Tucker & Dale, la moitié du public quitte les lieux car à 2H00 du matin passé, il est plus difficile de maintenir le rythme. Toutefois, on s’aventure à rester pour visionner la suite : New Kids Turbo. Enorme succès en Hollande, le film de Steffen Haars et Flip Van Der Kuil est une curiosité totalement WTF qui serait un mélange des Deschiens, des Inconnus et de Jackass. Cinq amis péquenauds perdent leur emploi et accusent la Crise d’en être responsable. Ils décident dès lors de ne plus rien payer ce qui attire une équipe de télévision pour filmer cette bande de joyeux lurons aux drôles de revendications, mais le gouvernement ne voit pas ceci d’un bon œil…

Absurde, c’est le terme qui qualifierait au mieux ce New Kids Turbo, premier film issue d’une série du même nom. Les personnages principaux ont un look ringards, portent une moustache et le mulet et sont totalement déphasés avec le reste du monde. Une version trash du Collège fou fou fou, qui ne semble connaître aucune censure tant l’humour va loin. C’est stupide, faussement beauf (quoique…) et diablement dynamique dans sa réalisation, le tout dans un découpage très bande dessinée. C’est drôle si l’on se laisse prendre au jeu et que l’on rit de bon cœur aux blagues qui portent en dessous de la ceinture et que de voir des demeurés se balader sur l’écran nous amusent. Certains gags sont réellement bien trouvés, et il n’y a jamais vraiment de cohérence dans le film. Un titre qui va très loin dans le délire, et ne semble pas connaître de limite.
Toutefois, si on prend vite goût à cette sensation de liberté dans l’humour, le tout devient un peu lourd et barbant la demi-heure passée tant les blagues se répètent. Cela en devient étouffant, et on remarque que les réalisateurs jouent surtout le jeu de la complaisance dans leur délire. Reste qu’il y a des gags plutôt bien trouvés même si leur humour ne conviendra certainement pas à tout le monde. Un bon petit délire pour la nuit qui, semble-t-il a trouvé un public voué à sa cause… on a pu entendre que New Kids Turbo était « la claque du festival »… A ce point ? Vraiment ?

New Kids Turbo, les nouveaux Expendables des Pays-Bas !

 

Juan of the Dead fait suite au film hollandais, mais seuls les rescapés ont trouvé la force de finir la nuit à l’Espace Lac. Il est 4H00 matin, il est temps de souhaiter bonne chance à cette poignée de survivants : ils en auront bien besoin !

Pour GentleGeek, le samedi s’achève… mais le dimanche est une journée bien pleine !

Stay tuned !

Share
Gérardmer Juan of the dead New Kids Turbo The Divide The Moth Diaries Tucker & Dale fightent le mal Xavier Gens
L'auteur

Que le geek chic clique!

1 avis

Rejoindre la discussion
  1. Pingback: [Dossier] Gérardmer 2012 : un week-end sanglant dans la perle des Vosges ! 1 Fév, 2012

    […] – Gerardmer 2012 : Samedi 28 janvier […]

Laisser un commentaire.